The Red Bulletin n°2020-03 mars
The Red Bulletin n°2020-03 mars
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-03 de mars

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (223 x 296) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 18,3 Mo

  • Dans ce numéro : Franck Gastambide, validé par les pilliers du game, il lance la première série consacrée au rap français.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
« L’idée était de créer des personnages de fiction qui évoluent dans le vrai monde du rap. » Camara et Brahim Bouhlel. Un pari que ce frais quadragénaire aborde avec le respect des siens, et dont il apprécie les challenges et vertus avant même la diffusion du moindre épisode de Validé. Profitant d’un jour de grève des transports à Paris, nous proposons à Franck une interview et une séance photo dans un studio du XI e arrondissement. Surprise, notre homme se pointe seul. the red bulletin  : Vous êtes venu seul aujourd’hui, mais vous pouvez certainement nous expliquer pourquoi votre carrière s’est jusqu’alors construite en équipe ? franck gastambide  : J’ai toujours eu du courage pour avancer dans mes projets, à condition d’être bien entouré. Il y a dix ans, quand j’ai créé le programme Kaïra Shopping avec une petite caméra DV, mes potes et mon pitbull, et qui est devenu la première web-série de Canal+, faisant un peu de moi l’ancêtre des YouTubers, j’avais le sentiment d’être un leader d’idées… mais j’avais besoin d’être entouré de gens dont j’admirais le talent, ce qui était le cas de Medi Sadoun. On s’est rencontré au sein du collectif Kourtrajmé, et on est très vite devenus potes. Je voyais alors en Medi Sadoun beaucoup de talent et je me demandais comment on pouvait faire des choses ensemble… Je dis toujours « on » … Je n’ai jamais été individualiste, et je ne le suis toujours pas. L’idée a toujours été de faire des choses en groupe et c’était le modèle de ce que j’aimais  : Les Inconnus, Les Nuls, le collectif Kourtrajmé. Cet esprit « équipe » que j’ai toujours à présent. L’union fait la force, je le pense vraiment. Bosser avec les autres veut aussi dire s’impliquer soi-même, dans le même bain que les autres, comme vous l’avez fait dans Les Kaïra, Pattaya ou Taxi 5 ? À l’époque de Kaïra Shopping, j’essayais d’identifier mes capacités, et très vite je me suis rendu compte que j’étais inspiré pour écrire, créer, trouver des idées. J’étais attiré par la caméra, par la technique, le cadre, la mise en scène. J’ai parlé à Medi d’un programme court où l’on pourrait caricaturer nos influences urbaines, banlieusardes, etc. Mais à part lui, personne ne voulait jouer dans nos vidéos, parce qu’on n’était personne. Quand on a présenté le pilote à Canal+, ils ont trouvé ça super et décidé de le produire, alors je leur ai expliqué qu’il allait falloir embaucher de vrais acteurs, mais ils m’ont dit  : « Non, vous êtes super, c’est ce que vous avez créé, ça marche parce que c’est vous, c’est vous qui devez interpréter les rôles. » Et voilà comment je me suis retrouvé à faire l’acteur, complète- 40 THE RED BULLETIN
Acteur ? Réalisateur ? Comédien ? Franck Gastambide est tout à la fois et s’attache à œuvrer dans le plus grand respect des univers qu’il transporte à l’écran, comme pour son nouveau projet dédié au rap. ment par hasard. Ensuite, le film Les Kaïra s’est précisé, et comme c’était inspiré de la série, je devais jouer dedans, mais comme ce qui m’inspirait le plus, c’était la mise en scène, je me suis collé à tous les postes  : écrire, jouer et réaliser. Le film fut un succès, et ça a lancé mes trois carrières de réalisateur, d’acteur et de scénariste. Dans votre série dédiée à l’univers du rap français, Validé, vous n’êtes plus le personnage central. Pourquoi ? Pour Validé, il a fallu que j’assume un poste de grand frère et que je m’implique pour les autres, que je passe le flambeau. Je me suis dit qu’il était temps non seulement de produire, mais d’aller chercher de nouveaux talents, pour créer une petite bande comme celle qui était la mienne il y a dix ans finalement. J’ai pris conscience de ce parallèle une fois après avoir choisi les trois héros de la série, trois débutants qui n’avaient jamais tourné auparavant. PRESQUE CÉLÈBRES... Gastambide à propos du trio de nouveaux talents sur lequel il a parié pour Validé. Hatik « Pour le rôle tenu par Hatik, il fallait trouver quelqu’un capable de porter une série sur ses épaules, potentiellement sur plusieurs saisons, et qui soit un rappeur extrêmement crédible, dont on ne pouvait pas remettre en cause les qualités et les compétences. Hatik avait un physique, un charisme, des capacités de rappeur incontestables. On a beaucoup travaillé ensemble pour qu’il devienne un acteur. Je cherchais quelqu’un qui avait un truc en plus, et ce mec a un truc en plus, c’est une évidence. Comme les deux autres acteurs principaux de la série, au moment où je le prends pour Validé, il n’a encore absolument rien fait devant une caméra, c’est son premier casting. Choisir Hatik, qui a sorti une mixtape entre-temps, c’est un pari. » THE RED BULLETIN 41 VALIDE/MIKA COTELLON



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 1The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 2-3The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 4-5The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 6-7The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 8-9The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 10-11The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 12-13The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 14-15The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 16-17The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 18-19The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 20-21The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 22-23The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 24-25The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 26-27The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 28-29The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 30-31The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 32-33The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 34-35The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 36-37The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 38-39The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 40-41The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 42-43The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 44-45The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 46-47The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 48-49The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 50-51The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 52-53The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 54-55The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 56-57The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 58-59The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 60-61The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 62-63The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 64-65The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 66-67The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 68-69The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 70-71The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 72-73The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 74-75The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 76-77The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 78-79The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 80-81The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 82-83The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 84-85The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 86-87The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 88-89The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 90-91The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 92-93The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 94-95The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 96-97The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 98-99The Red Bulletin numéro 2020-03 mars Page 100