The Red Bulletin n°2020-02 février
The Red Bulletin n°2020-02 février
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-02 de février

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 18,8 Mo

  • Dans ce numéro : le ski comme vous ne le verrez qu'une fois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
Bonbonnes de gaz rouillées, réchauds en panne, tentes éventrées, matelas, crampons, cordes, bouteilles d’oxygène, canettes et conserves vides, sacs et autres emballages plastiques jetés par les équipes de cuisine  : rien ne manque au décor, pas même les quantités effrayantes d’excréments gelés laissés sur place par les milliers d’alpinistes qui se sont succédé ici depuis le début des expéditions commerciales dans les années 90. Ce tableau idyllique, c’est ce qui attendait, jusqu’à récemment, toutes celles et ceux qui entreprenaient l’ascension du mont Everest. Une vision désastreuse en total désaccord avec celle que nous nous faisons de cette montagne restée si longtemps inaccessible et qui domine la chaîne de l’Himalaya du haut de ses 8 848 mètres. Souillé, croulant sous des tonnes de détritus, le toit du monde était devenu, en l’espace de trente ans, la plus haute décharge à ciel ouvert au monde. Plus qu’esthétiques, la pollution de l’Everest a surtout de graves conséquences écologiques pour tout le continent asiatique  : car c’est au cœur des glaciers de l’Himalaya que les grands fleuves qui traversent l’Asie prennent leur source. Des réserves gigantesques d’eau potable contenues dans le plateau tibétain – que l’on appelle aussi pour cette raison le « troisième pôle » – dépendent les deux milliards d’individus habitant le long des vallées des grands fleuves d’Inde et de Chine. Un problème aggravé par la difficulté logistique et physique d’y remédier  : outre les conditions climatiques extrêmes (on ne peut s’y rendre que durant deux mois de l’année, en mai et juin, et la région est constamment soumise à des vents violents), l’altitude ainsi que la nature très accidentée des sols rendaient toute opération de dépollution non seulement aléatoire mais aussi périlleuse. Une fois parvenu dans la « zone de la mort » (au-delà de 8 000 mètres), l’oxygène se raréfie tellement que le risque d’y laisser sa peau devient bien réel. Dans ces conditions, la tentation est grande pour les alpinistes et les équipes organisatrices de se délester au maximum de tout ce qui encombre. Devant ce désastre, des actions se sont mises en place récemment, des deux côtés de l’Everest  : côté népalais, où se trouve la voie sud, qui est aussi la voie la plus empruntée parce que la plus facile (avec plus de 850 candidats à l’ascension, rien que pour cette année 2019), on se débat encore avec d’importants problèmes de pollution et de gestion insuffisante des déchets dus à l’activité touristique. Côté chinois, en revanche, c’est un autre bilan, quasi exemplaire  : le versant nord de l’Everest (qui a accueilli cette année pas moins de 280 courageux alpinistes venus tenter l’exploit par la voie tibétaine, réputée la plus difficile) est aujourd’hui débarrassé de ses déchets. Pour les heureux touristes qui obtiennent un permis pour rejoindre le sommet en partant du Tibet, cette montagne sacrée que les Tibétains appellent « Jomolangma » se présente enfin dans toute sa pureté originelle, grâce à un vaste programme de nettoyage, baptisé Clean Everest et mis en place entre 2016 et 2019. L’originalité de ce projet fut tout d’abord Les chiffres de Clean Everest 15 dollars par kilo  : le salaire des porteurs qui récoltent les déchets en haute altitude 150 personnes mobilisées par an pour l’opération (50 guides, 100 porteurs chinois ou étrangers) 50 yaks mis à disposition pour chaque opération 10 tonnes de déchets évacuées de la pente nord de l’Everest 1 500 dollars  : le montant de la taxe environnementale payée par chaque grimpeur 8 kilos minimum de déchets (par personne) à redescendre aux camps, sous peine de déclencher la suspicion des autorités. « Voir toute cette pollution m’a littéralement blessée  : il fallait que je fasse quelque chose. » 62 THE RED BULLETIN YVES ROCHER FOUNDATION
Une détermination et un optimisme à toute épreuve  : Marion Chaygneaud- Dupuy, porteuse du projet Clean Everest. THE RED BULLETIN 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 1The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 2-3The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 4-5The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 6-7The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 8-9The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 10-11The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 12-13The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 14-15The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 16-17The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 18-19The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 20-21The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 22-23The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 24-25The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 26-27The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 28-29The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 30-31The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 32-33The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 34-35The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 36-37The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 38-39The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 40-41The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 42-43The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 44-45The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 46-47The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 48-49The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 50-51The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 52-53The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 54-55The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 56-57The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 58-59The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 60-61The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 62-63The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 64-65The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 66-67The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 68-69The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 70-71The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 72-73The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 74-75The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 76-77The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 78-79The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 80-81The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 82-83The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 84-85The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 86-87The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 88-89The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 90-91The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 92-93The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 94-95The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 96-97The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 98-99The Red Bulletin numéro 2020-02 février Page 100