The Red Bulletin n°2020-01 janvier
The Red Bulletin n°2020-01 janvier
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01 de janvier

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 21,7 Mo

  • Dans ce numéro : Ben Lecompte a nagé 555 km dans un océan de plastique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
Avoir. L’OMEGA ULTRA DEEP MONTRE DES PROFONDEURS Les Suisses d’Omega ont fabriqué une montre qui a accompagné Victor Vescovo dans la fosse des Mariannes, fixée sur l’extérieur du sous-marin de l’explorateur. Victor Vescovo est un habitué des exploits audacieux. Ce Texan de 53 ans, ancien officier de marine, aviateur et pilote d’essai de sous-marin, a accompli le Grand Chelem des Explorateurs – ascension des plus hauts sommets sur les sept continents et se rendre en ski au centre des deux pôles. En avril dernier, il plonge à quatre reprises dans la fosse des Mariannes jusqu’au Challenger Deep, point le plus profond jamais mesuré dans l’océan Pacifique. Une profondeur de 10 994m, soit plus de 2 km de plus que l’Everest, mais avec une pression atmosphérique mille fois supérieure à celle de la surface de la Terre. « Dire que l’environnement est hostile est un euphémisme, explique Vescovo. Le fait qu’aucun sous-marin ne l’a effectué plus d’une fois, me pousse à réfléchir à un submersible capable de répéter l’opération de manière fiable. » La réponse nécessitera plus de 32 millions d’euros, coût du DSV Limiting Factor, un submersible biplace entièrement financé par Vescovo pour l’expédition Five Deeps, avec pour objectif d’atteindre le point le plus profond des cinq océans. « Je ne voulais pas de partenariat afin de garder le contrôle total », précise le multimillionnaire, qui a bâti sa fortune à Wall Street. Lors de la première plongée de l’expédition dans la fosse de Porto Rico en Atlantique, l’horloger suisse Omega découvre que Vescovo porte une Omega Seamaster, l’un de ses modèles. Le fabricant helvète propose de réaliser une montre capable de résister aux mêmes pressions externes que le sous-marin. Il recourt donc à des morceaux de la coque du vaisseau en titane de grade 5. Trois exemplaires accompagnent Vescovo lors de sa descente dans le Challenger Deep  : deux sont fixés aux bras du robot du Limiting Factor et le troisième à l’un de ses trois trains d’atterrissage. Alors qu’il G U I D E Résister Omega Seamaster Planet Ocean Ultra Deep Professional En avril dernier, lorsque l’explorateur Victor Vescovo s’enfonce vers le point le plus profond des océans, il porte à son poignet une montre capable de résister à 11 000 m de profondeur et à une pression plus de 1000 fois supérieure à celle de la surface de la Terre. Un défi que le fabricant de la première montre à atterrir sur la Lune a accepté de relever. En haut à gauche dans le sens des aiguilles d’une montre  : le DSV Limiting Factor, lors d’une plongée précédente de la mission Five Deeps dans l’océan Austral ; Vescovo ; maquette de la montre sur bras robotique. 90 THE RED BULLETIN FIVE DEEPS EXPEDITION, OMEGA SA TOM GUISE CHRISTINA LOCK
s’approche de la profondeur record de 10 928m, Vescovo contemple un sol vierge de tout regard humain. « On pense que le fond des fosses ressemble à la surface lunaire, mais en dix minutes, j’ai vu un concombre de mer transparent onduler lentement sur le fond marin ; il y a de la vie malgré 1 086 bars de pression au cm² et une température à la limite de la congélation. » Vescovo refait surface au bout de douze heures sous l’eau, avec le Limiting Factor, la coque intacte, prête pour trois autres plongées. « Je serais mort dans ce submersible si sa construction avait eu le moindre défaut que la pression n’aurait pas manqué d’exploiter, précise-t-il. Idem pour les montres. » De fait, les trois ont résisté avec succès à la mission et sont intactes. « Omega récupère deux des montres, conclut-il en souriant. La troisième est pour moi. » L’histoire qu’Omega entretient avec les montres de plongée de précision ne date pas d’hier. En 1932, le fabricant est à l’origine du premier modèle du genre. L’Omega Marine, dont le joint en liège assure l’étanchéité est alors testé dans le lac Léman Niveau de la mer 0 m 1000 m² 000 m 3 000 m 4 000 m 5 000 m 6 000 m 7 000 m 8 000 m 9 000 m 10 000 m 11 000 m Challenger Deep 10 994 m SAVOIR-FAIRE LA MONTRE DE PLONGÉE ABSOLUE L’Omega Ultra Deep est une conception innovante alliant la résistance d’une coque d’un sous-marin à la grâce d’une créature de l’océan. Baleine bleue 500 m Épave du Titanic 3 800 m par 73 m de fond. Aujourd’hui, les montres Seamaster Planet Ocean résistent à des profondeurs allant jusqu’à 600m, soit 100 m de plus qu’une baleine bleue. Seul un plongeur équipé d’une combinaison atmosphérique de l’US Navy peut s’aventurer à une profondeur comparable. Toutefois, Omega a dû faire table rase de tout son savoir-faire pour concevoir une montre étanche à une profondeur abyssale de 11 000m, et la développer à partir d’un nouveau concept inspiré par nul autre que le submersible de Vescovo. L’assemblage du verre saphir sur le boîtier reprend le solide design conique du hublot du Limiting Factor, permettant de mieux répartir les forces sur sa surface. Le boîtier est taillé dans du titane de grade 5 utilisé pour fabriquer la coque du sousmarin, enfin, les cornes évoquant les lobes d’une raie Manta ont été fondues pour éviter le risque de rupture en eaux très profondes. L’épaisseur de la montre n’excède cependant pas 28 mm, parfaitement portable donc. Le poignet auquel la montre était destinée est celui Cadran céramique, échelle 60 minutes Lunette tournante unidirectionnelle Cornes raie Manta montres d’un bras robotique, aussi le bracelet en polyamide avec fermeture Velcro rappelle celles des combinaisons spatiales des astronautes d’Apollo. Pour s’assurer de leur résistance et répondre aux standards des montres de plongée, Omega a ajouté une marge de sécurité de 25% à l’Ultra Deep, et les a testées avec succès à 15 000 m dans les laboratoires de Triton Submarines à Barcelone. En refaisant surface après la première plongée dans la fosse des Mariannes, Vescovo découvre que la sonde détachable où était attachée l’une des montres est restée au fond de la fosse. Vescovo hésite entre replonger pour la récupérer ou l’y laisser à jamais. Il choisit de la récupérer. Après trois jours d’attente pour retrouver des conditions propices à une deuxième plongée, l’Ultra Deep est finalement repêchée et vérifiée en surface. Elle fonctionne parfaitement et n’a perdu qu’une seconde de précision, ce qui la rend éligible à la certification Master Chronometer, le plus élevé des standards pour une montre mécanique, quelle que soit la pression. omegawatches.com Verre saphir Boîtier en titane grade 5, et couronne THE RED BULLETIN 91



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 1The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 2-3The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 4-5The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 6-7The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 8-9The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 10-11The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 12-13The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 14-15The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 16-17The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 18-19The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 20-21The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 22-23The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 24-25The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 26-27The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 28-29The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 30-31The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 32-33The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 34-35The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 36-37The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 38-39The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 40-41The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 42-43The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 44-45The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 46-47The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 48-49The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 50-51The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 52-53The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 54-55The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 56-57The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 58-59The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 60-61The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 62-63The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 64-65The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 66-67The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 68-69The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 70-71The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 72-73The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 74-75The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 76-77The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 78-79The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 80-81The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 82-83The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 84-85The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 86-87The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 88-89The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 90-91The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 92-93The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 94-95The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 96-97The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 98-99The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 100