The Red Bulletin n°2020-01 janvier
The Red Bulletin n°2020-01 janvier
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01 de janvier

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 21,7 Mo

  • Dans ce numéro : Ben Lecompte a nagé 555 km dans un océan de plastique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
Jonathan Simmons, alias Gunner Stahl, achète son premier appareil photo à un ami lors d’une soirée. Il a dix-huit ans. Malgré son échec à un cours de photographie, il ressent le besoin de photographier sa vie à l’école, dans les fêtes, les concerts. Une vie qui sera impactée par la scène trap qui explose alors aux USA depuis son Atlanta natal. La trap – un courant du hip-hop fait de textes et de mélodies rapidement esquissées sur un fond de snare, de charleston et de boîte à rythme Roland TR-808 au sub-bass puissant, puis immédiatementuploadées sur les plateformes de streaming – est devenue une force dominante du rap. Et les portraits intimes de Gunner Stahl, 27 ans, parviennent à canaliser cette énergie brute. L’Américain s’est taillé une place de choix dans cette scène en prenant des clichés sans fard des plus grandes stars de la trap comme Future et le super- producteur Metro Boomin alors qu’ils se trouvaient à la Fashion Week de Paris, ou Gucci Mane pendant sa tournée. L’attachement de Stahl à la photo en 35 mm apporte une autre dimension à son esthétique recherchée, rendant son travail encore plus imprévisible dans un monde toujours plus numérisé. Mais c’est un médium qu’il a découvert par hasard  : alors qu’il se préparait à documenter la tournée Yeezus de Kanye West à Atlanta en 2013, l’appareil photo de Stahl s’est brisé. L’appareil de remplacement proposé par un ami n’étant pas numérique, il fallait donc passer par un drugstore pour acheter de la pellicule. Stahl a depuis rejeté ces photos qu’il qualifie de « déchets », mais a continué de prendre des photos avec l’appareil et est tombé amoureux de la crudité du processus du film. Ce n’est qu’autour de 2014 que Stahl se lance dans la photographie musicale. Beaucoup de ses amis étaient musiciens et il avait même été nommé membre du collectif de rap local Two-9 après avoir simplement traîné avec eux en studio. Stahl a commencé à documenter leurs sessions d’enregistrement et leurs collaborateurs  : les premières images de son flux Instagram incluent l’un des DJs de Two-9, Osh Kosh, aux côtés du styliste « Si la personne ne m’inspire pas, je ne la photographie pas. » Virgil Abloh, ainsi que des photos d’un Wiz Khalifa aux cheveux violets prises au moment où il est venu enregistrer avec le collectif. Stahl ne s’immisce pas dans le processus créatif de ceux qui l’entourent, ce qui signifie qu’en retour il a leur respect, et pour eux, ses photos constituent une rupture nécessaire. Elles apparaissent plus proches de la réalité et offrent aux fans un aperçu de leurs artistes préférés dans leur habitat naturel. « Je n’entretiens les relations que pour arriver à ce type d’images, explique Stahl. Si je ne suis pas passionné par la personne, je ne la photographie pas. » Mais la crédibilité de son travail a inévitablement transcendé les héros de sa ville natale, et lui a permis d’approcher des mégastars mondiales comme Ed Sheeran, Drake, Kanye West, Kylie Jenner, Post Malone, Miley Cyrus, Lana Del Rey et même Adam Sandler. Aujourd’hui, Stahl vit plutôt dans les hôtels  : il passe la majeure partie de sa vie à se déplacer à la recherche de la meilleure photo. Il ressent ainsi une empathie plus profonde pour ses sujets et leur vie sur la route. Ses portraits sont réalisés entre les studios, les coulisses et les logements provisoires mais les images donnent l’impression d’être habitées. L’une de ses photos les plus emblématiques, la couverture de la mixtape éponyme de Playboi Carti, le natif d’Atlanta, parue en 2017, montre ce dernier confortablement affalé entre deux modèles dans une location de Los Angeles. À travers son travail, Stahl peut partager avec son public les pass « all-access » qu’il a obtenus pour suivre les stars de la trap. En 2017, il a créé une collection capsule de vêtements pour Puma et réalisé une exposition en galerie intitulée For You, Mom – un hommage à sa mère, décédée d’un cancer du sein. Récemment, Stahl a publié Gunner Stahl : Portraits, un ouvrage rempli de ses photos inédites préférées des trois dernières années avec des contributions de Swae Lee, du duo de trappeurs Rae Sremmurd et d’un célèbre photographe de rap des années 90, Chi Modu. Le livre a été présenté dans des galeries de trois villes  : New York, Los Angeles et, bien sûr, Atlanta. Mais bien que son étoile grandisse, Stahl, à l’image de ses photographies, conserve les deux pieds sur terre. « Sois toi-même, dit-il. Alors les gens viendront davantage à toi. » Gunner Stahl : Portraits (Abrams) ; Instagram  : @gunnerstahl.us 64 THE RED BULLETIN
PLAYBOI CARTI « J’adore les yeux. Les yeux donnent l’image complète », dit Stahl. Avec cette photo cependant, le photographe prouve sa capacité à créer un moment intrigant en faisant exactement le contraire. Les yeux de ses sujets, ici le rappeur Playboi Carti et le mannequin Justine Mae Biticon, sont hors champ, ce qui éveille la curiosité et stimule l’imagination.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 1The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 2-3The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 4-5The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 6-7The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 8-9The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 10-11The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 12-13The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 14-15The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 16-17The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 18-19The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 20-21The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 22-23The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 24-25The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 26-27The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 28-29The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 30-31The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 32-33The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 34-35The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 36-37The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 38-39The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 40-41The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 42-43The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 44-45The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 46-47The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 48-49The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 50-51The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 52-53The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 54-55The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 56-57The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 58-59The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 60-61The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 62-63The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 64-65The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 66-67The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 68-69The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 70-71The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 72-73The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 74-75The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 76-77The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 78-79The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 80-81The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 82-83The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 84-85The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 86-87The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 88-89The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 90-91The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 92-93The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 94-95The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 96-97The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 98-99The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 100