The Red Bulletin n°2020-01 janvier
The Red Bulletin n°2020-01 janvier
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01 de janvier

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 21,7 Mo

  • Dans ce numéro : Ben Lecompte a nagé 555 km dans un océan de plastique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
« Faire réfléchir aux habitudes de consommation, inciter à opter pour des alternatives durables. » Voilà l’ambition de Ben Lecomte pour les générations à venir.
Qu’appelle-t-on « microplastique » ? Ce sont des particules de plastique qui ne font pas plus de cinq millimètres. Quand on ramasse un gros morceau de plastique, celui-ci se casse et devient du microplastique. L’autre grand danger, car on ne peut pas les voir à l’œil nu, ce sont les microfibres synthétiques. Elles proviennent des vêtements en polyester ou en fibres synthétiques, qui, lorsqu’on les nettoie à la machine, perdent des microfibres, lesquelles restent dans l’eau. Pour vous donner une idée  : on a filtré de l’eau du Japon jusqu’à San Francisco. Les échantillons sont en cours d’analyse dans des laboratoires. Les premiers résultats d’échantillons envoyés l’année dernière montrent la présence de microfibres dans tous les relevés effectués. Et à chaque fois qu’on attrapait un poisson, on découpait sa chair pour voir si elle renfermait des microfibres. Là aussi, les analyses sont en cours. Donc pour résumer, il y a deux problèmes majeurs avec le plastique  : l’un, c’est le microplastique, et l’autre, ce sont les fibres synthétiques. On ignore encore tout de l’impact qu’ils ont sur la vie marine et sur nous en tant qu’humains. Le problème ne se résoudra alors pas seulement en ramassant les débris et en s’en débarrassant, car ce serait détruire un écosystème déjà très fragilisé… Ben Lecomte, 51 ans, ne compte pas s’arrêter de nager ni de s’activer de si tôt. Exact. Il n’existe pas encore de filtre approprié, ni aucun moyen de stopper la pollution des microfibres et des microplastiques. Nous avons essayé, mais même en utilisant un filet très fin, on ramassait trop de planctons et de micro-organismes. On en est arrivés à la conclusion que si on crée un système pour collecter les microplastiques, on risque de collecter aussi les micro-organismes et de les soustraire à l’océan… Ce qui est impensable. Aussi, il faut savoir qu’on ne connaît que 1% de la masse de plastique en mer. On ne sait pas si les autres 99% flottent dans la colonne d’eau, stagnent « Nous sommes la première expédition à réunir des échantillons sur toute la longueur du Pacifique. » Jusqu’ici, il n’est possible de localiser que 1% du plastique dans les océans. On ignore où se trouvent les 99% restants  : au fond de l’eau, ingurgités par la faune marine… au fond des mers, ou ont été ingérés par la faune marine. En revanche, ce que l’on sait, c’est que 300 millions de tonnes de plastique à usage unique sont produites chaque année, et que huit millions finissent dans les océans. Quelle vision d’avenir souhaitez-vous transmettre aux générations futures ? La nage, c’est un moyen de communication pour moi, un moyen d’expression. En faisant prendre conscience aux gens que les mers et les océans constituent plus de 70% de la planète, et en leur faisant comprendre à quel point les océans sont pollués, ils pourront réfléchir à leurs habitudes de consommation, et opter pour des alternatives durables et des matériaux en fibres naturelles. J’ai voulu créer une plateforme avec cet événement, The Vortex Swim, et son interface en ligne, afin de réunir des données pour la science, mais surtout pour agir comme un électrochoc et interagir avec une audience. En montrant exactement ce qu’est le vortex de plastique, en éduquant les gens sur les effets néfastes du plastique, des microfibres, de la difficulté de « nettoyer » les océans sans abîmer l’écosystème, on leur fait prendre la mesure de la réalité. Dans l’échange, sur Internet ou lors des conférences, on commence par engager une conversation – c’est un premier pas ! – en vue d’initier des changements. Notre but, c’est d’aider les gens à construire leur pensée, avec une motivation et une responsabilité. Comme si on leur proposait de changer de carte pour changer de point de vue ? En plaçant les océans au centre et en les faisant apparaître comme une seule unité (voir page 48) ? C’est une vision rare qui permet de changer de paradigme, qui force à voir les choses autrement. Un peu comme vos photos… Voilà pourquoi j’insiste sur la partie sensibilisation, éducation, et responsabilisation. C’est en éduquant les générations futures, en allant dans les écoles, en faisant des conférences, en montrant des images frappantes que nous sensibiliserons sur le développement durable et sur le problème du plastique en milieu marin. Nous avons amassé beaucoup de contenus vidéo pour réaliser des documentaires et des clips éducatifs, qui ne seront pas que centrés sur l’expédition. En adoptant une vue plus générale de la problématique du plastique dans l’océan, nous pourrons toucher et impliquer les lobbys, les gens de l’industrie chimique, de l’ONU, etc., et trouver des solutions avec eux. Et du côté civique, il faut soutenir toutes les initiatives… thelongestswim.com THE RED BULLETIN 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 1The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 2-3The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 4-5The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 6-7The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 8-9The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 10-11The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 12-13The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 14-15The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 16-17The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 18-19The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 20-21The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 22-23The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 24-25The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 26-27The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 28-29The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 30-31The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 32-33The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 34-35The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 36-37The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 38-39The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 40-41The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 42-43The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 44-45The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 46-47The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 48-49The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 50-51The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 52-53The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 54-55The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 56-57The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 58-59The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 60-61The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 62-63The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 64-65The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 66-67The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 68-69The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 70-71The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 72-73The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 74-75The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 76-77The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 78-79The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 80-81The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 82-83The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 84-85The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 86-87The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 88-89The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 90-91The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 92-93The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 94-95The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 96-97The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 98-99The Red Bulletin numéro 2020-01 janvier Page 100