The Red Bulletin n°2019-12 décembre
The Red Bulletin n°2019-12 décembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-12 de décembre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 20,3 Mo

  • Dans ce numéro : red bull illume, le concours photo plus puissant que votre imagination.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
« TU NE SAIS PAS ÉCRIRE MAIS TU AS UNE BELLE HISTOIRE À RACONTER ? VIENS ! »
L’ÉCOSYSTÈME DE LA BALLE ORANGE Quand il n’est pas en train de monter des projets dans tous les sens, Bakary Sakho se vide la tête avec le basket. Mais là encore, il a trouvé le moyen de faire progresser tout l’écosystème de la balle orange, avec l’organisation des All Parisian Games, un tournoi calqué sur le All-American aux USA, qui rassemble les meilleurs joueurs de lycée du pays. Chaque année depuis 2013, 600 joueurs et joueuses de moins de 20 ans d’Île-de- France participent aux sélections, d’où sortent les 48 meilleurs (24 garçons, 24 filles), qui représentent la rive droite et la rive gauche. « On ne voulait pas créer un simple tournoi, mais un événement qui allait donner de la force à la culture basket à Paris. » L’initiative cartonne, soutenue par des joueurs NBA de passage dans la capitale, dont Lebron James en 2018. Bakary et son compère Paul sont aussi à l’origine du sauvetage du playground historique de Stalingrad, sous le métro aérien. Devenu impraticable, il devait disparaître. « On s’est positionnés en disant que ce terrain était un héritage du quartier, et qu’il fallait le garder. On a obtenu un budget de la mairie pour proposer un nouveau projet dans cet espace, qui lierait sport et cultures urbaines. » Le terrain flambant neuf a été inauguré le 21 septembre dernier, et depuis, il accueille sans discontinuer bloc parties hip-hop et matches à haute intensité. « MOI-MÊME, J’AI DU MAL À COMPRENDRE MON PROPRE CHEMIN. » party. On n’avait pas un rond, un copain a ramené des platines, l’autre la sono, et on a organisé un open mic. » Écrire son histoire Lassé par trente années de politique de la ville sans résultats, Bakary, qui trouve vaines les manifestations, a compris que pour être efficace, il fallait viser haut  : « Il faut faire en sorte de ne plus être exclus des cercles de décision. Et ne pas se contenter des conseils de quartier, où l’une s’occupe des merdes de chien et l’autre se plaint des loyers qui explosent. Il faut être présent là où l’argent est distribué. » C’est dans cet esprit qu’il a monté sa maison d’édition, Faces cachées, inaugurée par son propre livre, Je suis, en 2015, un plaidoyer pour l’énorme potentiel des quartiers populaires, qui fut parfois le premier livre lu hors programmes scolaires par des lycéens. Évidemment, pas question pour lui d’aller démarcher les grandes maisons parisiennes. « Le projet ne commence pas par l’envie de sortir un livre mais par celle de créer une maison d’édition. On a regardé comment ça fonctionnait et on s’est lancés. » Une idée cohérente avec sa démarche de faire s’exprimer les habitants des cités. « Il y a beaucoup de belles histoires à raconter. Au lieu de se plaindre sur le mode  : «On ne parle pas de nous dans les livres», écrivons les nôtres ! C’est important de faire connaître nos histoires, à l’extérieur, mais déjà pour nous ! » Depuis quatre ans, Faces cachées a édité quatre livres et vient de signer avec un distributeur pour se concentrer sur l’édition. La porte est ouverte à tous les talents  : « Tu ne sais pas écrire mais tu as une belle histoire à raconter ? Viens ! Tu sais écrire mais tu avais peur de le faire ? Viens ! Tu ne sais pas écrire et tu n’as pas d’histoires à raconter ? Bon ben salut. Le social oui, mais la performance avant tout. » Performant, Bakary Sakho l’a été en 2017, lorsque le XIX e arrondissement a été secoué par une querelle entre bandes rivales qui causa un mort. Il monte au créneau et met les parents, qui « ne prennent plus leurs responsabilités », les associations « qui ne font pas leur travail » et « les milieux politiques qui laissent faire tant que ça n’éclabousse pas les autres quartiers » devant leurs responsabilités. Il va même mettre la pression à l’imam de la mosquée du coin pour qu’il participe au retour à la paix. « J’ai allumé tout le monde politiquement ! Pour la première fois, après mes vidéos sur Facebook, on avait un car de CRS dans la cité. J’ai dit qu’on serait tous les dimanches sur le parvis de la gare Rosa-Parks tant que ça ne s’arrêterait pas. Quand on a lancé l’appel, les mamans sont sorties et tout s’est calmé tout de suite », raconte celui qui est devenu aujourd’hui bien plus qu’un gardien d’immeuble. La performance sociale Il quittera d’ailleurs sa loge en 2020, pour se lancer dans une nouvelle aventure avec son collègue Paul, avec qui il monte tous ses projets. Leur association, Le 99, va devenir une agence, qui exploitera le concept de performance sociale et surtout le stakhanovisme de ses fondateurs. « Aujourd’hui, je donne 35 heures par semaine à l’association, en plus de mes 35 heures de travail. L’an prochain, je donnerai 70 heures par semaine à l’agence ! On a bien travaillé, on a un modèle économique. Gardien d’immeuble, c’était un choix, je n’ai jamais voulu vivre de la politique ou du milieu associatif. Je n’ai pas gagné un euro, mais ça m’a ouvert un réseau incroyable et offert des compétences. Je donne des cours à la fac de Lyon, l’année prochaine à HEC, je suis parfois payé pour animer des colloques, qui l’eût cru ? » Si tout se passe comme il le veut, Bakary se voit bien, d’ici une dizaine d’années, faire la navette entre France et Afrique, pour travailler à une forme de réconciliation identitaire, « une nouvelle Françafrique »  : « Un truc intelligent, où tout le monde s’y retrouve, pour éviter que les gens ne tombent dans cette schizophrénie. » Histoire de boucler une boucle qui s’étire dans tous les sens sans jamais casser depuis plus de vingt ans  : « La dernière fois, j’étais à un colloque à Arras avec des intellectuels, des docteurs en sociologie… J’étais non seulement intervenant mais aussi l’un des grands témoins. Et sur mon badge, il y avait écrit  : «Bakary Sakho, gardien d’immeuble et écrivain.» J’ai posté la photo sur les réseaux en rigolant  : «Même moi, j’ai du mal à comprendre mon propre chemin ! » » Instagram  : @allparisiangames THE RED BULLETIN 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 1The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 2-3The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 4-5The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 6-7The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 8-9The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 10-11The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 12-13The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 14-15The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 16-17The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 18-19The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 20-21The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 22-23The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 24-25The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 26-27The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 28-29The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 30-31The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 32-33The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 34-35The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 36-37The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 38-39The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 40-41The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 42-43The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 44-45The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 46-47The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 48-49The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 50-51The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 52-53The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 54-55The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 56-57The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 58-59The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 60-61The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 62-63The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 64-65The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 66-67The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 68-69The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 70-71The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 72-73The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 74-75The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 76-77The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 78-79The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 80-81The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 82-83The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 84-85The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 86-87The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 88-89The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 90-91The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 92-93The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 94-95The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 96-97The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 98-99The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 100