The Red Bulletin n°2019-12 décembre
The Red Bulletin n°2019-12 décembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-12 de décembre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 20,3 Mo

  • Dans ce numéro : red bull illume, le concours photo plus puissant que votre imagination.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
SAMPA THE GREAT Le son de la diasporap Née en Zambie et installée en Australie, l’étoile montante du rap politique explique comment un retour aux sources peut façonner votre avenir. En mars de l’année dernière, Sampa Tembo, alias Sampa The Great, remportait avec Birds And The BEE9 le Australian Music Prize. Cette distinction prestigieuse pour tout musicien australien récompense l’excellence créative et non les ventes d’albums. Pourtant, Tembo n’est pas d’origine australienne, mais zambienne. Elle a quitté son pays natal en 2014 pour étudier la production audio. Dès sa première parution, The Great Mixtape sortie en 2015, la rappeuse suscite la curiosité des magazines de rap australiens, qui la consacrent comme l’une des leurs. L’idée du retour au pays est le fil conducteur des 19 titres de The Return, son premier album officiel sorti chez le label britannique Ninja Tune. La jeune femme de 26 ans nous explique pourquoi elle a réalisé la vidéo du single Final Formen Zambie, et comment elle a surmonté son manque de confiance. THE RED BULLETIN  : Pourquoi avoir tourné la vidéo de Final Formen Zambie en y incluant vos amis et vos parents ? SAMPA THE GREAT  : Je vis en Australie où j’ai lancé ma carrière d’artiste sans jamais me produire dans mon pays où aucune radio ne diffusait mes morceaux. Ma carrière en Australie a décollé subitement. Passages radio et concerts se sont enchaînés, et je suis même reconnue comme Australienne. Les Zambiens s’étonnaient alors de ne pas me voir me produire au pays, j’ai donc décidé de faire quelque chose pour me reconnecter avec eux. Comment avez-vous vécu ce retour ? La boucle était bouclée, je retrouvais ma terre natale en tant qu’artiste. Cela ne me gêne pas qu’on dise de moi que je suis basée en Australie, c’est en partie vrai. Au pays, mes amis me rappellent qu’ils savent d’où je viens, et je réponds n’avoir aucun contrôle en la matière. Pour moi, l’important était de raconter l’histoire qui m’a façonnée et ne pas laisser d’autres le faire à ma place. Que signifie ce retour au pays pour vous ? Vous y sentez-vous plus enracinée artistiquement désormais ? En Zambie, l’éducation ne tolère pas les prétentieux. Quand ma carrière a décollé, mes parents m’ont vite recadrée. Le retour aux sources consolide la progression. Ça vous rappelle d’où vous venez, et permet de remettre les choses en perspective, de se retourner pour voir le chemin parcouru. C’est important. En quoi avez-vous progressé ces dernières années ? J’ai plus d’assurance. Je fais ce pour quoi je suis née. Au début, j’étais rongée par le doute, car dans ma famille personne avant moi ne faisait de la musique en professionnel. Le fait d’y être parvenue et d’en tirer du plaisir renforce ma confiance en moi. Progressivement, l’assurance et le respect de soi se sont aussi accrus tout comme la volonté d’apprendre et de travailler sur mes faiblesses, afin d’éviter de tomber dans le piège de la suffisance. Comment avez-vous surmonté vos doutes ? En échangeant avec les autres. Le sentiment de vivre les choses seul rend vulnérable. J’essaie toujours de parler de la vie avec les gens que je croise, cela aide à prendre conscience des peurs et angoisses que nous avons en commun. Comprendre que nous sommes tous confrontés aux mêmes difficultés aide à dédramatiser son cas personnel et incite à chercher les réponses dans l’acquisition du savoir. Vous avez dit un jour qu’un bon étudiant s’efforce de maîtriser ce en quoi il est doué, mais aussi ce qui lui fait défaut. Qu’avez-vous tenté de maîtriser en préparant The Return ? Tant de choses. Pour résumer, je dirais que j’ai tenté de mettre les choses en perspective. Avec The Return, l’idée d’un impossible retour au pays, quelle qu’en soit la raison, me consumait jusqu’à ce que je rencontre des gens sans aucun espoir de retour, contraints de se créer une nouvelle patrie. Cela m’a poussée à prendre du recul et à constater que mon petit malaise et l’exil que je ressentais pesaient peu comparés aux leurs. J’ai compris que j’étais privilégiée, contrairement à ce que j’imaginais. Qu’a produit en vous cette prise de conscience ? Je me suis demandé ce que j’allais faire de ce privilège. S’il m’est donné de rentrer chez moi, je partagerais tout ce que je sais. Si l’occasion se présentait, je transmettrais aux Zambiens qui n’ont pas la chance de retourner chez eux ce qu’est notre patrie et notre culture. C’est ce sentiment de posséder un savoir dont l’autre est dépourvu et dont il pourrait bénéficier. Cette transmission devient un devoir pour la diaspora. The Return, premier album de Sampa The Great, est disponible sur Ninja Tune ; sampathegreat.com 26 THE RED BULLETIN BARUN CHATTERJEE
« Pour moi, l’important était de raconter l’histoire qui m’a façonnée. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 1The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 2-3The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 4-5The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 6-7The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 8-9The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 10-11The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 12-13The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 14-15The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 16-17The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 18-19The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 20-21The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 22-23The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 24-25The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 26-27The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 28-29The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 30-31The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 32-33The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 34-35The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 36-37The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 38-39The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 40-41The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 42-43The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 44-45The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 46-47The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 48-49The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 50-51The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 52-53The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 54-55The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 56-57The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 58-59The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 60-61The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 62-63The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 64-65The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 66-67The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 68-69The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 70-71The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 72-73The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 74-75The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 76-77The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 78-79The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 80-81The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 82-83The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 84-85The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 86-87The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 88-89The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 90-91The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 92-93The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 94-95The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 96-97The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 98-99The Red Bulletin numéro 2019-12 décembre Page 100