The Red Bulletin n°2019-07 juillet
The Red Bulletin n°2019-07 juillet
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-07 de juillet

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 29,7 Mo

  • Dans ce numéro : une vision du surf...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
fr et tout est prévisible, dit Riggall. Dans un monde accro à l’information, cette idée du secret est cruciale, on ne peut ni cliquer pour le trouver, ni le télécharger. » L’engagement du public est fondamental. « La première fois qu’on a vraiment demandé au public de participer, ce fut pour Lawrence d’Arabie en 2010, dit Kulkarni. Nous avons reconstitué un souk. Les spectateurs devaient apporter des objets à troquer, les échanges ont même commencé dans le métro, avant leur arrivée. Nous avions des tentes de bédouins, des chameaux et des chevaux. » En 2014, Secret Cinema réalise son projet le plus ambitieux avec Retour vers le futur  : une reconstitution de Hill Valley, la ville du film. « Les spectateurs pouvaient s’écrire des lettres, les facteurs les distribuaient dans l’établissement, raconte Kulkarni. Chaque maison disposait d’un téléphone pour appeler les autres maisons. » Mais l’ampleur du projet s’avère trop importante ; le spectacle n’est pas prêt à temps et la première soirée est annulée. Une catastrophe vite rattrapée. Le spectacle reçoit finalement des critiques dithyrambiques et bénéficie même d’une intervention divine. Un soir, à 23 heures, un orage inattendu s’abat sur la ville. « Tous les costumes étaient trempés, dit Kulkarni. Nous avons dû trouver un moyen pour nettoyer et sécher 600 costumes en douze heures. Une cabine entière a été surchauffée et on y a tout mis à sécher. » Si Retour vers le futur fut une leçon d’ambition non tempérée, rien n’en a paru ; l’année suivante, Secret Cinema passe un cran au-dessus avec L’Empire contre-attaque. « Il a fallu un an de discussion avec huit représentants de Lucasfilm à la société de production Bad Robot, de Disney à la Fox, explique Riggall. Roméo + Juliette, Gunnersbury Park (2018) Lié au thème de la violence chez les jeunes, le spectacle a travaillé avec l’association caritative MAC-UK. « Nous avons fait venir Loki, rappeur et activiste, pour sensibiliser les gens aux attaques au couteau », dit Bennett. Retour vers le futur, Printworks (2014) « Un article de l’Evening Standard affirme que nous avons modifié la façon dont les gens s’habillaient cet été-là, et que les femmes se sont mises à porter des robes années 50, dit Kulkarni. Coïncidence ou effet subliminal ? C’est génial de penser qu’un événement culturel va influencer ce que les gens portent. » Kathy Kennedy, la présidente de Lucasfilm, nous a soutenus. En tant que productrice exécutive de Retour vers le futur, elle a été impressionnée par ce que nous faisions. Nous avons trouvé une vieille usine à journaux pour construire Star Wars. » « C’était une ancienne imprimerie impropre à une représentation avec des spectateurs, poursuit Moccia au sujet de l’édifice qui est maintenant la boîte de nuit Printworks à Londres. Nous l’avons transformée pour trois productions  : L’Empire contre-attaque, Docteur Folamour et 28 jours plus tard. » « Je voulais construire un gigantesque Secret Cinema permanent, dit Riggall. Nous y avons investi beaucoup de travail et beaucoup d’argent, mais je connais les gars qui ont créé Printworks, et ils sont bien. » Pour lui, la contribution de Secret Cinema aux bâtiments qu’il habite dans le cadre d’une utilisation temporaire est positive. « J’aime l’idée que des gens en train de danser sur le set d’un DJ, en pleine nuit, se disent  : « Mince, c’est pas ici que le X-Wing est passé au-dessus de ma tête ? » » Après le succès foudroyant de L’Empire contre-attaque, de nouveaux horizons s’ouvrent. Comme pour Blade Runner, présenté l’an dernier, qui comprend la construction d’un Los Angeles du futur avec un système de pluie intérieur pour 86 soirées. « Nous avions une énorme piscine sous le plancher reliée à un système en circuit fermé qui récoltait l’eau pour la pomper vers le plafond, explique Moccia. Voir tout le monde ouvrir son parapluie, sous les néons, c’était comme être à Shibuya par une nuit pluvieuse. » Chaque membre de Secret Cinema a son moment préféré. Pour Bennett, initialement un DJ devenu le responsable de la 60 THE RED BULLETIN C SECRET CINEMA/CAMILLA GREENWELL, 1996 TWENTIETH CENTURY FOX FILM CORPORATION. ALL RIGHTS RESERVED
SECRET CINEMA/LUKE DYSON/FRASER GILLESPIE musique, c’était « en 2015. Quand nous sommes allés au camp de réfugiés de Calais. C’était la semaine où le petit Alan Kurdi (Syrien âgé de trois ans,ndlr) a été retrouvé mort sur une plage de Turquie. Fabien a insisté pour que nous organisions une manifestation culturelle pour dénoncer le mauvais traitement des habitants du camp. Nous avons emmené Afrikan Boy, un rappeur londonien d’origine nigériane qui thématise la politique mondiale et l’immigration dans ses chansons. Nous avons monté un écran et présenté un film de Bollywood aux familles du camp. » « Ils étaient des milliers à ne pas avoir de maison et à penser ne pas avoir d’avenir. Le film a eu un impact positif sur eux, cela leur a redonné de l’espoir. Par la suite, nous avons collecté des fonds pour développer le projet. Sauf qu’avec les attentats de Paris et Manchester, le paysage politique a changé. » La sensibilisation aux questions sociales est peut-être la qualité la plus originale de Secret Cinema  : « Cette année, avec Casino Royale, le James Bond, nous travaillons avec Calm, une association de bienfaisance qui sensibilise les gens à la santé mentale et au suicide masculin. Le film est très ouvert sur ce que vit 007 et il est intéressant de permettre que cela fasse partie de l’histoire. Un seul geste peut changer votre vie et parfois, on doit son salut à la culture. Pour moi, c’était le cinéma. Il est important de créer des expériences qui peuvent devenir un vecteur de changement. » Casino Royale est le premier Secret Cinema pour lequel Riggalla délégué le contrôle, passant les rênes au metteur en scène Angus Jackson. « Ce sera notre plus grand spectacle en salle, deux fois plus grand que Blade Runner, annonce Jackson. 1 500 personnes par nuit, cinquante artistes. » C’est aussi le début d’un partenariat plus étroit avec les créateurs de films. « Quand il a réalisé Casino Royale, il nous a expliqué qu’il regardait dans l’objectif de la caméra en se demandant si ça avait l’air authentique. Et quand ça l’était, il filmait. » Jackson, astucieusement, ne révèle rien du spectacle qui sera programmé sur plusieurs dizaines de dates entre le 6 juin et le 22 septembre. Il mentionne tout de même que Sébastien Foucan, fondateur du freerunning, jouera le rôle du poseur de bombe Mollaka dans la scène d’ouverture de Casino Royale « On arrive à un point où les spectateurs sont les comédiens. » Moulin Rouge, Printworks (2017) « Les acteurs et l’équipe étaient comme une famille, dit Moccia. Les attentats à la bombe de Manchester et l’attaque terroriste de Westminster ont eu lieu pendant les représentations. On a fait chanter le public pendant The Show Must Go On. C’était très émouvant. J’en ai les larmes aux yeux. »..f HANDMAIDEN 4 741 fe-ee° Mademoiselle, Troxy (2017) « On a eu la salle à 5 heures du matin, le spectacle avait lieu le soir même, dit Bennett. Suivant à la lettre le récit de l’oncle tyrannique où personne n’a le droit de parler, les spectateurs ont fait vœu de silence. Ils ont adoré. » à Madagascar, et il promet que chaque spectateur aura la possibilité de vivre son fantasme james- bondesque. « Spielberg dit que nous allons au cinéma pour voir des gens faire les choix que nous ne ferions pas dans la vraie vie. Nous, nous mettons ces choix entre les mains du public. On arrive à un point où les spectateurs sont les interprètes. C’est ça, un spectacle Secret Cinema. » Fabien Riggall, le fondateur et maître du secret, est très ouvert sur certains projets. Il l’imagine à l’échelle mondiale. « Nous avons fait des teasers à Berlin et New York. Je pense que les gens, partout dans le monde, veulent vivre des expériences mystérieuses. Aux États- Unis, le cinéma fait partie intégrante de la culture du pays. Exporter ces expériences dans un pays où des villes entières se transforment au moment de la fête d’Halloween peut être passionnant. Et comment traduire ça dans les endroits où l’on ne parle pas anglais ? » Quant aux films qu’il aimerait encore monter  : « Titanic. La richesse de ce monde pourrait être énorme. La question est de savoir comment le construire, le couler et le remettre en place tous les soirs. J’ai toujours voulu faire un Secret Cinema dans un train aussi. Et E.T., pour que tout le monde se rende dans une forêt en BMX, soit attaché à des câbles, survole l’écran, et disparaisse à jamais. » Riggall plaisante sûrement, mais il y a un projet qu’il prend au sérieux  : « Il était une fois en Amérique, sous le pont de Brooklyn. Transformer un quartier de Brooklyn en New York de la prohibition, avec Morricone et un orchestre live. Je vais certainement proposer cela au maire de New York. À mon avis, c’est possible… » tickets.secretcinema.org THE RED BULLETIN 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 1The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 2-3The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 4-5The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 6-7The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 8-9The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 10-11The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 12-13The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 14-15The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 16-17The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 18-19The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 20-21The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 22-23The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 24-25The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 26-27The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 28-29The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 30-31The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 32-33The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 34-35The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 36-37The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 38-39The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 40-41The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 42-43The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 44-45The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 46-47The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 48-49The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 50-51The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 52-53The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 54-55The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 56-57The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 58-59The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 60-61The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 62-63The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 64-65The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 66-67The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 68-69The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 70-71The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 72-73The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 74-75The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 76-77The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 78-79The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 80-81The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 82-83The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 84-85The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 86-87The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 88-89The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 90-91The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 92-93The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 94-95The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 96-97The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 98-99The Red Bulletin numéro 2019-07 juillet Page 100