The Red Bulletin n°2019-06 juin 2019
The Red Bulletin n°2019-06 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-06 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 19,1 Mo

  • Dans ce numéro : Diablo, le danseur venu d'ailleurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
fr qu’un contrat de disque juteux lui est proposé. « On agitait un chèque sous mes yeux alors que le football ne m’avait pas donné un sou en huit ans, dur de refuser dans ces conditions. J’ai donc choisi la musique et renoncé au foot. » Si le choix s’imposait, il nous faut, pour mieux saisir sa portée, revenir sur ce que le football représente pour elle. Elevée à Aigburth, Liverpool, le club des Reds tient vite une place importante dans sa vie  : « Si vous naissez dans une famille qui supporte les Reds, vous n’y échapperez pas. » Elle doit son prénom à son père. « Chelsea était une petite équipe à l’époque, c’est pas comme s’il voulait m’appeler Tottenham par exemple », plaisante-elle. Ma mère a dit  : « D’accord, c’est un joli prénom mais Engagée à Fulham, Chelcee a aussi joué à Liverpool, Everton, avec les Tranmere Rovers et les Spurs. on va modifier l’orthographe », comme sur mon passeport que j’exhibe promptement quand on ne me croit pas. » Enfant unique, Grimes comprend vite que le foot sera le seul moyen de s’entendre avec les garçons, ses cousins ou ceux de sa rue. « C’était ça ou rester à la maison faire des devoirs. Après des débuts difficiles, les progrès sont vite arrivés. J’étais la première choisie dans l’équipe. » Son grand-père remarque une annonce du centre de formation Ian Rush (fondateur et ancienne idole des Reds) dans le journal local. Sa mère l’y inscrit. Elle est l’unique fille. Les Liverpool Ladies (rebaptisées depuis Liverpool FC Women), qui s’entraînent sur le même terrain, la remarquent. « Elles me proposent de faire un essai. À l’époque, je n’avais même pas de crampons ! Mais ma prestation les a convaincues, et j’ai pu intégrer les U10 de Liverpool, avant de signer un contrat pour cinq ans. » Quant à la musique, c’est une passion que Chelcee développe un peu plus tard  : ado, elle est fan de pop et grandit avec les tubes de J-Lo, Beyoncé, Pink et Kanye. À la maison, sa mère préfère la dance, son beau-père Sting, et Simon & Garfunkel. Pour son diplôme de fin d’études secondaires, Grimes opte pour la spécialité musique pour mettre les chances de son côté. De fait, un professeur ayant remarqué ses talents d’écriture l’encourage en ce sens. À 16 ans, elle décroche un contrat d’enregistrement de six mois grâce à un concours sur Juice FM, une radio locale. Ryan Babel, ailier hollandais de Liverpool est le propriétaire du studio, l’occasion pour la jeune Anglaise d’assister à tous les matches des Reds et d’apprendre les ficelles de l’enregistrement avec l’ingénieur de Babel. La voilà mordue de musique. En plus du plaisir de chanter, Chelcee découvrir celui de se produire sur scène. « Je jouais tous les soirs à Liverpool. Le buzz attirait toujours plus de public, se souvient-elle. Les jeunes se tatouaient les textes de mes chansons dont j’avais moimême oublié les paroles. The Truth était l’une d’elles, un gamin se l’était entièrement tatoué. Je leur disais  : « Ne faites pas ça, vos mères vont hurler. » Mais en observant le phénomène j’ai compris que quelque chose se passait. » Une chose qui la mettra devant un choix cornélien  : le football ou la musique. Ce sera la seconde. Elle signe un contrat avec le label RCA. « Ils voyaient en moi l’Alicia Keys anglaise », confie-t-elle, mais rapidement, son manager est licencié ; son successeur l’ignore pendant deux ans, avant de la débarquer sans préavis. Désorientée, abattue et fauchée, Grimes s’installe à Londres et poursuit son rêve d’auteurecompositrice en enregistrant seule où elle peut, dans une chambre, un sous-sol. Aujourd’hui, Grimes juge cette période sans complaisance. « À 18 ans, à part jouer au foot, j’avais peu vécu. Après une année blanche, j’ai écrit quatre chansons et obtenu très vite un contrat de disque, pas vraiment mérité, pour être honnête. » Elle se fixe alors de nouveaux défis. « J’ai voyagé, appris à me connaître et me suis lancée dans l’écriture. Un jour, quelqu’un m’appelle et me dit  : « Nous apprécions vos talents de compositrice et vous proposons un contrat de publication. » J’ai accepté même si c’était la scène que je visais. » Elle 56 THE RED BULLETIN 4
PHOTOGRAPHY ASSISTANTS:PAOLINA STADLER, MARIA MONFORT PLANA, STYLING:EMILY ROSE MOLONEY, HAIR & MAKE-UP:ALICE HOWLETT se retrouve à Copenhague pour une séance d’écriture avec le producteur danois Cutfather. Hantée par le mal du pays, Grimes compose I Feel Like I’m A Million Miles Away, titre qu’interprétera Kylie Minogue en 2014. Elle collabore ensuite avec SteveMac, l’un des producteurs les plus en vue de la pop moderne, avec à son actif d’énormes succès comme Shape Of You (Ed Sheeran), Symphony (Clean Bandit) et What About Us (Pink). « On ne peut que se bonifier avec de grands joueurs à ses côtés », lance-t-elle en unissant ses deux passions par la métaphore. Mais Grimes ne manque pas de confiance en elle  : « Je suis une Scouser (terme désignant l’accent de Liverpool,ndlr). Il y a dans l’eau de Liverpool, « Les jeunes se tatouaient les textes de mes chansons. » quelque chose qui nous pousse à penser que tout est possible. Je n’oublierai jamais la finale de la Ligue des champions en 2005 (match héroïque contre l’AC Milan à Istanbul,ndlr). Être mené 3:0 et revenir, se battre et gagner en 45 minutes incarnait tout ce en quoi je crois. J’ai vu que la beauté pouvait jaillir du combat. » Avec le recul, Grimes estime que son parcours a été formateur. « Je suis professionnelle depuis seulement quatre ans, mais j’ai beaucoup évolué depuis mes 17 ans et l’époque où j’écrivais des chansons dans ma chambre, livrée à moimême. » En composant pour Dua Lipa, Lana Del Rey et Ellie Goulding, Grimes se découvre un talent pour les mélodies à succès et les rythmes accrocheurs. « Dans le milieu, ma rapidité de création est devenue un gag », avoue-t-elle. Si comme Grimes, vous écrivez une chanson par jour, certaines finissent par trouver un écho. L’une d’elles, 11:11, inspirée par son père, est reprise en 2016 par l’artiste sud-coréenne Taeyeon et deviendra un énorme succès, avec plus de 52 millions de vues sur YouTube. « On ne se rappelle pas toujours tout ce que l’on a écrit, mais celle-ci est spéciale, confie-t-elle. Christian Vinten (co-auteur,ndlr) me demande un jour sur quoi je n’ai jamais écrit. Je réponds  : « Mon père, bizarrement. » Il est mort quand j’étais enfant, et je crois que j’ai évité le sujet depuis. Ma mère me disait toujours de faire un vœu à 23 h 11, et ce vœu était qu’il vienne et me parle. » Si Grimes apprécie son succès d’auteurecompositrice, elle n’a pas pour autant renoncé à la scène et à ses chansons à elle. Une persévérance qui finit par payer l’an dernier avec l’enregistrement de ses propres morceaux. Mais le foot a laissé un vide. En matant la Coupe du monde féminine de 2015, elle remarque, parmi les joueuses anglaises sur le terrain, certaines de ses anciennes co-équipières. « Il fallait que j’y retourne. J’ai contacté des équipes et obtenu des essais avec Wimbledon, les Spurs et West Ham. Les trois m’ont proposé un contrat, c’était dingue. » Elle signe à Fulham et part s’y installer, même si, après la sortie de l’équipe masculine de la Premier League, son avenir au club demeure incertain. Cet été, Grimes sera au rendez-vous pour la coupe du monde féminine en France et espère que ses reportages pour la BBC et COPA90, un média foot en ligne influent, motiveront plus de filles à jouer au foot. À sa façon, la jeune femme s’est inventé la vie qui lui va. « Je suis la preuve vivante qu’on peut s’épanouir dans plusieurs choses à la fois, poursuit-elle. En studio, j’écris des chansons pour les groupes parmi les plus prestigieux au monde. Je joue pour Fulham tout en enregistrant mon propre album. C’est ça mon combat. » Dans la vie comme dans sa carrière, Chelcee Grimes est bien plus que la somme de ses rencontres. chelceegrimes.com THE RED BULLETIN 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 1The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 2-3The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 4-5The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 6-7The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 8-9The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 10-11The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 12-13The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 14-15The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 16-17The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 18-19The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 20-21The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 22-23The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 24-25The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 26-27The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 28-29The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 30-31The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 32-33The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 34-35The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 36-37The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 38-39The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 40-41The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 42-43The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 44-45The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 46-47The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 48-49The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 50-51The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 52-53The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 54-55The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 56-57The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 58-59The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 60-61The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 62-63The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 64-65The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 66-67The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 68-69The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 70-71The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 72-73The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 74-75The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 76-77The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 78-79The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 80-81The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 82-83The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 84-85The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 86-87The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 88-89The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 90-91The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 92-93The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 94-95The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 96-97The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 98-99The Red Bulletin numéro 2019-06 juin 2019 Page 100