The Red Bulletin n°2019-04 avril 2019
The Red Bulletin n°2019-04 avril 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-04 de avril 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : dans la Cage Academy.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
tie La cage de Vincent Barro  : le seul endroit où le combat est autorisé. Qui se comportera violemment dans la rue sera exclu de son Academy. cheval sur la sécurité, sur l’échauffement. Ici les mineurs sont protégés. Dans ces sports-là, la blessure est particulièrement négative, on perd du temps à revenir, on perd des athlètes… Les règles à respecter sont nombreuses. Hélas, les médias ne montrent que les shows agressifs qui cassent ce sport et les élèves. » En boxe, Vincent proscrit les coups à la tête, même avec un casque, pour les moins de 15 ans. La philosophie positive a porté ses fruits. Si ce n’est pas la cour des Miracles, c’est bien la cage des possibles. Car il s’en passe des métamorphoses au sous-sol de la menuiserie. Vincent égrène ses réussites éducatives. Comme Joshua, 9 ans, qui à cause d’une maladie de naissance, a une jambe de trente centimètres plus courte que l’autre. « Après plusieurs opérations, on lui a réduit l’écart à dix centimètres. Depuis qu’il boxe, il a fait des progrès incroyables, à tel point qu’à côté de lui, des enfants en pleine santé passent pour des handicapés. » Avec lui, Vincent se concentre sur les changements de jambe, travaille davantage les déplacements. Joshua s’entraîne désormais deux fois par semaine. « C’est un gamin bourré de volonté, s’il continue sur cette voie-là, dans deux ans, il sera rétabli, dans cinq ans, il fera des combats et je lui prédis un grand avenir. » Donner un cadre, une structure à des jeunes est devenu un sacerdoce. « S’ils ne sont pas bons à l’école, s’ils ont des problèmes de discipline, ils ne sont pas en ordre dans leur tête et ne peuvent pas boxer correctement ! » Avant de les laisser frapper le sac, Vincent leur édicte quelques lois inviolables  : interdit de se battre dans la rue. Qui dit coup de poing sans gant dit fracture de la main, dit renvoi immédiat du club. « J’en connais qui, à cause de ce genre d’attitude, ont gâché leur carrière. » Chaque incartade est signalée aux autres clubs susceptibles 42 THE RED BULLETIN
de les accueillir. Le travail d’éducation creuse très profond. « Ici, on réclame un casier vierge pour les jeunes majeurs. Tous les coaches sont des pacifistes et la philosophie pourrait être résumée avec cette maxime  : ce combat qui n’arrivera pas en dehors du club est un combat de gagné. Grâce à mon métier de garde du corps, je peux cibler les zones d’inconfort, je leur apprends à flairer le danger, à l’esquiver. Bien agir, c’est séparer ceux qui se battent, en utilisant leur maîtrise à bon escient. » Parmi les élèves qui se sont construits ici, il y a aussi Steven, jeune autiste, dont les autres ados se moquaient au début. « J’ai dit  : le premier qui l’ennuie sera renvoyé, on va tous au contraire l’aider comme on peut, et dans deux ans, on sera tous fiers d’avoir fait quelque chose pour lui. » Pour aider Steven, Vincent lui a de suite donné les bonnes cartes  : « Comme il était très timide, je lui ai dit qu’ici, c’est Si ce n’est pas la cour des Miracles, c’est bien la cage des possibles. très simple  : quand tu arrives, tu dis bonjour coach, tu serres la main à tous, tu regardes dans les yeux. Peu à peu, on a créé un lien de confiance, il s’est mis avec les plus forts du club, a pris de l’assurance, s’est réveillé physiquement et psychologiquement. Ses parents qui étaient contre la boxe ont vu leur fils changer grâce à nous, il a gagné des combats… Chaque année, il m’envoie des messages pour me remercier. Il a 20 ans aujourd’hui, une copine, une vie normale. » Dans ce Light Club où la vaine brutalité n’a pas droit de cité, il y a aussi et surtout une lumière, un phare. Maître Adola Fofana. Aveugle depuis son entrée en fac de droit, sourire calme, lunettes noires. Il vient d’arriver, venu comme tous les soirs d’entraînement directement de son bureau d’avocat de Genève. En pliant sa canne blanche télescopique, le poids lourd plaisante  : « Le parcours du combattant, c’est plus pour rentrer de la salle  : 1 h 20 de transport ! J’habite à Lausanne. » Vincent désigne un jeune boxeur pour assister Adola dans ses déplacements. Il enfile son bandeau parce que combattre avec des lunettes c’est compliqué, le bandeau, c’est plus confort. Vincent est le seul qui ait jamais vu ses yeux. Au début, le coach les fermait pour ressentir les choses. « Mais comme je les rouvrais instinctivement, on a fini par combattre dans le noir. C’était très dur, j’ai pris pas mal de coups… » Adola vient du krav manga, avec un petit niveau martial. En sept ans, Vincent lui a appris à boxer, admiratif du bonhomme. « Il fait des interclubs et des sparrings (des combats où les coups sont ajustés mais pas portés,ndlr), il n’est vraiment pas fragile, on le fait tourner avec tout le monde… » Adola a la garde fermée, afin de protéger ses points vitaux, mâchoire, plexus, foie. « Mes repères sont essentiellement sonores, explique-t-il. Dans la rue, je suis habitué à filtrer les sons. J’ai aussi une mémoire spatiale assez développée. Tout comme le toucher. » Adola, plein d’humour, évoque ses rencontres avec le mobilier urbain, plus saignantes parfois qu’unuppercut. Se rit de la difficulté. Affiche des raisons d’homme voyant. « Savoir que je vais pouvoir décharger toutes mes tensions accumulées dans la semaine, c’est la raison principale de ma venue ici. Si j’ai progressé rapidement, grâce à Vincent, c’est que c’est très désagréable de se prendre des coups dans la figure ! On a développé un style personnel qui me correspond  : je visualise très bien les choses, je mesure la distance entre mes adversaires. À partir du moment où je sais où se trouve la personne, ce n’est plus un désavantage de ne pas voir. Une fois que je l’ai trouvée, je suis un boxeur normal. » Sur son vélo d’échauffement, Adola, parti pour une heure trente THE RED BULLETIN 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 1The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 2-3The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 4-5The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 6-7The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 8-9The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 10-11The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 12-13The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 14-15The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 16-17The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 18-19The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 20-21The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 22-23The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 24-25The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 26-27The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 28-29The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 30-31The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 32-33The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 34-35The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 36-37The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 38-39The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 40-41The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 42-43The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 44-45The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 46-47The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 48-49The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 50-51The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 52-53The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 54-55The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 56-57The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 58-59The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 60-61The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 62-63The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 64-65The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 66-67The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 68-69The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 70-71The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 72-73The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 74-75The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 76-77The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 78-79The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 80-81The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 82-83The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 84-85The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 86-87The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 88-89The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 90-91The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 92-93The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 94-95The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 96-97The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 98-99The Red Bulletin numéro 2019-04 avril 2019 Page 100