The Red Bulletin n°2019-02 février 2019
The Red Bulletin n°2019-02 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-02 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 17,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'inclassable du stand-up.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
'eLa première fois que j’ai mis les pieds dans une discothèque, c’était en 1974. J’étais avec une fille et on s’est retrouvés dans ce club où jouait une première version de Love to Love You Baby. C’était avant que ça ne devienne un succès pour Donna Summer. Le son était complètement différent. Et le DJ passait d’un morceau à l’autre sans coupure ; je n’avais jamais entendu cela auparavant. Jusque-là, une chanson allait toujours jusqu’au bout – il y avait un petit silence, puis la chanson suivante commençait. Mais ici, pas de silence, juste un beat sans fin et soutenu. À l’époque, je jouais dans un groupe rock qui marchait relativement bien mais ne proposait rien de nouveau. Cette expérience m’a vraiment époustouflé et m’a donné envie de réaliser quelque chose de semblable. Je voulais faire partie de ce monde excitant où la musique semblait ne jamais s’arrêter. J’ai fondé Chic en 1976 avec mon partenaire musical, Bernard Edwards, aujourd’hui disparu. La première fois que Bernard et moi sommes allés au Studio 54, Grace Jones nous avait invités, mais on ne voulait pas nous laisser entrer. C’est ce qui nous a fait écrire la chanson Le Freak qui s’est vendue à 13 millions d’exemplaires à travers le monde. C’était notre façon de nous venger d’eux. Au début, le chœur ne disait pas freak out mais fuck off. Mais heureusement, nous l’avons changé. La chanson la plus importante que Bernard et moi avons écrite – Good Times – est aussi la dernière que nous avons sortie en tant que membres de Chic. Ce fut très important parce qu’elle a été numéro un au hit-parade après la campagne « Disco Sucks » (trad. le disco, c’est nul). La façon dont les gens ont brûlé leurs disques de musique disco n’était rien de moins qu’un geste raciste. Ce sont les blancs de la Bible Belt américaine qui ont mené ce mouvement et cette musique ne s’adressait pas à eux – nous l’avons créée pour des gens comme nous, pour danser et pour s’amuser. Pas pour les ploucs du Wisconsin qui se baladent avec leurs tee-shirts aux couleurs du groupe Journey. Le succès de Good Times m’a fait réaliser la force d’une bonne chanson. Le fait qu’elle puisse surmonter une telle hystérie collective. Je suis sûr que beaucoup d’idiots qui ont participé à la campagne « Disco Sucks » l’ont aussi acheté. Finalement, Good Times a été le comble de l’ironie, tout comme ce qui l’a suivi, comme My Sharona de The Knack. L’influence de Chic sur cette chanson était si manifeste que c’en était presque risible. Et exactement un an après Good Times, le single n°1 en Amérique était Another One Bites the Dust de Queen. Hey ! Si cela n’a pas été influencé par Good Times, alors rien ne l’a été. J’ai écrit toutes mes grandes chansons sur une guitare Fender Stratocaster. Je l’appelle « The Hitmaker ». Je ne toucherai plus jamais une autre guitare ! J’ai maintenant quelques répliques de « Il y a un nouveau besoin pour une musique qui fait chanter, danser et oublier la triste réalité pendant quelques minutes. » ce modèle que j’emporte lors de mes tournées pour que rien n’arrive à l’original, mais lorsque je compose ou enregistre en studio, j’utilise cette guitare de 1960. Je l’ai achetée dans un magasin à Miami au début des années 70 quand Bernard et moi faisions la première partie des Jackson Five. On nous appelait encore le Big Apple Band et nous ne remportions qu’un succès modeste, ce qui n’est pas étonnant avec un tel nom. En fait, nous étions plutôt bons malgré la sonorité de ma guitare qui n’était pas vraiment funky. Ça sonnait bien, mais ça ressemblait à du George Benson ou du Wes Montgomery. Un jour, Bernard m’a dit  : « Écoute, pose ta guitare jazz et essaie une Strat, comme Hendrix et Clapton. » Je n’étais pas très enthousiaste à l’idée au départ mais je suis entré dans ce magasin avec mon ampli acoustique et ma vieille guitare. Le vendeur a pris la Strat, l’a branchée à mon ampli et ça sonnait sacrément funky. C’était mon nouveau son. Je l’entretiens depuis. Et je serais stupide de le changer. L’une des raisons pour lesquelles je viens de signer un nouveau contrat de disque sous le nom de Chic, c’est que, pour l’instant, il y a très peu de groupes noirs aux États-Unis qui ont un contrat avec une major. Pour être honnête, je n’en vois que deux  : The Roots et des gars réunis sous le nom d’Unlocking the Truth. Ils sont vraiment jeunes mais ils font du très bon heavy metal. Et c’est tout. l’impression qu’il y a un nouveau besoin pour une musique qui fait du bien à l’auditeur, qui fait chanter et J’ai danser les gens et qui fait oublier la triste réalité pendant quelques minutes, un peu comme une évasion dans un monde artificiel. Pas tant une réalité différente qu’un monde plus optimiste, où les choses sont comme nous voudrions qu’elles soient, plutôt que comme elles sont réellement. Je sais très bien qu’il y a de l’injustice dans le monde et que les gens ont des problèmes. Nos chansons reflètent cela, mais elles ont tendance à être positives, et il y a une philosophie simple derrière cela. Quand l’ère du disco a commencé, il était synonyme d’amour, de confiance et de plaisir – c’était un merveilleux refuge. Et Daft Punk prouve que le disco est toujours populaire. Ces robots sont géniaux. J’ai rencontré le duo il y a plus de vingt ans lors de la sortie de leur premier album. J’étais vraiment intéressé d’entendre un groupe sampler mes morceaux d’une manière créative, unique et originale. Ces gars étaient une bouffée d’air frais à une époque où les gens abusaient du produit du travail des autres pour en faire la base de leur propre matériel. Daft Punk faisait – et fait encore – vraiment quelque chose d’unique. J’ai tout de suite senti un lien profond avec les membres du groupe. Nous sommes devenus de bons amis et puis nous avons commencé à faire de la musique ensemble. 48 THE RED BULLETIN
Rodgers, 66 ans, a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en 2017.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 1The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 2-3The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 4-5The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 6-7The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 8-9The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 10-11The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 12-13The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 14-15The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 16-17The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 18-19The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 20-21The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 22-23The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 24-25The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 26-27The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 28-29The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 30-31The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 32-33The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 34-35The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 36-37The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 38-39The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 40-41The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 42-43The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 44-45The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 46-47The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 48-49The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 50-51The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 52-53The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 54-55The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 56-57The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 58-59The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 60-61The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 62-63The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 64-65The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 66-67The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 68-69The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 70-71The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 72-73The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 74-75The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 76-77The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 78-79The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 80-81The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 82-83The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 84-85The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 86-87The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 88-89The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 90-91The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 92-93The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 94-95The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 96-97The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 98-99The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 100