The Red Bulletin n°2019-02 février 2019
The Red Bulletin n°2019-02 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-02 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 17,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'inclassable du stand-up.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
LAURENT BOURSETTE, 48 ans, ultra sans assistance. Premier en 6 jours, 2 heures et 18 minutes. En arrivant à Talloires, km 1 100, soit à la mi-course, Laurent, qui tient un shop de vélos électriques, s’est exclamé  : « J’ai eu ma dose de montagne. J’ai horreur des montées ! » Curieuse réflexion quand on habite dans le Vercors et qu’on a enchaîné les cols avec une telle apparente facilité… Mais Laurent est avant tout un homme de plaines, de bordures, le plat de la Brie où il a fait ses classes lui va comme un gant. Pour ce défi, l’ancien 1 re catégorie s’est affiné, affûté comme jamais. « En février, je pesais 81 kilos pour 171 cm. Aujourd’hui, je n’en fais plus que 68… » À raison de 20 heures par semaine, il a accumulé 10 000 km au compteur. Laurent a toujours fait du vélo, après un passage par le triathlon à seize ans. En 2002, il se lance dans l’ultra, à coup de Bordeaux-Paris, puis en 2007 de Paris-Brest et retour. En 2017, il se met à l’ultra-trail. « Grâce à mon passé de triathlète, je sais m’entraîner, gérer le long. Et soigner mon alimentation  : à chaque fois que je voyais une boulangerie, je m’arrêtais pour faire des provisions de croissants et pizzas ! » minutes. Les premiers à partir sont les ultra self support, les coureurs sans assistance, qui portent leur maison sur leur cadre, quinze kilos au bas mot. Vingtcinq grognards qui partent en campagne pour découvrir la France et la souffrance. De la côte d’Azur à la côte d’Opale. À bord de sa voiture de directeur de course, Arnaud nous explique cette stratégie Sud-Nord. « Si j’avais mis tous les cols des Alpes à la fin, les coureurs risquaient de ne pas terminer la course. Et c’est clairement une course de finishers… » Lui sait ce que ce mot veut dire. Cet ancien cycliste 1 re catégorie qui a arrêté le vélo pendant huit ans avant de remonter en selle et tout court suite à un douloureux divorce, a achevé deux fois l’interminable RAAM (Race Across America, près de 5 000 km d’Ouest en Est, avec assistance), en 2013 et 2015. Onze jours à pédaler 440 km quotidiens, lynché de fatigue, à insulter les éléments. L’ultra-distance, il en connaît tous les stigmates, l’engagement ultime, déraisonnable, irrationnel. « Je me souviens d’une nuit noire, au plus haut des Rocheuses. Je titubais tellement j’en bavais. Mais j’ai descendu à 100 km/h, en pleurant sur ma selle, la voiture suiveuse collée à moi pour m’éclairer. Ce.e jour-là, j’ai pris des risques fous, je suis allé au-delà Fier finisher, Laurent Boursette sera à jamais le premier vainqueur de la Raaf. Arnaud, l'organisateur de la RAAF  : « La mi-course, c’est le moment où commencent à apparaître les hallucinations, classiques de l’hyper fatigue. » 38 THE RED BULLETIN
NICOLE REIST, 34 ans, ultra avec assistance. Deuxième en 5 jours, 8 heures et 23 minutes. Le moins que l’on puisse dire c’est que son frêle gabarit ne dégage pas une impression de puissance  : et pourtant, Nicole Reist a une étonnante cadence de pédalage. Un rythme qui lui a permis de réaliser une performance mémorable lors de la dernière RAAM (Race Across America) en juin  : finir troisième de la mythique épreuve au scratch en établissant le record féminin de l’épreuve en 9 jours, 23 heures et 57 minutes. Exploit considérable. Sur la RAAF, le combat de la Suissesse fut intense contre Marcello Luca, le puissant Italien. Après avoir mené la plus grosse partie de la course, Nicole, seule femme engagée dans l’ultra avec assistance, achevait l’épreuve 65 minutes seulement derrière le transalpin. Après la course, la jeune femme, technicienne du bâtiment dans la vie, qui travaille 42 heures par semaine, s’entraîne 5 heures par jour et davantage encore les week-ends, dira qu’elle vient de courir là la plus difficile mais aussi la plus belle course de sa vie. Et a déjà demandé quelles étaient les dates de la prochaine édition… de mes limites… Après ça, plus rien ne pouvait plus m’arriver. » Sur le bon enrobé de la route de l’arrière-pays niçois, nous suivons le leader provisoire, le Belge Jochen Vankerckhoven, jeune chien fou parti comme une balle auquel Arnaud prédit, à sa vitesse outrancière, un retour de bâton. Sur le plat, l’Allemand Julian Eisenbeis, futur troisième de la course, lui aussi « envoie », tire un gros braquet. « C’est typique de l’ultra-distance, commente Arnaud. Au bout de quelques heures déjà, le corps ne supporte plus d’avoir une cadence de pédalage élevée. En tirant un gros braquet, le cœur ne monte pas trop et ainsi, on crée moins de toxines. » La première barrière horaire est le Mont Ventoux, km 350, déjà douze cols dans les cuisses. Pour ceux qui ne le passent pas en vingt-quatre heures, la course s’arrêtera là. Le mont Chauve et chaud dans l’ocre du petit matin fait plier quelques volontés. Pour ne pas trop souffrir du mercure, Luc le coursier l’a gravi la nuit, là où il faut être vigilant car les fans de tuning y font des rodéos. Arrivé au sommet à 1 h 30, par − 9 °C, il dormira après, dans la pampa, peu importe. Cette course, Seule femme engagée dans l’ultra avec assistance, Nicole menait la plus grosse partie de la course. il la fait pour voir du pays, de jour comme de nuit. La France des petites routes où l’on se croise ric-rac déroule sous nos yeux, comme celles du Vercors et ses goulets étroits surplombant le vide entre deux tunnels. Au bistrot de la Poste de Vassieux-en- Vercors, Luc s’est arrêté prendre un petit café. Il vendrait son vélo pour un kebab. Il évoque la course avec assistance. « C’est inhumain, cette version. Nous, on s’arrête quand on veut. Eux ne font que rouler. » Nous y reviendrons. Avant les cols des Alpes, pas un ne manque à l’appel  : l’Alpe d’Huez, le Galibier, le Lautaret, l’Iseran pour ne citer que les stars du tour de France. David Hermans, futur deuxième de l’épreuve souffre du genou. Un médecin lui a conseillé d’arrêter, mais à voir comment il passe l’Iseran, au jour 3 de la course, on se rassure. David suivra son instinct et pas l’avis médical. « Sortir des Alpes, c’est l’assurance, hors souci mécanique ou grosse blessure, de finir la course. Cela supprime le doute », garantit Arnaud. Les statistiques lui donnent raison. La quasi-totalité des 30% d’abandons ont eu lieu avant ou pendant les étapes de montagne. « L’expérience est essentielle dans ce format, poursuit Arnaud. Contrairement à ce que l’on pense, il faut dès le début gérer le moindre détail, car, sur THE RED BULLETIN 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 1The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 2-3The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 4-5The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 6-7The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 8-9The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 10-11The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 12-13The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 14-15The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 16-17The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 18-19The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 20-21The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 22-23The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 24-25The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 26-27The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 28-29The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 30-31The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 32-33The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 34-35The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 36-37The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 38-39The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 40-41The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 42-43The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 44-45The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 46-47The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 48-49The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 50-51The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 52-53The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 54-55The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 56-57The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 58-59The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 60-61The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 62-63The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 64-65The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 66-67The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 68-69The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 70-71The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 72-73The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 74-75The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 76-77The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 78-79The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 80-81The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 82-83The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 84-85The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 86-87The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 88-89The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 90-91The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 92-93The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 94-95The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 96-97The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 98-99The Red Bulletin numéro 2019-02 février 2019 Page 100