The Red Bulletin n°2018-12 décembre 2018
The Red Bulletin n°2018-12 décembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-12 de décembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 18,5 Mo

  • Dans ce numéro : ridez local !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
« Pour être performant, il faut être heureux. » lk Modèle à ses heures  : l’escrimeuse représente une eau guadeloupéenne et une fameuse marque de cosmétiques.
est un peu comme une comédie. » Témoin privilégié de la nouvelle vie d’Ysaora, Race peut attester du changement radical qui attendait sa belle à son arrivée en Californie, sous l’ère Sergei. « Les USA, la Californie, c’est la terre de ceux qui veulent réaliser leurs rêves, mais pour Ysaora, cela impliquait beaucoup de changements, beaucoup de pression et une certaine maturité ». La Guadeloupéenne reste une sportive représentant la France, mais elle a souhaité s’affranchir de l’INSEP, et tout assumer  : entraînements et déplacements sur les compétitions, de par le monde, sont désormais à sa charge. Et côté jet lag, la Californie n’est pas la provenance la plus favorable quand les épreuves ont lieu en Europe. Au-delà des considérations strictement logistiques de sa nouvelle vie – qu’elle appréhende en « chef d’entreprise » de son projet sportif – c’est l’encadrement du coach ukrainien qui sera son défi le plus costaud. S’entraîner avec une légende de sa discipline a un prix. « Quand j’ai rencontré Sergei, il m’a dit que je maîtrisais très bien ce que je faisais, se souvient Ysaora, mais qu’en ne changeant rien, je n’irais pas plus loin qu’une cinquième place mondiale. » Accepter d’être coachée par Sergei, « le Général » – comme elle le surnomme affectueusement – c’était accepter d’être confrontée à un discours très direct, d’évoluer bien au-delà de sa zone de confort, de répondre à une nouvelle vision de l’escrime, celle d’un homme tenace, qui ne vous laissera pas de répit, si votre but véritable est de devenir la meilleure au monde. Race ayant pratiqué Sergei depuis un an déjà, Ysaora savait à quoi s’attendre en s’engageant auprès de l’Ukrainien, mais la réalité du système Golubitsky fut plus exigeante que ce qu’elle avait pu appréhender. « Je suis entrée dans une zone de difficultés beaucoup plus dure que prévue, relate-elle. À l’INSEP, je menais de front un double projet, études et escrime. Avec ce coach, un seul objectif  : l’escrime, du lundi au samedi. » La dynamique reconstructrice et intense appliquée par le coach. « Il m’a contrainte à changer plein de choses, mes positions, ma respiration… S’entraîner avec lui, c’est comme réapprendre à marcher », précise la fleurettiste. L’INSEP est loin, avec ses partenaires d’entraînement idéales. « Ici, au centre de Sergei, on s’entraîne avec des escrimeurs d’un niveau inférieur à celui que je connaissais en France, mais plutôt qu’être dans l’aisance face à eux, je dois m’y confronter en travaillant avec des handicaps. La progression compte plus que le résultat. » Cette nouvelle donne sportive entraînera son lot de découragements et de passages à vide sur l’année écoulée, avec notamment des Championnats d’Europe en Serbie difficiles. Mais dès les Mondiaux en Chine dans la foulée, en juillet, avec de l’argent en individuel et du bronze en équipe, la fleurettiste est dans le concret  : la méthode Golubitsky commence à payer. « Pour Ysaora, le plus dur à gérer aura été la flexibilité, explique Imboden. Pas physiquement, mais dans la quantité de choses que Sergei lui demande de travailler à la fois. Dans un cadre classique d’entraînement, tu te concentres sur un aspect de ton escrime, mais notre coach intègre plein de choses à appréhender toutes à la fois. » L’Américain de 25 ans aura été le plus fervent soutien d’Ysaora sur cette entame Ysaora s’investit au quotidien pour l’escrime, mais en France, son sport reste amateur. de renaissance sportive et personnelle. « Race a été un pilier pour moi cette année, notamment pendant mes compétitions cet été, dit Ysaora. Quand il n’était pas sur place, il se montrait disponible pour me proposer des tactiques ou répondre à mes messages. C’est lui le premier que j’appelle après un combat. Ensemble, nous formons une équipe. » Quand on questionne Ysaora sur sa capacité à équilibrer son quotidien sportif exigeant, sa vie de couple et son goût pour le divertissement et la culture, elle réplique d’une touche de bon sens  : « Dans mon univers, comme dans d’autres, pour être performant, il faut être heureux. » Alors que nous bouclons ce numéro, la Française nous annonce qu’elle s’engage auprès d’un nouveau coach, l’Italien Stefano Cerioni. Réputé pour faire pleuvoir l’or sur ses champions, il vient de s’installer en Californie exclusivement pour encadrer nos aventuriers du fleuret... Instagram.com/ysaorathibus THE RED BULLETIN 57 t



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 1The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 2-3The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 4-5The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 6-7The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 8-9The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 10-11The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 12-13The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 14-15The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 16-17The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 18-19The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 20-21The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 22-23The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 24-25The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 26-27The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 28-29The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 30-31The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 32-33The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 34-35The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 36-37The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 38-39The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 40-41The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 42-43The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 44-45The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 46-47The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 48-49The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 50-51The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 52-53The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 54-55The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 56-57The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 58-59The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 60-61The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 62-63The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 64-65The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 66-67The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 68-69The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 70-71The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 72-73The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 74-75The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 76-77The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 78-79The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 80-81The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 82-83The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 84-85The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 86-87The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 88-89The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 90-91The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 92-93The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 94-95The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 96-97The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 98-99The Red Bulletin numéro 2018-12 décembre 2018 Page 100