The Red Bulletin n°2018-11 novembre 2018
The Red Bulletin n°2018-11 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-11 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (221 x 295) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 19,8 Mo

  • Dans ce numéro : Sofiane étend son empire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
forte comme dans le Golfe de Gascogne en 2002, avec des creux de 8 mètres et 45 nœuds de vent violent, qu’il est impossible d’aller au mât ou d’aller sur le pont. Là, je suis en mode survie, à chaque vague, je me fais passer au karcher, il faut que je reste près des écoutes, mais en même temps, je dois rester mobile et véloce pour éviter que le voilier ne chavire. Et si le bateau est inerte, il se fait broyer par les vagues. La seule issue, c’est de garder de la vitesse pour fuir le chaos. La pression mentale est énorme. Il faut savoir décider rapidement, il n’y aura aucun droit à l’erreur. Il faut tenir encore, sans dormir ni manger. Si je me trompe dans l’enchaînement des changements de voile, c’est le point de non-retour. Physiquement, je me mets minable sur certaines manœuvres où il faut être super explosif au moulin à café. J’ai le cœur qui monte à 200, le goût du sang dans la bouche. En 4 minutes, il faut donner tout ce qu’on a dans les tripes. C’est l’effort d’un 400 mètres sur une piste mouvante, mais à fournir à un instant où l’on n’est pas forcément préparé pour  : cela peut survenir au milieu de la nuit, au sortir d’un sommeil haché de 20 minutes. Et si je rate, soit je casse tout, soit je chavire. » LES ALIZÉS  : UN SCHUSS, EN ÉTÉ... On est au milieu de la course, on arrive près de l’Équateur. En quelques heures, on change d’ambiance. On est partis en hiver, on arrive en été, c’est quand même un truc de fou ! On a subi la baston au nord en ciré intégral, et on se retrouve en mode short et tee-shirt. Avec l’expérience on arrive à s’adapter à cette mutation ultra-rapide, mais c’est quand même usant. La chaleur, c’est un peu un piège, il faut faire attention à la déshydratation, et boire n’est pas souvent la priorité. On change aussi d’alimentation. Sur un Rhum, je suis moins protéiné que sur les tours du monde  : on a besoin de plus de glucides sur ce genre de sprint. Chaque jour, je me sers les rations caloriques lyophilisées qui ont été préparée par le nutritionniste. Plus on va vers le chaud, plus les saveurs et les textures sont adaptées, je suis plus sur des semoules, des pâtes. Dans les Alizés, la fatigue commence à se faire cruellement sentir  : sur un Rhum on ne dort que deux heures par jour en moyenne et par tranches de 20 minutes. J’indique à mon routeur quand je vais dormir, au cas où (même si ça ne m’est jamais arrivé) je ne me réveillerais pas. Plus on arrive près de l’Équateur, plus il y a de l’instabilité météo  : soit c’est pétole (pas de vent,ndlr), dans ce cas, il faut se réinitialiser après la baston de l’Atlantique, accepter la loi de la nature et s’occuper  : lire (j’emporte toujours des essais de philo, au moins), prendre une douche, contempler les couchers de soleil, discuter de choses plus légères avec son routeur, réparer le bateau s’il y a de la casse. Si au contraire, les grains violents surviennent, c’est comme une longue descente vers l’arrivée, un gros schuss de ski. Là, l’engagement est total avec tous les risques que cela comporte  : un multicoque ça peut chavirer ! Mais la récompense est énorme  : surfer avec des pointes à 40 nœuds (près de 80 km) qui font au passage prendre un pied terrible, avec cette impression de voler, de planer ! Au fil des jours, je suis de plus en plus à l’écoute de mon bateau. Un multicoque, ça fait un bruit assourdissant mais je ne le subis pas, au contraire  : je sais au moindre cliquetis en tête de mât ou à un micro Comme un coup de vieux Les mains enflées, le corps usé, les traits creusés. Pour les Ultims, la route du Rhum ne dure que sept jours, mais fait prendre parfois dix ans aux skippers. L’arrivée à Pointe-à- Pitre dans une ambiance de Tour de France libère les corps et ravit les esprits. Ensuite, a minima, rattraper la trentaine d’heures de sommeil perdues en mer, à terre. 2001 Un Rhum intraitable L’édition catastrophe, l’hécatombe due à une succession de grains ultraviolents à l’entrée de l’Atlantique Nord. Au total, trente abandons, des chavirages et beaucoup de casse. L’Anglaise Ellen MacArthur remporte la course. « Ce Rhum était intraitable, il me fait penser à Paris-Roubaix », résume Thomas Coville. 50 THE RED BULLETIN C JEAN-MARIE LIOT/SODEBO
JEAN-MARIE LIOT/SODEBO. sifflement qu’il se passe quelque chose d’anormal. Même si je suis au bout du bout, cramé, dans la limite du médicalement raisonnable, je fais corps avec ma machine, plus que jamais… » L’ARRIVÉE  : GRÂCE ET EUPHORIE « On est sous les Tropiques, on va savourer, vacances… Non. Cette arrivée est très complexe  : c’est comme un atterrissage en avion sur la Guadeloupe. Le parcours nous impose de passer dans les dévents de Basse Terre (île principale de la Guadeloupe,ndlr), et là, on peut perdre tout le temps que l’on avait grappillé les jours précédents en seulement deux heures. C’est injuste, aléatoire, mais ce n’est pas le moment de flancher. En prime, il y a cette bouée au ras de la côte, dangereuse pour nos Ultims, où on peut encore se mettre sur le toit. La fatigue aidant, l’effort de concentration demandé est dingue… Les yeux auraient besoin d’allumettes pour ne pas se fermer, mais le Rhum est un blockbuster à suspense, et tant que la ligne n’est pas passée… Il faut y aller. Sur certaines éditions, la victoire s’est jouée à quelques minutes. Puis on file vers la Marina, et là, le choc  : je viens de passer une semaine seul, et voilà qu’on m’escorte sans transition vers la civilisation. Une puissante communion avec le public, une vraie sensation de fraternité. Souvent, je crains même les risques de collisions avec tous ces petits bateaux à l’eau, mais c’est une telle fête qu’on a la banane jusque-là… Un moment de grâce et d’euphorie, qui se termine dans les bras des proches, entre larmes, sono, et fumigènes… La magie et la folie du Rhum ! » routedurhum.com « Si le bateau est inerte, il se fait broyer par les vagues. La seule issue  : garder de la vitesse pour fuir le chaos. » 2014 Le remplaçant Loïck Peyron remplace Armel Le Cleac’h, blessé, au pied levé, et s’impose sur Banque Populaire VII en explosant le record de la course en 7 j 15 h 08 min 32s. En quarante ans de course, les navigateurs ont gagné plus de deux semaines pour parcourir les 5 648 km séparant la Bretagne et la Guadeloupe. THE RED BULLETIN 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 1The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 2-3The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 4-5The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 6-7The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 8-9The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 10-11The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 12-13The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 14-15The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 16-17The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 18-19The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 20-21The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 22-23The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 24-25The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 26-27The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 28-29The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 30-31The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 32-33The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 34-35The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 36-37The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 38-39The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 40-41The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 42-43The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 44-45The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 46-47The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 48-49The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 50-51The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 52-53The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 54-55The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 56-57The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 58-59The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 60-61The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 62-63The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 64-65The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 66-67The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 68-69The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 70-71The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 72-73The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 74-75The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 76-77The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 78-79The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 80-81The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 82-83The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 84-85The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 86-87The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 88-89The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 90-91The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 92-93The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 94-95The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 96-97The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 98-99The Red Bulletin numéro 2018-11 novembre 2018 Page 100