The Red Bulletin n°2013-07 juillet
The Red Bulletin n°2013-07 juillet
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-07 de juillet

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 13,0 Mo

  • Dans ce numéro : Endless Summer... le surf dans tous ses états.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Kolohe Andino Né le : 22 mars 1994 Résidence : San Clemente, Californie, USA Pile : Dino, son père, a été surfeur pro dans les années 80-90. Vainqueur d’un championnat des États-Unis en 1990, il est nommé espoir de l’année en 1991. Face : Kolohe est surnommé « brother » par ses parents après la naissance de sa jeune sœur. Un surnom toujours vivace dixhuit ans après. Photos : Brian bielmann/Red Bull Content pool, Ken Steinhardt/Corbis
prêt à franchir un palier. Pour le ventre mou du milieu professionnel, ce fut une mauvaise nouvelle. Cette situation a mis en lumière la petite élite du surf, les vraies idoles qui dopent le produit. Des surfeurs comme Wilson, Andino et Florence sont devenus « leur propres marques commerciales ». Ils savent se vendre. Le savoir-faire et le faire savoir. Rappelez-vous. Au Japon, en 2007, Wilson a marqué l’histoire. Ce jour-là, il attaque une vague moyenne et part sur la gauche. Il décolle et fait demitour en l’air les mains agrippées aux bords de sa planche, les pieds dans le vide, avant de se redresser proprement et d’achever son ride. Une figure inédite, le « sushi roll », comme la surnomme Wilson, est née. La vidéo enflamme la planète surf. Aussi incroyable que le mouvement, son écho se répand à toute berzingue grâce aux photos en ligne et à YouTube. Pour le plus grand bien de la promotion du surf moderne. C’est l’un des premiers coups d’éclat de cette nouvelle génération, sa signature technique. Cela fait déjà six ans. Depuis, l’évolution technologique a profilé le matériel, apporté plus de vitesse, de légèreté et une grande fiabilité. Aujourd’hui, un surfeur peut disputer un ride, et même toute une manche sans se mouiller les cheveux. Grâce à un équipement vidéo bon marché et l’avènement des réseaux sociaux, tout le monde peut tourner des images. Le buzz est instantané. La changement de cap s’est précisé deux ans après l’apparition du sushi roll. En 2009, Jordy Smith passe son rodeo flip (un tour complet en l’air) dans les vagues indonésiennes. Instantanément, le Web s’affole. Cette figure est présente dans Done, le courtmétrage de John John Florence réalisé l’an passé, une compilation de ses meilleurs rides. Le genre de projet qui, auparavant, nécessitait une équipe de tournage et le soutien de quelques sociétés pour être produit et distribué. Maintenant, un surfeur et son cadreur suffisent. Julian Wilson et Kolohe Andino ont leur caméraman attitré. Les deux complices ont créé des blogs qu’ils alimentent en vidéos inédites, avec des images toutes chaudes de la veille. Jamais les fans n’avaient eu accès à ce qui se fait de mieux en surf. « Plus de gens suivent le surf aujourd’hui qu’à mes débuts, assure Wilson. En Australie, ça revient en force. On le voit à la télé. Et c’était plutôt sympa l’an dernier pendant l’US Open de voir chaque jour sur ESPN pas mal d’images de surf, comme le Top 10 des meilleurs rides. Les smartphones sont aussi incroyables, ils permettent aux gens de rester en contact avec tout ce qui se passe et de se tenir au courant. C’est de plus en plus facile pour les gens de nous suivre. » Wilson aborde là un point essentiel. Cette nouvelle donne permet d’attirer des millions de spectateurs comme à l’US Open, en juillet, le long de la plage californienne de Huntington. Car le meilleur du surf ne se regarde pas dans les blogs et les magazines, mais lors des compétitions que le gros barnum de l’ASP contribue à faire découvrir à de nouveaux adeptes partout dans Voyez ce trio de choc en action sur l’appli pour tablette totalement gratuite siglée The Red Bulletin ! Au Japon en 2007, Wilson a marqué l’histoire. Une figure inédite, le « sushi roll », est née le monde. « Les surfeurs sont de plus en plus concernés par la mise en place d’un spectacle de qualité, analyse Gabriel Medina. Ça passionne le public et amène de nouveaux fans. » Et grâce à un nouvel accord conclu l’an dernier, on va découvrir autrement les compétitions. En effet, en octobre 2012, une nouvelle société, ZoSea Media, a acquis les droits d’images et de retransmission de l’ASP et a annoncé ses ambitions pour rénover et dynamiser le circuit mondial. Pour la première fois, une seule équipe, composée d’anciens de MTV, de Time Inc. et de la NFL produira et diffusera les compétitions. L’objectif est de rendre le surf spectaculaire et facile à suivre pour le fan de sport devant sa télé. Un casse-tête depuis des années. « Maintenant, c’est aussi une affaire de proximité, c’est ça le gros problème, résume Jasienski, dont la société Hurley parraine en septembre le Hurley Pro à Trestles en Californie. Si vous n’êtes pas sur la plage, comment partager l’énergie et l’enthousiasme qui s’y dégagent, que vous soyez surfeur ou non ? Les accros du surf, ceux qui vivent sur la côte, ils sont dans le bain. Mais là, on parle de faire connaître le sport, la compétition, cette énergie, cette histoire. » ZoSea Media a du pain sur la planche. Julian Wilson : « Pour être franc, je ne pense pas qu’on puisse suivre la compétition en direct à la télé comme un match de basket ou de foot. C’est trop imprévisible avec les vagues, la météo… Mais s’ils proposent une offre alléchante des événements à la télé en montrant les meilleures vagues et comment tout se passe, je pense qu’on obtiendra une grosse audience. » Par conséquent, des rentrées publicitaires plus importantes. L’action de ZoSea devrait soulager les marques de surf qui, aujourd’hui, versent plus d’1,5 milliard d’euros à l’ASP pour parrainer une étape. Au lieu de ça, ZoSea et d’autres marques de dimension internationale vont entrer dans la danse avec des budgets incomparables. Retour à la compétition en juin 2012. Wilson, Andino, Florence et les meilleurs surfeurs du moment étaient aux Fidji, sur l’île de Tavarua pour le Volcom Fiji Pro. L’étape avait disparu du calendrier en 2009, faute d’avoir trouvé un sponsor. Cette question cruciale a été réglée l’an dernier avec la signature d’un contrat de trois années avec la marque Volcom. Un million de téléspectateurs ont pu admirer sur ESPN les sushi rolls de Julian Wilson. Sans perdre une miette du show. C’est la voie à suivre pour une discipline en mutation qui veut passer de la confidentialité médiatique au prime-time. Une nouvelle génération de stars est en train de marquer son territoire alors qu’une foule de fans passionnés prend possession des plages. Le temps est venu de s’intéresser au surf. C’est le moment de prendre la bonne vague. Suivez les sur @kolohe_andino, @johnjohnflorenc et @julian_wilson the red bulletin 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 1The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 2-3The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 4-5The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 6-7The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 8-9The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 10-11The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 12-13The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 14-15The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 16-17The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 18-19The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 20-21The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 22-23The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 24-25The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 26-27The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 28-29The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 30-31The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 32-33The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 34-35The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 36-37The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 38-39The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 40-41The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 42-43The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 44-45The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 46-47The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 48-49The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 50-51The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 52-53The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 54-55The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 56-57The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 58-59The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 60-61The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 62-63The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 64-65The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 66-67The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 68-69The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 70-71The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 72-73The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 74-75The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 76-77The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 78-79The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 80-81The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 82-83The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 84-85The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 86-87The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 88-89The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 90-91The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 92-93The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 94-95The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 96-97The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 98-99The Red Bulletin numéro 2013-07 juillet Page 100