The Red Bulletin n°2012-05 mai
The Red Bulletin n°2012-05 mai
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-05 de mai

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 17,2 Mo

  • Dans ce numéro : Captain America est de retour... entretien exclusif avec Peter Fonda, l'un des derniers monstres sacrés d'Hollywood.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
72 Action Carré d’as Le Canadien SteveSmith progresse sans cesse et se rapproche sérieusement des sommets de la discipline. Au top techniquement, il doit encore perfectionner son physique. Brook MacDonald est une bombe néo-zélandaise intrépide de 20 ans qui court pour l’équipe autrichienne MS Mondraker. Il dispose enfin d’un VTT qui peut le mener à la victoire. L’Anglais StevePeat, 37 ans, est le vétéran. Professionnel aguerri, il se focalise sur les courses-clés de la saison. Sam Hill, triple champion du monde (2006, 2007 et 2010) dominait le circuit, comme Aaron Gwin a pu le faire l’an passé, mais des blessures à répétition ont stoppé la suprématie de l’Australien. Pour la première fois, il court cette année sur une version carbone du légendaire Specialized Demo. Brook MacDonald StevePeat Sam Hill Stevie Smith indépendants Rich Thomas et Curtis Keene ; à leur tête : Greg Minnaar devant Aaron Gwin. Dimanche, le Sud-Africain partira en dernier. Une situation qui comble les organisateurs, satisfaits de l’imminent mano à mano entre les deux favoris annoncés, devant un public qui viendra nombreux pour le grand finish. Au crépuscule des années 90, le VTT jouissait de sponsors comme Grundig et Volvo dont les investissements permettaient aux organisateurs de claquer des sommes rondelettes à sept chiffres pour des retransmissions télévisées en direct. Au terme de ce sponsoring, les chaînes TV ont rayé peu à peu ce sport de leurs programmes en raison de la qualité moindre des images. Toutes les étapes de Coupe du monde sont aujourd’hui retransmises en direct sur le Net depuis l’accord conclu en mars entre Red Bull et l’UCI (l’Union Cycliste Internationale). Un nouveau tremplin pour le VTT. Mélanie Leveau, coordinatrice des événements moutainbike à l’UCI, en est convaincue : « La télévision sur Internet va nous emmener vers la prochaine étape. » Dimanche, la foule locale, garnie, s’enthousiasme pour un autre Sud-Africain : Burry Stander, qui termine 2 e en cross-country (cette année, quatre de ses sept manches de la Coupe du monde de VTT cross-country sont organisées sur les mêmes étapes que le moutainbike). Sur les collines de Pietermaritzburg, le parcours de descente est long de 3,06 kilomètres pour 435 mètres de dénivelé. Il n’est pas le plus monstrueusement raide du circuit mais son tronçon central, plat et appelé « khatala » (fatigué, en zoulou) nécessite un coup de pédale soutenu. Au contraire des parcours européens raides et techniques, toutes les qualités du vététiste sont ici sollicitées car Pietermaritzburg, où les pointes à 70 km/h (imaginez-vous cette vitesse sur un vélo) sont fréquentes, est aussi un parcours très rapide. Sans oublier un saut maousse de 23 mètres à maîtriser sur le parcours masculin. En somme, difficile et exigeant. A insi, Brook MacDonald a exagéré un tabletop (figure issue du funboard et qui consiste à coucher le vélo à l’horizontale en pointant la roue avant vers le haut) lors des qualifications et chuté lourdement. Peu de cyclistes se remettent d’une gamelle pareille mais MacDonald est un enfant du pays des All Blacks. Robuste. Il est dimanche sur la ligne de départ reconnaissable à sa joue balafrée et aux multiples bandages sur sa jambe droite. Déjà, une performance « Le trio de tête à Pietermaritzburg se tient en moins d’une seconde. » avant le paroxysme final. En fin d’aprèsmidi, l’Australienne Tracey Hannah signe, après quatre ans d’absence par manque de sponsors, un retour retentissant et empoche la descente féminine. Chez les hommes, l’issue dépend de deux hommes. Car Steve « The Grizzled Vet » Peat a fini 15e. Danny Hart « The Kid », 41 e, a chuté et déçu. « Sick » Mick Hannah, le frère de Tracey, est la surprise du jour en réglant la descente du jour en 3’58 » 97. Un chrono exceptionnel et le leadership provisoire avant les passages de Gwin et Minnaar. 3’58 » 61 pour l’Américain. C’est mieux. Mais la voie de la revanche s’ouvre au local de l’étape. En jeu, réparer l’affront de l’an passé et prouver que la domination de Gwin se discute. Peu après le départ, Minnaar accuse déjà deux secondes de retard. Un gouffre. La dernière fourchette est proche. La fusée sud-africaine décolle. Il refait son retard. Mieux, il prend une demi-seconde d’avance. Le héros local, challenger annoncé de Gwin, est impeccable sur les deux ultimes sauts. Il était chez lui, il a gagné. Le champagne coule à flots dans une fête folle. Comme Sebastian Vettel au GP de Melbourne, Aaron Gwin est 2 e du premier raout de la saison. Une averse d’été précipite, en fin d’après-midi, le départ de la foule. La boue se forme, les parapluies sont de sortie, les stands sont démontés petit à petit et les longues files de voiture s’étirent à la sortie du parking. Chez les concurrents, le voyage retour s’annonce plutôt long depuis ce petit bout d’Afrique. Entre deux DVDs, ils rêveront sans doute à une tactique digne de ce nom en vue de la prochaine étape de Coupe du monde (Val di Sole), à conforter les premiers avantages ou à échafauder les prochaines attaques. Le trio gagnant de Pietermaritzburg se tient en moins d’une seconde. Ça promet pour le reste de la saison. Retrouvez la Coupe du monde 2012 de descente à VTT en direct sur www.redbull.tv ainsi que toutes les informations nécessaires. Photos : Sven Martin (4)
PHOTOS : SVEN MARTIN THE RED BULLETIN : Cette saison est vraiment particulière car votre discipline n’est toujours pas olympique… EMMELINE RAGOT : Oui, c’est vrai. Ce n’est pas normal que la descente en VTT ne soit pas un sport olympique. J’aimerais bien que ce soit le cas évidemment. Le BMX l’est mais nous, nous devons encore attendre (le BMX se court sur un parcours dit « course » avec des sauts à huit de front alors que le VTT descente expose le coureur seul face au chrono sur un tracé à fort dénivelé d’environ 4 minutes,ndlr). Lorsqu’il y figurera, il sera sans doute trop tard pour moi. En fait, pour être aux JO, il faudrait retirer une discipline. Comment parvenez-vous à concilier votre vie d’étudiante en kinésithérapie et celle de compétitrice de haut niveau ? J’habite près de Poitiers. Je travaille un mois à l’hôpital et l’autre mois à l’école. Donc, c’est vrai, ce n’est pas facile. Je m’entraîne physiquement tout au long de la saison en pratiquant notamment la natation et la course à pied. Je fais aussi de l’escalade. C’est très bon pour les avant-bras. Je suis en deuxième année et c’est important pour moi. Mais cela peut être un désavantage car certaines vont en Californie ou en Nouvelle- Zélande pour s’entraîner l’hiver. Moi, je ne peux pas. Ressentez-vous une pression particulière en raison du maillot arc-en-ciel ? Non, il n’y a pas de pression particulière malgré mon titre de Championne du monde. C’est étrange d’avoir le maillot arc-en-ciel mais ça ne rajoute pas de pression. Ce titre a été acquis dans des conditions assez difficiles ? Oui, car la course s’est déroulée à Champéry (Suisse,ndlr) sur le circuit le plus pentu et technique qu’on puisse connaître. Au début, le temps était ensoleillé et sec. Mais la veille au soir et le jour de la course, c’était le déluge. La pluie n’a jamais cessé. Le parcours est devenu super glissant et boueux. Ça rajoutait de la difficulté à ce tracé déjà compliqué à la base. J’étais vraiment heureuse d’avoir gagné dans ces conditions. Remporter un deuxième titre mondial en Elite, c’est top ! Quels sont vos objectifs en 2012 ? Conserver mon maillot arc-en-ciel (les Championnats du monde ont lieu fin août en Autriche,ndlr). Je suis sur le tour depuis 2003 déjà… J’avoue que le général de la Coupe du monde me tente bien aussi. Pour cela, il faut gagner certaines étapes. Nous sommes en mai et il n’y a eu qu’une seule étape de Coupe du monde disputée… Oui, la prochaine est début juin en Italie. En plus, ici, en Afrique du Sud, je n’ai pas trop aimé le parcours. Ce n’était pas une ACTION RAGOT : « CONSERVER MON MAILLOT ! » Championne du monde l’année dernière, Emmeline Ragot est une référence de la discipline. À l’aube de son 27 e anniversaire, The Red Bulletin a rencontré la Poitevine lors de cette première étape du calendrier 2012. Date et lieu de naissance 27 mai 1986 à Angoulême Résidence Poitiers Taille, poids 1,58 mètre ; 53 kg Équipe/Vélo MS Mondraker/Mondraker Palmarès Quadruple Championne du monde, deux fois chez les juniors, deux fois Elite (2002 - 2003 et 2009 - 2011) et triple Championne de France Elite (2003, 2005, 2008) Surnoms « Méline » puis « Meumeu » puis « Meu » descente pour moi car trop plate. Mais bon, on doit faire avec… Moi j’aime bien quand c’est plus technique avec des passages dans les bois et des virages serrés. J’y suis quand même allée à fond même si je n’étais pas à 100% car j’ai toujours envie de faire le meilleur temps. La peur n’évite pas le danger. Quel regard portez-vous sur l’évolution de votre sport ? Le matériel a changé. Mais les filles sont toujours aussi pros. Il faut suivre le rythme. On se connaît très bien entre nous, que ce soit entre françaises ou pas. On est plutôt amies avec des filles comme Sabrina Jonnier, Myriam Nicole ou Céline Gros. Comment avez-vous découvert le VTT ? C’est une histoire assez drôle et atypique. Quand j’étais jeune, j’étais quasiment hyper-active. Du coup, je faisais au moins cinq sports en club par semaine entre la gym, le karaté et le tennis... Mes parents étant amis avec le président du club de VTT de Jarnac. À un moment donné, il dit à mes parents : « Je vais vous la fatiguer, il n’y a pas de problèmes, elle dormira le soir ! » (Rires) Ça a commencé comme ça. Mais ça n’a pas marché ! J’ai donc continué jusqu’à commencer la compétition. Nous étions comme une famille, il y avait un bon groupe. Nous sommes restés amis. Plus d’infos vélo sur www.redbull.fr 73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 1The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 100