The Red Bulletin n°2012-05 mai
The Red Bulletin n°2012-05 mai
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-05 de mai

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 17,2 Mo

  • Dans ce numéro : Captain America est de retour... entretien exclusif avec Peter Fonda, l'un des derniers monstres sacrés d'Hollywood.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
La révolution a un son oh my santigold ! Révélation de l’année 2011, Santigold a un vrai talent de composition et une voix hors norme. The Red Bulletin a rencontré une américaine aux doigts de fée. À l’heure où sort son nouvel opus, elle ne laisse personne indifférent. Rythmes électroniques effrénés, basses omniprésentes et refrains tonitruants, bienvenue dans l’univers musical de Santigold. Go, morceau d’ouverture de son nouvel et deuxième album Master of My Make-Believe(dans les bacs depuis le 1er mai dernier), balance une incroyable énergie. Un feu d’artifice sonique pour les cages à miel. Pas seulement. Son manager et mentor Jay-Z y perçoit un caractère historique. La chanteuse américaine de 35 ans précise : « Parmi les nouveaux morceaux, beaucoup sont antérieurs au Printemps Arabe et au mouvement Occupy Wall Street. Mais tous ont cette même vibration, celle d’un bouillonnement, d’un embrasement, aujourd’hui palpables partout dans le monde. Les gens, d’où qu’ils soient, exigent la vérité. Ma musique reflète cette revendication et cette énergie. » Esprit et caractère distinguent la personnalité de Santigold, charme et sourire ravageurs, son physique. Dès qu’elle parle, son corps s’anime, ses yeux pétillent. Avec douceur, elle aborde des questions difficiles et manie l’humour pour les sujets sensibles. Or, tout n’a pas été toujours si simple. Longtemps, 20 bullevard Kaléïdoscope de couleurs et sensibilité extrême. Santigold a la foi. Date et lieu de naissance Santi White est née le 25 septembre 1976 à Philadelphie (État- Unis). Passé Avant sa carrière solo, elle était, entre autres, dénicheuse de talents dans une maison de disques. Elle a vu ce qu’il ne fallait pas faire... Présent En 2009, un réalisateur menace de porter plainte contre elle si elle ne change pas de nom d’artiste. Il estime que Santogold renvoie au film de catch qu’il tourne en 1985, Santo Gold’s Blood Circus. Elle devient alors Santigold. elle a lutté contre des accès de colère, conséquences nerveuses du décès de son père. Elle a erré un temps, sans manager ni maison de disques. L’écriture des textes lui est difficile jusqu’à ce qu’un conseil de Dave Sitek, producteur du groupe TV On the Radio, la sorte de l’impasse. « Tu es toujours si serein, comment fais-tu, Dave ? lui ai-je demandé. Sa réponse : Méditation transcendentale. » Santigold plonge et ouvre ses chakras : « Je suis partie pour la Californie rencontrer cette femme de 89 ans connue pour avoir accompagné les Beatles en Inde dans les années 60. Grâce à son aide, j’ai trouvé calme et sérénité. Elle m’a suggéré d’écrire avec pour mantra « Tu es la meilleure ». Les morceaux Look at these Hoes ou Big Mouth ont été des cas pratiques. La méditation nourrit mes compositions. » Et ça marche. Un mantra simple pour un album d’hymnes à la vie entre New Wave, Dub et Électro et du nom de Santogold paru en 2008. Sorti en 2007, le singleL.E.S. Artistes, amuse-bouche savoureux d’une rare fraîcheur de son premier opus, ébranle le monde de la pop. Le clip montre Santi White, alias texte : florian obkircher. photos : Warner Music, ddp images
« Parmi les nouveaux morceaux beaucoup sont antérieurs au Printemps Arabe et au mouvement Occupy Wallstreet. Mais tous ont cette même vibration. » Master of My Make- Believeest dans les bacs depuis le 1er mai (Atlantic/Warner). Santigold, sur un cheval noir, flanquée de deux danseuses martiales, amazones aux épaules carrées mais aux lunettes de soleil rondes. Son style, son esthétique, sa décontraction, tout respire l’air du temps. Santigold a produit Santogold entièrement et en toute autonomie. De l’écriture des textes aux costumes habillant les clips. Une performance qui scelle le respect de ses pairs. Suivent deux années sur les routes où la native de Philadelphie est invitée par une flopée d’artistes renommés tels Björk, les Beastie Boys, Coldplay ou encore Jay-Z. Avant de composer des tubes notamment pour Lily Allen et Christina Aguilera et de chanter en guest pour Mark Ronson et kanye West. Son nom est sur toutes les lèvres, le buzz est incroyable. Les sollicitations nombreuses laissent peu de temps à la New Yorkaise d’adoption pour façonner son deuxième album. « Les gens me demandent pourquoi je mets autant de temps à sortir mes chansons. Maintenant, je sais, dit-elle tout sourire. Je m’isole et travaille assidûment à un album jusqu’à ce que le plus sévère des regards critiques soit satisfait, en l’occurrence le mien. » Infos, dates de concerts et clips sur www.santigold.com Santigold : « La méditation nourrit mes compositions. » INFO CONCERT.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 1The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-05 mai Page 100