The Red Bulletin n°2012-04 avril
The Red Bulletin n°2012-04 avril
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-04 de avril

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : Maya Gabeira... la surfeuse brésilienne ne chasse que les très grosses vagues.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
Le Cerro Torre a beaucoup tenté le monde de l’alpinisme. Cesare Maestri revendique, en janvier 1959, être le premier à avoir réussi son ascension. Incohérences nombreuses, preuves limitées, les doutes ternissent la supposée performance de l’Italien. En 1970, il entreprend une seconde ascension. Un compresseur pour enfoncer à intervalles réguliers des pitons à expansion, dans la roche compacte et non dans les fissures comme le veut l’usage. Maestri finit par abandonner le lourd instrument de 180 kg durant la montée. D’ailleurs, la voie qu’il a empruntée en ligne droite s’appelle encore aujourd’hui « La voie du compresseur ». Mais il s’est arrêté au Headwall, l’ultime mur avant le sommet, champignon de glace final, 60 mètres plus haut. Quarante ans plus tard, David Lama planifie d’utiliser cette même voie, et d’atteindre le sommet sans recourir aux pitons posés par Maestri. Sans aucune technique ni matériel, le Cerro Torre sera à lui. Début 2010, lors de la première tentative, l’Autrichien accompagné de Daniel Steuerer échoue à causes des caprices 52 Action La Voie RoYaLe Voici dans le détail le passage décisif de la face est du Cerro Torre Chemin du compresseur Chemin d’escalade libre emprunté par Lama et ortner Contournement ICE TowErs Contournement TravErsE DE boLT (environ 2 600 m) l’espaCe d’un instant, il éprouve Cette sensation d’éCheC, Celle d’être pris au pièGe. répétés de la météo. Et d’un excès de naïveté. David et Daniel butent à plusieurs reprises sur la voie dite de « L’échelle de spit ». Le sommet est loin. De cet échec naîtra la victoire future. Un mal pour un bien. Durant cet hiver-là – l’été en Patagonie – Lama a pris la mesure du paysage, du climat et des dangers du vent, des avalanches et des chutes de blocs de glace. Le jeune Autrichien est de retour dès l’année suivante. Peter Ortner est son nouvel équipier. Guide de haute montagne et alpiniste chevronné, Ortner suit Lama comme son ombre qui sait désormais débusquer les pièges du « Torre », comme il le surnomme affectueusement. sommet 3 133 mètres Contournement HEaDwaLL L’enfant d’Innsbruck sait qu’il doit profiter de chaque accalmie du temps pour espérer atteindre le sommet, en s’aidant si besoin des pitons de Maestri. Le « Torre » couvert d’un épais brouillard, les deux hommes s’élancent vers l’ascension d’une autre montagne, histoire de passer le temps. Tard le soir, ils retrouvent leur container d’El Chaltén. Il leur sert de chambre à coucher. Au réveil, il fait beau. Lama et Ortner se préparent et rejoignent dare-dare le Nipo Niño, premier camp de base. Trois heures de sommeil puis attaque du monstre. La météo clémente leur permet de passer l’échelle de spit puis d’atteindre pour la première fois les Ice Towers du Cerro Torre (les tours de glace). Ils empruntent « La voie du compresseur » pour un passage facilité en escalade artificielle. Lama lève la tête et scrute le mur à la recherche de fissures pour assurer ses prises sans matériel et rebasculer en escalade libre. Il a l’air optimiste mais pour le moment, il s’agit avant tout d’aller au bout. Or, une mauvaise surprise les attend. Juste au-dessous du Headwall, l’échelle de spit de la voie Maestri est couverte d’une épaisse couche de glace. David et Peter se déportent et continuent d’avancer via une cheminée gelée dont les blocs de glace menacent de rompre à tout moment. L’irrémédiable est proche quand un parpaing de glace, gros comme un ballon de football, heurte Lama à la tête et à l’épaule. Seul son casque est fissuré. Le vide de d’échec et de la mort l’a frôlé à cet instant. Au final, rien de grave, sa foi en sa réussite n’en est que décuplée. l e binôme reprend sa route. Verticale. Il double une cordée canadienne plus lente, et laisse derrière lui le compresseur de Cesare Maestri, toujours là 40 ans après. Quand ils atteignent le champignon de glace par un étroit passage puis le sommet, le soleil s’est couché depuis belle lurette et le ciel arbore sa couleur d’or. « La lumière est belle comme nulle part ailleurs », se régale Lama. Juste un fugace moment d’émotions fortes et l’Autrichien est déjà passé à autre chose. « Allez, on rentre ! » Les deux hommes s’enfoncent à nouveau dans la nuit patagonienne. Même qualifiée d’assistée, cette mission est un succès. Mi-janvier 2012. David Lama retrouve la Patagonie une troisième fois. Il est confiant. Des semaines durant, il a suivi les bulletins météo sur différents sites web. Les prévisions sont bonnes : anticyclone et vent faible au sommet. L’inverse des années précédentes. Des conditions idéales pour la prise du Cerro Torre. PHOTOS : KEn ROBInSOn
droit au but La devise de l’oM sied à merveille au pugnace David Lama qui a toujours mené l’ascension devant ortner. Ci-dessus : tous deux contemplent le panorama qui s’offre à eux sur le champignon de glace. l’instant finit par perdre définitivement sa solennité lorsQue peter ortner danse nu sur la neiGe.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 1The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-04 avril Page 100