The Red Bulletin n°2012-03 mars
The Red Bulletin n°2012-03 mars
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-03 de mars

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 13 Mo

  • Dans ce numéro : Charlotte forever... scéance photo et interview à couper le souffle !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
Action PEu dE JouEurs dE nba onT éTé auTanT déÇus Par lE lock-ouT quE blakE Griffin, gamin de 22 ans natif de l’Oklahoma. Mais des circonstances contraires se sont mises en travers de son chemin. Griffin est la grande attraction de la draft NBA en 2009, choisi en n°1 par les Los Angeles Clippers, avant d’être victime d’une fracture de fatigue à la rotule dans un match de pré-saison. Une blessure qui va le tenir éloigné des terrains pendant toute une année. Début de carrière loupé avec lequel ce gaillard de 2,08 m pour 113 kg a dû composer. En 2010-11, pour sa toute première saison effective sous le maillot des Clippers, Griffin est élu Rookie de l’année et sélectionné au All-Star Game. Il y remporte le concours de dunks et devient le colosse le plus populaire de la NBA depuis un certain Dwight Howard. Avec une telle réussite, Blake Griffin est lancé comme un frelon. Idéal pour débuter une saison qui s’annonce des plus grandioses. Une joyeuse bande de millionnaires (les propriétaires de franchises) claque la porte à un groupe de types non moins fortunés qu’eux (les joueurs). C’est le désormais fameux lock-out. Au-dessus des salles vides rôde la menace réelle d’une deuxième saison foutue en moins de trois ans pour le kid d’Oklahoma City. À ses yeux, un jeune homme ne peut passer ses journées à manger, faire la sieste, jouer aux jeux vidéos et soulever des haltères. Dès lors, Griffin choisit une voie osée : changer de boulot. Pendant des semaines, Griffin colle des timbres, poste les enveloppes et use ses semelles sur les trottoirs de Los Angeles pour multiplier contacts et rencontres, CV en main ! Charmeur à souhait, il va tout tenter jusqu’à ce qu’on [1] Dans le petit monde d’Hollywood, Ferrel est incroyablement grand. Par la taille et par le talent. Évidemment, tout est une question de perspective. « Les gens disent toujours qu’il est très grand, affirme Griffin, mais en le rencontrant, j’ai vu qu’il ne faisait qu’1,92m. C’est la taille d’un meneur de jeu au basket. » lui ouvre enfin une porte. Celui qui a eu cette audace s’appelle Will Ferrell. Le comédien a sans doute eu de la peine pour ce drôle de géant au chômage. Entre hommes de grande taille, il convient de se serrer les coudes [1]. Il l’engage pour bosser sur son site décalé, Funny or Die, qui connaît déjà un gros succès d’audience. Un job non rémunéré mais un boulot quand même. Ainsi démarre la nouvelle vie de Blake Griffin. Attendez une minute. J’espère que vous ne croyez pas à ça. Enfin, si. Je veux dire que certains éléments de cette histoire sont quand même véridiques. Blake Griffin s’est effectivement blessé, il a aussi remporté tous ces trophées, il y a eu la grève en NBA et il a bien rejoint Funny or Die. Mais c’est à une autre personne que Will Ferrella pensé pour tenir un rôle de benêt sur le site. Griffin a accepté la proposition et est devenu un membre de Funny or Die. Un stage qui n’a toutefois duré que quatre jours. « Trois en fait », précise Griffin en se marrant, assis dans un studio photo d’Hollywood. Il attend le meilleur moment pour nous révéler son étonnant nouveau job d’été. À cette période de l’année, aucune tractation ne semble possible entre les protagonistes pour mettre un terme à la grève NBA. Personne ne peut alors imaginer que, moins de deux semaines plus tard, on allait trouver une issue à ce conflit salarial – David Stern surnomme cette période « l’hiver nucléaire de la NBA » – et ramener illico les joueurs à l’entraînement dans leurs clubs respectifs. Dans ce studio photo où l’on croise la star des Clippers, la saison est, à ce moment-là, quasiment foutue. Vous auriez pu parier 1000 $ que, si Griffin devait rejouer au basket en 2012, ce serait en Ouzbékistan ou dans n’importe quel endroit de la planète mais pas en NBA ! Griffin paraît plus jeune. Comme s’il n’avait pas fini de grandir. Il est élégant sur le parquet et dans son allure en dehors. Loin d’être maladroit, il affiche un calme désarmant à l’inverse de beaucoup de ces jeunes joueurs rouleurs de mécaniques. Un grand garçon innocent. À chaque dunk, il semble arracher le panier à son panneau comme rarement vu. Si plus rien n’allait pour lui, il resterait quand même l’une des plus jeunes stars bankable de la NBA pour ses seules qualités de dunker. Aux yeux de la plupart de ses supporters, il est le plus incroyable spécialiste du genre depuis Vince Carter. Une comparaison flatteuse qu’il écarte rapidement d’un revers de main. « Je ne suis pas digne de Vince. Il reste un des meilleurs dunkers de l’histoire. » Et aussi
PHOTO ADDITIONNELLE : GETTy IMAGES son modèle. Quand il était enfant, le jeune Blake, avant de partir à l’école, ne ratait jamais le résumé télé des dunks du match de Carter joué la veille au soir. Mais ce n’est pas pour ses prouesses dans la raquette, ses qualités de rebondeur ou son talent pour bloquer les shoots adverses que Funny or Die l’a retenu, ni même pour sa présence dans l’ahurissante campagne publicitaire du constructeur automobile Kia ou son apparition dans les shows comiques de Jimmy Kimmel et NormMacDonald. Cela n’explique toujours pas pourquoi il est là sur ce plateau, quelque part dans West Hollywood, portant un costume trop ajusté et un joli nœud papillon. Il a tout d’un mec drôle capable de jouer l’idiot sur commande. « Ce n’est pas vraiment un objectif, raconte-t-il quand on lui demande si c’est un choix délibéré de devenir un basketteur-acteur comique. C’est juste que j’ai toujours été comme ça. » Griffin dans son exercice favori. Sur une saison, ses stats prouvent que son jeu ne se limite pas à dunker. G riffin a déjà affirmé son style. C’est un pince-sans rire, adepte de l’absurde, un professionnel imperturbable capable d’écouter des questions sans queue ni tête et de répondre de la même façon sans craquer ou se tordre de rire. « C’est la raison pour laquelle ça m’amuse, dit-il. J’ai une sorte d’humour tordu. Je crois que les choses les plus drôles sortent comme ça. Si vous cherchez à être comique pour répondre à une question alors c’est sûr que ça va sonner trop sérieux. » Par exemple, dans le Narrow World of Sports, série diffusée en ligne par Peter Mehlman, ancien auteur de Seinfeld, Griffin se demande si le fait d’être métis ne l’a pas conduit à en vouloir à la moitié blanche de sa personnalité qui a compliqué la vie de sa moitié noire pour percer en NBA. Griffin, d’une voix tranquille et pleine de regrets, admet que : « Oui, la nuit, je me réveillais en criant : Pourquoi ? Pourquoi ai-je une moitié de blanche ? ». Dans un autre sketch, Ben Glieb, spécialiste de stand-up, rend visite à Griffin à son domicile et lui demande ce qui lui plaît en dehors du basket-ball. Encore une fois, Griffin répond du tac-au-tac. « J’entretiens mon jardin. Cela m’enlève du stress. Les plantes n’ont pas de problèmes. Juste besoin de soleil et d’eau. » Griffin est un comédien en apprentissage. Il consacre la totalité de son temps libre à cette nouvelle occupation. Il est sûrement le seul joueur NBA littéralement sidéré en croisant le scénaristeproducteur-acteur comique Judd Apatow qui sortait d’un dîner de famille. « Je suis resté planté là, à ne pas savoir quoi dire », reconnaît-il. Griffin admet aussi que ses programmes préférés à la télévision « ont toujours été les émissions comiques ». Avant qu’il ne mette les pieds à Hollywood, l’idée de se lancer dans la comédie, même à un petit niveau, ne l’a 79



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 1The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 100