The Red Bulletin n°2012-03 mars
The Red Bulletin n°2012-03 mars
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-03 de mars

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 13 Mo

  • Dans ce numéro : Charlotte forever... scéance photo et interview à couper le souffle !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
6 e mondial en 2011, Michel Bourez fait désormais partie du gratin sur le circuit WCT. HÉROS BOUREZ EN POLE Alors que la saison 2012 vient tout juste de débuter en Australie, Michel Bourez affiche ses ambitions : une finale WCT. The Red Bulletin a « leashé » le Tahitien. Date et lieu de naissance 30 décembre 1985 à Rurutu (Tahiti) Taille, poids 1,76m, 76 kg Meilleur résultat 2 e Triple Crown 2011 Classements ASP 6 e en 2011, 11 e en 2010, 21 e en 2009 Gains en carrière 350 630 euros Première victoire 12 ans Plus beau trophée Kaoriki, né le 9/01/12 30 BULLEVARD THE RED BULLETIN : Vous restez sur une fin d’année 2011 sur les chapeaux de roue… MICHEL BOUREZ : Finir 6 e mondial grâce à ma 3 e place à Pipeline m’a rendu fou ! J’ai tout fait pour terminer l’année dans le top 10. Quels sont vos objectifs pour 2012 ? Me maintenir dans le top 10 et me rapprocher du top 5. J’espère aussi faire une finale. J’ai l’expérience pour. Ce n’est pas gagné. Le niveau est élevé. Comment expliquez-vous ce contraste entre votre douceur et cette agressivité en session ? Je lâche toute mon énergie en surfant. Je me donne à 200% et je mets toutes les chances de mon côté pour battre l’adversaire. Je change de comportement, je me transforme... Je veux dominer et non être dominé. Le fait d’avoir fait le WQS pendant 3 ans m’a donné la hargne pour réussir car c’est vraiment la jungle. Les surfeurs sont prêts à tout pour se qualifier en WCT. Lorsque je suis sur la terre ferme, je suis très actif. Ma personnalité donne cette agressivité dans l’eau. Il faut se battre pour obtenir ce qu’on veut. D’où vient ce surnom « The Spartan » ? De mes potes du circuit après avoir vu le film 300 (sorti en 2007). On a tous apprécié les scènes d’action. Je ne sais pas trop pourquoi ce surnom a atterri sur moi. Votre chute au Brésil l’an dernier face à Adriano de Souza est-elle votre plus grande frayeur ? Oui. Je suis tombé la tête la première dans le sable. La douleur était insoutenable. Je ne sentais plus mon bras gauche ni mon cou. Mes vertèbres ont été touchées. J’ai vraiment cru que l’année allait s’arrêter plus tôt que prévu. À quoi pensez-vous avant de vous lancer ? Il faut être dans sa bulle, bien lire le plan d’eau, choisir la planche la plus adaptée aux conditions et garder son calme. La moindre erreur peut être fatale. Que piqueriez-vous à Kelly Slater ? Sa lecture de l’eau. Il comprend mieux que quiconque ses mouvements. Il sait exactement quelle est la meilleure vague. Kelly les a toutes surfées. J’espère un jour atteindre son niveau. Vous l’avez déjà dominé. Que vous manque-t-il pour le battre tous les ans ? Il faudrait que je fasse plus de manœuvres aériennes. Kelly est bon dans toutes les conditions. Quand je TEXTE : CHRISTOPHE COUVRAT. PHOTOS : BRIAN BIELMANN/RED BULL CONTENT POOL (2), JÖRG MITTER/RED BULL CONTENT POOL, ERICH SPIESS/ASP RED BULL, DDP, GEPA PICTURES
suis face à lui, il faudrait donc que je fasse des manœuvres auxquelles il ne s’attend pas. Il aime te battre à ton propre jeu. C’est le meilleur. Êtes-vous proche de Jérémy Florès ? Je m’entends très bien avec lui. On se connaît depuis plus de 10 ans maintenant. Il est très talentueux. On discute souvent. Pour quelle raison votre nom est associé à la Polynésie Française et non à la France comme les autres sportifs originaires des DOM-TOM ? Nous avons notre propre gouvernement et nous sommes considérés comme français. Nous avons aussi notre propre fédé de surf, nous sommes presque un pays. C’est pour cela que je porte PYF et non FRA. Mon passeport est français mais mon cœur est tahitien. Il ne faut jamais oublier d’où l’on vient. C’est une fierté d’amener la Polynésie Française au top niveau mondial. Quel est votre spot préféré ? Votre idole ? Teahupoo, le spot à côté de chez moi. Il y a une gauche hyper puissante, très dangereuse mais magnifique. Je n’ai jamais surfé une vague similaire sur le globe. Mon idole ? Mick Fanning, double Champion du monde et toujours aussi humble. C’est un exemple. Il sait d’où il vient. Il n’a pas de fierté particulière et reste sérieux toute l’année. www.redbull.fr BULLEVARD VITE FAIT BIEN FAIT Sportifs vainqueurs et parcours victorieux aux quatre coins de la planète. Le Canadien Kyle Croxall (à gauche) était imbattable lors de la 2 e étape de Championnat du monde Red Bull Crashed Ice à Falkenburg (Pays-Bas). Lolo Jones est de retour. L’Américaine vise l’or à Londres après s’être imposée dans un 50 m à New York. Pékin est de l’histoire ancienne. L’Américaine Lindsey Vonna versé une larme après la 50 e victoire de sa carrière, lors de la descente de Garmisch. Sigi Grabner est le premier snowboarder autrichien à s’imposer dans une course FIS. À Gastein, il s’impose en slalom géant parallèle, après trois années de pause. 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 1The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-03 mars Page 100