The Red Bulletin n°2012-02 février
The Red Bulletin n°2012-02 février
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-02 de février

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : Red Bull Stratos et Felix Baumgartner au pas de charge !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
soit, cette femme a bien des qualités, dont celle, majeure, d’être visionnaire. Agenouillée au bord d’un canal avec des éprouvettes en main et quelques cellules élémentaires à ses pieds, Armstrong poursuit : « nous faisions exactement la même chose dans les années 70. nous agissons peut-être un peu plus intelligemment aujourd’hui. nous produisons de façon un peu plus propre mais rien de qualitativement différent. nous avions déjà les énergies solaire et éolienne à cette époque. ne me dites pas que ce sont les idées les plus novatrices que l’on puisse avancer quarante ans plus tard ! » le D r Armstrong évoque une exposition sur léonard de Vinci présentée à Venise, cite le philosophe français de la déconstruction Jacques Derrida, l’environnementaliste James lovelock, père de la théorie gaïa, ou le philosophe russe mikhail bakhtine, et aime faire référence au shintoïsme japonais ou au bouddhisme. « les retombées futures de ce chantier vont sauver l’humanité. » en aparté, elle enfonce le clou : « léonard de Vinci ne se demandait pas comment un homme pouvait cuire un œuf. il voyait beaucoup plus loin et s’interrogeait sur la possibilité pour l’homme de voler. » 72 « léonard de vinci ne se demandait pas comment cuire un œuf. il voyait plus loin et s’interrogeait sur l’éventualité de voler. » on pourrait dire la même chose de Rachel Armstrong. elle parle de la technologie comme d’une « plaie » et enchaîne sur cette révélation un jour à new york. elle découvre à manhattan des dizaines et des dizaines d’étages de logements et de bureaux tous équipés individuellement de leur système d’air conditionné. « Je n’y ai vu qu’une épidémie de technologie », jure-t-elle fermement. elle pointe du doigt – comme si elle les voyait – les émissions invisibles de gaz polluants rejetés directement dans l’atmosphère. « s’il s’agissait de déchets solides à cet endroit, on aurait alors vite trouvé un système de traitement. cela aurait été une nuisance à éradiquer impérativement. » et même si les Américains ont accumulé du retard à ce niveau là, gageons qu’ils auraient entamé les efforts nécessaires avec acuité. un peu plus tard, alors que nous marchions au bord des canaux à la recherche d’un endroit pour une séance photos, je lui demande si elle dort normalement la nuit (en raison de son hyper activité mentale,ndlr). elle s’en offusque aussitôt jusqu’à ce que je la rassure en précisant qu’il n’y a rien de mal intentionné dans ma question. Je me demandais
photos : oliVeR mARk, DAniele Resini foR insulA spA À gauche : Armstrong et le superviseur du projet, Martin Hanczyc, utilisent l’eau de Venise pour vérifier si le système protocellulaire peut produire une substance aussi dure que la pierre. Le test doit prouver la solvabilité à grande échelle du projet. Ci-dessous, à gauche : des travaux ont constamment lieu dans les canaux pour maintenir la citée au dessus des eaux. La solution des pieux pour renforcer les fondations n’est efficace qu’à court terme. Il faut trouver autre chose pour durer dans le temps. juste si elle faisait une pause de temps en temps dans ses réflexions. « Je n’ai pas besoin de beaucoup de sommeil. et de toute façon, je dors bien », avoue-t-elle timidement, sourire en coin. son exigence intellectuelle lui a forgé l’intime conviction selon laquelle l’homme doit arrêter de voir en la machine toutes les solutions à ses malheurs. ce n’est pas une néo-luddite* qui s’exprime sur le XXi e siècle. elle n’est pas contre l’emploi des techniques mécaniques. elle est même accro à la technologie dans la vie de tous les jours et dans l’imaginaire cinématographique. son combat est mené contre l’hyper dépendance de « l’approche industrielle ». « la robotisation excessive est une conséquence de la technologie qui elle même est une déclinaison de l’homme et de ses envies au fil des ans, poursuit-elle. l’ère industrielle nous a rendus paresseux et irresponsables. si nous imaginons un instant que les machines sont des chevaux et que leur crottin peut nous tuer, nous ferions aussitôt quelque chose pour arrêter cela. c’est exactement ce qui est en train de se passer ici. pourtant, nous continuons à raisonner selon un schéma renforcé tout au long de la seconde moitié du XX e siècle et associant la vie à une machine. » cQfD. les machines ont évolué jusqu’à pouvoir mimer certains comportements de l’homme. elles se reproduisent (des machines peuvent fabriquer d’autres machines) et respirent en inhalant l’oxygène puis rejetant d’autres gaz. « mais elles ne peuvent pas s’adapter à l’évolution permanente de l’environnement ou gérer l’imprévu. un organisme vivant peut, au contraire, s’adapter aux changements environnementaux. Quand il a été détruit à 90% par un changement radical dans l’environnement, les 10% restants peuvent survivre et s’adapter à nouveau, s’enflamme Rachel Armstrong. il a toujours la capacité à nous surprendre et possède une robustesse et une flexibilité que les machines n’ont pas. » l’humanité est aujourd’hui confrontée à un changement environnemental majeur et doit s’adapter ou mourir. « le changement, quand il survient, n’est pas progressif, explique-t-elle, il est soudain, douloureux. Regardez ce qui est arrivé l’année dernière au Japon. » Aux grands maux, les grands remèdes. la biologie artificielle et la chimie minérale peuvent sans aucun doute apporter des réponses intelligentes. Rachel Armstrong est encouragée en ce sens par les recherches menées dans d’autres domaines comme l’informatique alternative ou la physique quantique. les limites sont infinies. observer le travail du D r Armstrong avec un regard profane n’engendre pas un grand émerveillement. on distingue juste des amas de minuscules points blancs, pas plus gros qu’un grain de sel, soucieux de se multiplier à vitesse rapide. Rachel Armstrong est enchantée par les résultats de son expérience car ils démontrent, s’il le fallait, la faculté chimique d’une possible osmose avec l’éco-système unique et délicat de la lagune vénitienne. soit une petite victoire pour la britannique. la scientifique est persuadée que cela apporte une preuve supplémentaire qu’il existe une vraie alternative au projet mose – un système de défense antimarée coûteux et très controversé – pour protéger Venise des dégâts causés par l’acqua alta (marées hautes). mené par des ingénieurs de fiat, mose représente exactement le contraire du projet de proto-cellules. il est mécanisé et le produit d’une réflexion industrielle. son véritable impact sur l’environnement n’est pas évalué. malgré tout, il a été désigné comme étant le meilleur projet pour protéger Venise. il est le fruit d’un travail collectif associant les plus brillants ingénieurs transalpins. Action Dans une italie en proie à d’innombrables difficultés économiques tout au long de l’année 2011, il semble que les politiques récemment propulsés au sommet de la pyramide prennent leur temps avant de donner un avis, favorable ou non, aux projets existants. il y a sans doute à leurs yeux des priorités bien plus importantes que le sauvetage d’une des plus belles villes au monde, berceau d’histoire, de romantisme et de couleurs éclatantes. c’est justement sur ce terrain que l’idée des piliers en proto-cellules reste la plus décriée. il faut surmonter une forte opposition régionale et nationale. « si vous me demandez s’il y aura de la résistance à mon idée, je vous dirais que oui, avance Armstrong. il y a tellement d’intérêts en jeu. ce n’est pas une raison pour baisser les bras et éviter de faire évoluer les mentalités. Je suis prête à me battre. nous devons simplement être plus radicaux. les scientifiques doivent se remettre en question plus régulièrement. » Armstrong reconnaît avoir besoin de soutien financier permanent pour continuer ses recherches sur le long terme. elle s’en sort pour l’instant avec des crédits universitaires souvent trop limités. bien peu pour espérer voir son idée géniale se concrétiser. même sans cela, elle garde espoir dans l’ouverture d’esprit des générations futures. « Je parle avec les adolescents et je suis sans cesse surprise par leur indépendance d’esprit et leur imagination. J’espère les encourager à résoudre des problèmes que nous n’imaginons pas encore. ils surgiront à la fin de ce siècle et peut-être même au delà. » le long des grands murs de l’arsenal de Venise, nous évoquons l’histoire de la cité. elle a su protéger la puissance de sa flotte militaire des attaques extérieures et de l’espionnage industriel. il n’y a aucune ambiguïté là-dessus. À sa création en 1104, l’arsenal, était le plus grand complexe industriel d’europe, bien avant que la révolution industrielle, portée par la vapeur, le charbon et l’acier, sortent le vieux continent de son calme ancestral. en son temps, la République sérénissime avait révolutionné la construction navale, remplaçant le travail à la main par de véritables lignes de production. si rien n’est fait, ce témoignage précieux de l’histoire disparaîtra un jour inéluctablement sous les eaux. ce serait amusant d’imaginer qu’il puisse être sauvé par un aquarium, quelques recettes de chimie et une moule surnommée Naomi. www.ted.com * Mouvement moderne d’opposition à tout ou partie du progrès technologique. 73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 1The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 100