The Red Bulletin n°2012-02 février
The Red Bulletin n°2012-02 février
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-02 de février

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : Red Bull Stratos et Felix Baumgartner au pas de charge !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
Action T onitruante arrivée un samedi soir, à Bethléem. Palestine. Le cœur de la ville est déjà assoupi quand, peu avant minuit, les crissements de pneus d’une voiture déchirent soudain le silence ambiant. Au volant de sa Golf GTI rouge, Betty Saadeh déboule pleins gaz devant le parvis de la Basilique de la Nativité. Ongles argentés agrippés au volant et paire de hauts talons posés sur les pédales, pas de doute, elle fait sensation. Sa robe noire est particulièrement moulante. Elle a passé son après-midi devant la glace pour se poser des ajouts capillaires sur ses cheveux blonds. Ce soir, elle est de sortie. Féminine à souhait. La veille, cette chrétienne, mère de deux enfants, est devenue officiellement, à 32 ans, au volant de cette même Golf, la femme la plus rapide de Cisjordanie à l’issue du Championnat féminin de vitesse de Palestine. Difficile à croire. En peu de temps, le véhicule a subi une grosse transformation. Ce matin, ce n’était encore qu’une coque, débarrassée de tout objet à l’exception du siège baquet de course. En un après-midi, Maher, le mécanicien de Betty, a tout remis en place et, à présent, les seules signes visibles rappelant la course de la veille sont les stickers posés sur la carrosserie. Sur une vitre s’étale en grandes lettres oranges le nom du premier et seul team automobile féminin de Palestine : The Speed Sisters. Betty est venue accompagnée de Noor, 22 ans, autre membre de l’équipe, également fondue de sport auto et propriétaire d’une BMW noire. Au moment où les deux jeunes femmes entrent dans le night club au sous-sol du Jacir Palace Hotel, elles provoquent : « T’as vu l’article dans le journal aujourd’hui ? » Les mots de Betty sont couverts par la puissante sono. « Il y est écrit : « Betty, reine des voitures ! » Mon mécano m’a dit que les mecs me regardaient tourner en 52 se disant : « Et si elle nous battait ? » » Noor lui suce la roue, face au barman désabusé : « Mais tu bats déjà beaucoup de mecs ! » Les jeunes femmes sont les membres d’un team composé de six personnes qui a profondément bouleversé l’univers des sports mécaniques excessivement conservateur en Palestine. Quand Noor et Betty rejoignent la piste de danse, avec un verre dans leurs mains couvertes de bijoux, on est très loin des relents d’huile moteur, de la sueur et de la testostérone qu’elles affrontaient il y a quelques heures encore. Musulmanes ou chrétiennes, les Speed Sisters – âgées de 20 à 35 ans – sont unies par la même rage de courir. Dans l’enclave des territoires occupés, la notion d’espace est une denrée rare et il faut se contenter de petites routes hachées par les check-points militaires incessants. Du coup, les pilotes doivent dénicher des aires improbables : un héliport désaffecté à Bethléem ou une place de marché fermée à Jénine. À la tombée de la nuit, ce jeudi, dans la vieille ville de Jéricho, le vrombissement des moteurs et l’odeur d’essence des carburateurs recouvrent le centre ville depuis l’étage supérieur d’un parking devenu temporairement le point de ralliement de la communauté des pilotes de la région. On est à la veille de l’épreuve finale de la saison. C’est l’heure des vérifications techniques. 55 véhicules doivent être contrôlés et enregistrés. En petits groupes, les hommes bavardent en fumant. On discute marques et modèles. On profite du moment pour se remémorer quelques souvenirs. L’accès au téléphérique de Jéricho reliant la ville au Mont de la Tentation, site historique de la Bible, se trouve juste à côté. Les chauffeurs des bus touristiques redoublent de coups de klaxon pour s’extirper du flot de voitures de courses qui accèdent encore au parking. Devant une telle cohue, la scène laisse perplexes les passagers des bus. Betty et Noor, jean et baskets, cheveux tirés en arrière, se joignent à la mêlée. Accompagnées par la famille de Betty, elles avancent vers le petit bureau de fortune où sont À TOUTE VITESSE Ci-contre : Betty travaille en tant qu’assistante administrative à la mission mexicaine de Ramallah et partage un quatre pièces avec deux autres jeunes femmes. Ses week-ends sont intégralement consacrés au sport automobile. Elle compte de plus en plus de supporters. « Je vais à leur rencontre, dit-elle. C’est super agréable comme sensation. Nous avons beaucoup d’encouragements. » En bas à droite : sous l’oeil bienveillant de ses fans, la Speed Sister Noor Daoud met à jour le niveau d’eau de sa BMW pendant la dernière épreuve de la saison à Jéricho. enregistrées les inscriptions. Betty salue ses collègues. Elle baigne dans la course automobile depuis son plus jeune âge. Son frère, George, a été sacré en 2009. Leur père Jalil, a remporté un rallye au Mexique, son pays de naissance. Betty n’avait pas vraiment d’autre choix que de se tourner à son tour vers la compétition. « J’avais l’habitude de dire : « Mais Maman, il n’y a que des garçons ! ». Quand je m’y suis mise, j’ai ressenti la montée d’adrénaline. À l’époque, il n’y avait que trois filles en compétition. Au début, on était l’objet de beaucoup de moqueries de la part de certains. La plupart me disent « Mahbrook ! » maintenant. »
Néanmoins, ça n’a pas été aussi facile pour les autres Speed Sisters. Marah Zahalka, 20 ans, étudiante en économie à Jénine, est la benjamine de l’équipe. Elle a commencé à conduire à 10 ans. Elle avait empilé des coussins sur le siège conducteur de la Golf de sa mère avant de partir faire un tour dans les rues du quartier. Aujourd’hui, elle court encore avec la voiture maternelle. Cette fois, avec sa permission. La famille de Marah – mère instructrice d’auto-école et père technicien dentaire – l’a encouragée. Ses proches ne se sont pas laissés convaincre aussi facilement. « Quand mes oncles et tantes ont découvert que je faisais de » » 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 1The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-02 février Page 100