The Red Bulletin n°2012-01 janvier
The Red Bulletin n°2012-01 janvier
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-01 de janvier

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Loeb qui brise la glace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
92 plus de corps e T d’espriT Top clubs au cŒur de la boule à facettes Tout un Symbol SYMBOL, BUDAPEST. De prime abord, il s’agit d’un restaurant italien mixé avec un bar à cocktails. Joli Symbol du lieu, bien plus qu’un simple club. Vous pouvez sortir tous les soirs de la semaine au Symbol sans vivre la même soirée. c’est un peu comme vivre à paris où vous irez quotidiennement au théâtre toute l’année sans voir la même pièce. c’est le sentiment éprouvé en général dans les meilleurs spots de la planète dont le Symbol fait partie. niché dans un immeuble datant de 1782 et quasiment inchangé depuis le 18 e siècle, l’endroit est divisé en sept grandes pièces dont le seul but est d’assouvir vos envies de dîner, danser, boire un verre ou simplement regarder les gens, véritable sport national en europe de l’est. Vous serez subjugué par les colonnes de la façade qui rappellent la splendeur passée de la ville. À l’intérieur, le jardin pavoise été comme hiver sous vos pieds tel un atrium. Unique en ville. Vous pouvez aussi déjeuner italien au Au Symbol, le menu est simple : on envoie la sauce. Devant 1000 clubbers, DJ Toto n’a pas la tête ailleurs. bombay bar qui se transforme la nuit tombante en usine à cocktails. il y en une centaine au programme du skaker maison. la jeunesse locale en raffole. avec modération. le dancefloor se trouve un étage en dessous. c’est ici que lewis hamilton ou mark Webber viennent se déhancher après le Gp de hongrie. DJ Toto enchaîne les hits, directement importés d’ibiza. parfois, des groupes connus s’y produisent en concert privé. après avoir passé une bonne partie de la nuit sur la piste, vous pourrez recharger vos batteries avec un petit déj’de champion : la cuisine reste ouverte jusqu’à 5 h du matin et les pizzas y sont goûteuses. Symbol Bécsi út 56, 1036 Budapest, Hongrie +36 1 333 5656 www.symbolbudapest.hu « Au diable Jim Henson » GOnjASUfi. nouvel alien du monde de la pop. le son de ses mantras psychédéliques viennent d’une autre planète. Des bruits électrostatiques et une voix éraillée mixés sur des morceaux de rock expérimental, des mélodies orientales et des beats hip hop : imaginez un instant que la naSa envoie un disque de Jimi hendrix dans l’espace et qu’une version remixée par les extraterrestres nous soit retournée. Telle est la musique de Gonjasufi, ermite dans le désert mojave. on comprend mieux. The Red BulleTin : Vous aimez reprendre du désert... Gonjasufi : oui, car c’est calme. Quand je vivais à San Diego, des enfants ricanaient en permanence sous ma fenêtre alors que je travaillais ma musique. Dans le désert, si quelqu’un m’énerve, je peux l’enterrer derrière la maison sans être inquiété. Êtes-vous spirituel ? Je crois à l’énergie. notre existence corporelle est limitée. Je considère aussi MU.ZZ.LE : Album psyché bien muselé dans les bacs nouveauté mon matériel d’enregistrement comme une machine à remonter le temps afin que mes idées perdurent le plus longtemps possible après que je sois sous terre. Travaillez-vous avec des samples ? en partie. J’enregistre les percussions et le synthé. ensuite je travaille les sons sur ordinateur. il y a aussi des morceaux comme Sniffing où j’ai passé un vieux sample au hachoir pour le modifier en totalité. Vous êtes membre du collectif d’artistes Brainfeeder. Si vous incarniez un rôle dans le Muppet Show, lequel serait-il ? celui qui coupe les fils en disant aux poupées : « au diable Jim henson ! Vous êtes libres ! » MU.ZZ.LE disponible le 23 janvier (Warp Records). Extraits musicaux et dates de concerts : cliquez sur www.sufisays.com Barbe folle et dreadlocks en guise d’antenne spatiale. TexTe : Florian obkircher. phoTo : TimoThy SaccenTi (1)
TEXTE : FLORIAN OBKIRCHER. PHOTO : GETTY IMAGES (1) « Stevie Wonder me donne la chair de poule » RZA. Au sein du Wu-Tang Clan, son style a révolutionné le monde du hip-hop. Le producteur américain nous révèle ici les cinq vinyles qui ont changé sa vie. Quand au début des années 90 Robert « RZA » Diggs fonde le Wu-Tang Clan avec quelques cousins et des copains, il était loin de s’imaginer être proclamé peu de temps après « sauveur du hip-hop ». Sorti en 1993, Enter the Wu-Tang (36 chambers) est le premier album du groupe originaire de Staten Island à faire date. RZA a composé à partir de vieux samples soul, funk et de bandes originales de films kungfu. L’album a été encensé par le public et le magazine Rolling Stone le considère comme l’un des meilleurs de tous les temps. Le leader du Wu-Tang Clan en action : RZA alias Bobby Digital. EXPRESS LE SON ÉCOUTÉ PAR LES MUSICIENS Depuis, plus rien n’arrête ce lauréat des Grammy. Rôles pour le cinéma – Coffee and Cigarettes, American Gangster et Repo Man – compositeur de bandes originales pour Quentin Tarantino et Jim Jarmusch. Réalisateur, RZA dirige en ce moment Russell Crowe dans un film d’arts martiaux. Et ce n’est pas son dernier succès en librairie qui empêche ce chanteur de 42 ans de sortir des disques toujours aussi géniaux, qu’il s’agisse de Bobby Digital ou du Wu-Tang clan. The Red Bulletin a rencontré RZA à Madrid pendant la session de la Red Bull Music Academy. Nous en avons profité pour lui demander quels sont les albums et les artistes qui ont façonné son talent depuis la fin des années 70. PLUS DE CORPS ET D’ESPRIT Kanye West My Beautiful Dark Twisted Fantasy Un chef d’œuvre moderne ! J’ai eu le bonheur d’y contribuer et de voir Kanye se surpasser pendant l’enregistrement. L’année dernière, je l’ai vu sur scène au Coachella Festival, un concert hip-hop parfait. Un show tel que je me le suis toujours imaginé pour le Wu-Tang Clan. Kanye est un artiste solo. Il n’a pas à discuter ses idées avec neuf autres gars, un avantage de taille, aujourd’hui, dans le monde du rap. Funkadelic One Nation under a Groove J’ai écouté ce disque pour la première fois à l’occasion d’une fête familiale. Quand mon oncle a mis Funkedelic, l’enfant timide que j’étais s’est mis à danser, complètement libéré. Ce disque a fait naître en moi une sensation que j’allais retrouver plus tard avec le rap. Funkadelic est pour moi le précurseur du hip-hop. Stevie Wonder Original Musiquarium I La riche collection de vinyles de ma mère m’a permis, très jeune, de tomber sur ce chef d’œuvre. Soul, balades, funk – Musiquarium a tout. Les paroles sur la pochette m’ont aussi marqué comme parolier. Un morceau comme Sir Duke me donne, encore aujourd’hui, la chair de poule. Malcolm McLaren Buffalo Gals Un vendredi soir avec des copains – nous avions tous autour de 10 ans – on cherchait de la bonne musique à la radio quand on est tombé sur une station new yorkaise, WBLI où un gars chantait du rap. Un mélange dingue de worldmusic, hip-hop, samples de BO et de synthé. L’émission s’appelait The Supreme Team et le DJ Malcolm McLaren était aux manettes. Je n’avais jamais rien entendu d’aussi délirant. Son disque, Buffalo Gals sorti peu de temps après, résumait à lui seul le style de l’émission. J’étais définitivement conquis par le son innovant de cet artiste. Sugarhill Gang self-titled En 1979, j’ai eu pour la première fois le sentiment que quelqu’un sortait un disque pour ma génération. Mon cousin Vince et moi connaissions par cœur les paroles de Rapper’s Delight, morceau emblématique de Sugarhill. Quand Ol’Dirty Bastard du Wu-Tang rappait le morceau Triumph, les paroles Let’s take it back to’79 faisaient allusion à Rappers Delight. À l’époque, les refrains n’existaient pas, les gars rappaient sur tout le morceau. Nous avons repris l’idée mais Sugar Hill Gang avait plus de mérite, ils étaient trois rappers contre neuf au Wu-Tang Clan. Interview RZA à Madrid sur le divan de la Red Bull Music Academy : www.redbullmusicacademy.com/people/rza 93



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 1The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 100