The Red Bulletin n°2012-01 janvier
The Red Bulletin n°2012-01 janvier
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-01 de janvier

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Loeb qui brise la glace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
80 Action « en 2012, nous introduisons de nouveaux obstacLes. » chris papillon, directeur de course Le Finlandais volant Arttu Pihlainen est l’homme à battre cette année. À Moscou, sous les yeux de Philippe Candeloro, il termine 1er devant Kyle Croxall et le Suisse Kilian Braun (ci-dessus). Épilogue de la saison : Arttu, sur la plus haute marche du podium, devant les frangins Kyle et Scott Croxall (à droite).
se détacher. Quand un carnage est en vue sur la piste principale, la « chicken line » peut s’avérer être un choix judicieux. Le Red Bull Crashed Ice n’est pas seulement une question de vitesse, de talents ou de testostérone, une tête bien faite est tout aussi nécessaire. Le directeur de course du Red Bull Crashed Ice, Chris Papillon, annonce des changements pour la saison 2012. Elle s'étale sur quatre étapes aux États- Unis, au Canada et en Europe : « Nous allons introduire de nouveaux obstacles qu’on a testé depuis quelques mois. Une fois installé, un tracé ne peut plus être modifié. Les angles et les pentes doivent être parfaitement ajustés avant que le parcours ne soit recouvert d’une couche de glace. » La principale difficulté reste cependant la technique de glisse sur une piste dont la texture s’apparente souvent à de l’eau gelée. La saison dernière, les glaces de Munich et de Moscou avaient plus de points communs avec un cornet deux boules framboise-pistache ! Aqueuse et profonde à Munich, ce type de glace exige des efforts supplémentaires et joue des tours. En Russie, elle était cassante mais tout aussi traître. L’eau à la surface du parcours moscovite a soudainement gelé suite à des températures atteignant -30 degrés alors que dans des conditions normales ce processus s’effectue progressivement du bas de la couche vers le haut. La lame aiguisée d’un patin produit sur une glace vierge le même effet qu’un couteau à fromage sur du parmesan. Les morceaux en surface s’ébrèchent. Les virages extérieurs de la piste russe ressemblaient à une planche à couper d’une épicerie fine italienne. Les patins justement, parlons-en ! C’est l’équipement le plus important du Red Bull Crashed Ice. Pendant les premières années de l’événement, un simple affûtage par le responsable matériel suffisait avant la course. Aujourd’hui, il vaut mieux s’y prendre autrement si on ne veut pas finir à plat ventre. Les As de la discipline s’accordent pour dire qu’un affûtage seul des patins ne vous emmènera pas très loin. La lame du patin en hockey a une forme courbée, plus élevée au milieu qu’aux extrémités. Logique si on doit tourner sur place quand le palet change de direction. Mais à 50 km/h, en descente, cela s’avère vite contre-productif. Aussi, la courbure de la lame est réduite à l’aiguisage et parfois sur la totalité de sa longueur. Stabilité et rapidité sont assurées par une bonne surface d’adhérence à l’instar des patineurs de vitesse. Si les patins de hockey nécessitent un affûtage à cavité (plus le rayon de cavité des patins est réduit, plus ils seront agressifs), le Ice Cross Downhill tire d’un affûtage plat un meilleur avantage. Il facilite les passages en angle alors qu’un affûtage à cavité convient mieux pour les dépassements rapides à la dernière seconde. Beaucoup de patineurs utilisent des T-Blades. Tranchantes comme des lames de rasoir, elles ne tolèrent aucune erreur, ne s’aiguisent pas mais permettent de virevolter avec rapidité. D’autres optent pour des patins Bandy. Kesako ? C’est du hockey avec les règles du football et pratiqué sur un terrain de foot glacé, sans touches et à onze contre onze. Les patins ont des lames plus longues et plus plates qu'en hockey. En 2012, des lames en acier massif seront introduites. 1 4 Québec (Canada) 16 et 17 mars 2012 St Paul (Minnesota, USA) 13 et 14 janvier 2012 Elles ont été conçues tout spécialement pour le Ice Cross Downhill. Leur robustesse apporte plus de stabilité et préserve l’affûtage. Ce nouveau matériel a été réclamé par la plupart des athlètes. Lors des championnats du monde de Red Bull Crashed Ice, les « mécanos » s’affairent dans la tente des « riders » autour de la meule afin de préparer au mieux les « chaussons » de chaque athlète. Ils servent aussi d’oreille attentive pour l’athlète, parfois frustré d’avoir loupé sa descente. Dans ces cas-là, le matériel sert de bouc-émissaire. Les nerfs se déversent sur les petites mains qui, en coulisses, n’ont qu’un seul objectif : l’amélioration du chrono de leurs poulains. La préparation à cette discipline s’apparente à celle des pilotes de rallye. L’ambiance au départ est cependant plus décontractée, particulièrement durant les épreuves de qualification. Avant la course, dans la tente qui leur sert de chambre d’appel, les coureurs se regroupent par nationalité, entre habitués du circuit ou binômes établis pour discuter stratégie et s’encourager avant le départ. À l’approche des finales, le silence règne en maître parmi les concurrents. Certains mettent des boules Quiès, d’autres occupent les appareils d’échauffement. D’autres, enfin, font le plein d’énergie avec une banane. Soudain, la meute se retourne. Un athlète vient apparemment d’avoir une idée de dernière minute pour un affûtage lui garantissant la victoire. Le starter appelle les noms des concurrents du prochain round et remet les dossards rouge, jaune, bleu et gris. Le quatuor s’avance jusqu’au portillon de départ. Les protèges-lames sont retirés et jetés dans des boîtes prévue à cet effet. Un peu comme en F1 avec les couvertures chauffantes. Les mains sur le portillon, nos quatre descendeurs de l’extrême prennent leurs marques sur la glace. Les yeux regardent droit devant, concentrés sur le premier saut et le premier virage. Ils ne voient plus les dizaines de milliers de fans – jusqu’à 110 000 au Canada – agglutinés au bord de la piste. Et ils n’entendent plus les BPM des DJ. Quelques dizaines de secondes plus tard, la ligne d’arrivée est franchie. C’est la délivrance. www.redbullcrashedice.com 2 3 Action Åre (Suède) 17 et 18 février 2012 Valkenburg (Pays-Bas) 3 et 4 février 2012 coupe du monde : les quatre gagnants Le Red Bull Crashed Ice Championship entre cette année dans sa troisième édition. Coup d’envoi les 13 et 14 janvier à St Paul aux États-Unis (Minnesota). Suivront les étapes européennes de Valkenburg (Pays-Bas) les 3 et 4 février, et deux semaines plus tard Åre (Suède). La finale se déroulera comme toujours dans la Province de Québec (Canada) les 16 et 17 mars prochains. Le choix du matériel joue un rôle de plus en plus important lors du Red Bull Crashed Ice. Les T-Blades (photo) ne pardonnent pas. La moindre erreur est fatale. Pourtant, ils ont la réputation d’être plus rapides que les patins conventionnels, estime la plupart des descendeurs. 81



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 1The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 100