The Red Bulletin n°2012-01 janvier
The Red Bulletin n°2012-01 janvier
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-01 de janvier

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Loeb qui brise la glace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
ACTION « c’Est la couRsE la Plus IntEnsE dE Ma vIE ! sur la sEctIon côtIèRE, nous avIons sEulEMEnt tREntE sEcondEs d’avancE sur la REd Bull. on avaIt dEs fRIssons PaRtout ! » andy McMIllIn BaJa Et aRts MaRtIaux L’histoire de Viry ressemble à celle de beaucoup de pilotes qui financent leur très chère passion avec leurs propres deniers et rivalisent malgré tout avec des équipes soutenues par des sponsors. Cela n’est pas sans rappeler les premières heures du Dakar, une époque où Gilbert Sabine scrutait les galères des amateurs sur les dunes mauritaniennes. « Ma première course comme pilote date de 1994. Un groupe d’amis avait organisé une compétition au cours de laquelle les épouses couraient aussi. Ma mère n’avait pas senti le coup et j’avais pris sa place. Ce jour-là, j’ai compris que le tout-terrain était fait pour moi. » Ç’a été une belle surprise pour Viry. Son équipe, les Chicas Off Road, trouve un sponsor de manière totalement imprévisible. Son frère, Tavo, travaille comme chauffeur sur le tournage du film Little Boy, avec John Savage et l’acteur japonais Cary-Hiroyuki Tagawa. Il lui parle de sa sœur. C’est le coup de foudre... professionnel. la moindre casse moteur peut être fatale. l’assistance est rarissime. les engins utilisés pendant la Baja 1000 n’ont pas grand-chose à voir avec les véhicules du dakar. L’idée de sponsoriser Viry lui plaît. Il n’est nullement question d’argent : il la prépare à la Baja 1000 à travers l’enseignement d’un art martial, le Chu Shin. Cette belle histoire raconte comment, chaque année, des amateurs peuvent se mêler aux favoris de la Baja et partager la même ivresse. Peu importe le prix à payer, tant que le véhicule se montre suffisamment résistant pour ne pas tomber en lambeaux sur le bord de la route. L’événement est né de cet esprit-là, toujours vivace aujourd’hui. Tout a débuté en 1962 quand deux aventuriers, Dave Ekins et Bill Robertson Junior ont grimpé sur des Honda et dévalé la route qui mène de Tijuana à La Paz, histoire de voir combien de temps ils mettraient. En gestation dans un premier temps, leur course embrasse une dimension officielle par le passage dans divers bureaux de poste, histoire d’y faire tamponner des papiers et garder trace de leurs temps et positions. Sorte de check-point avant l’heure. Ekins remporte la première manche en 39 heures et 54 minutes, procès-verbal à l’appui. Pendant cinq ans, ce type de défi persiste et les deux pionniers de la catégorie auto, Ralph Poole et Spencer Murray, abaissent le chrono à 31 heures pile-poil, en 1967, à bord d’une Rambler American. Par le biais d’un fleuriste de San Fernandao, du nom de Ed Pearlman,
le professionnalisme débarque dans cette course. Ainsi est née la Mexican 1000, le 31 octobre 1967. 68 participants sont au départ. Une organisation digne de ce nom se met en place et succède aux bureaux de poste. La NORRA (National Off Road Racing Association) voit le jour. La structure ne survit pas à la crise pétrolière de 1974 et la responsabilité de l’organisation de la Baja 1000 est confiée à Score aux côtés de la marque Tecate. C’est toujours le cas aujourd’hui. toP Banana Jour J. Le soleil vient à peine de griffer ses rayons dans un ciel bleu azur. Il est 6 heures, les motos et les 4×4 vrombissent sur la ligne de départ. Nervosité palpable. On se croirait dans les starts d’un spectacle de rodéo, avant le lâcher du taureau... À 6 h 30, les motos sont lâchées. Kendall Norman, Californien de la très chic Santa Barbara, est le deuxième à s’élancer, sur sa Honda CR- F450X. Il a de solides ambitions : c’est le pilote Red Bull et un des favoris. En 2009, il s’adjuge les deux Baja : 500 et 1000. Le dernier à s’élancer est Joe Rice, 53 ans, lE tRacé dE la BaJa 1000 U S A TIJUANA O C É A N P A C I F I Q U E TECATE ENSEÑADA U S A M E X I Q U E EL CENTRO MEXICALI YUMA SAN LUIS RIO COLORADO M E X I Q U E PARC NATUREL SIERRA DE SAN PEDRO MATIR 20 M ILES 50 K M SAN FELIPE ACTION Depuis 1967, un des rallyes les plus difficiles au monde a pour théâtre le décor lunaire du désert de Baja California, entre Enseñada et San Felipe. dans lE détaIl : traditionnellement, la course a lieu à cheval sur deux états, du port de Enseñada jusqu’à La Paz. Cette année, elle s’est déroulée comme un circuit traversant successivement Ojos Negros, Misión de Santa Catarina, Cohabuzo, Valle El Borrego, Matomi, San Felipe, Rancho Mike Sky, Eréndira, Puerto San Isidro, Punta Cabras et Santo Tomás, soit une distance totale de près de 1 200 km. Tous les types de véhicules sont admis (buggy, motos, quads). les concurrents de la Baja 1000 n’ont pas beaucoup de temps pour faire du tourisme. 73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 1The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 100