The Red Bulletin n°2012-01 janvier
The Red Bulletin n°2012-01 janvier
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2012-01 de janvier

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Red Bull Media House GmbH

  • Format : (202 x 276) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Loeb qui brise la glace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Exploit Échec et Matt Sortir son vélo là où d’autres ne pourraient même pas marcher. Tel est le défi relevé par un biker américain mal voyant. Matt Gilman suscite l’admiration de tous. Date et lieu de naissance 28 avril 1980 à Baltimore Pratique le Trial depuis 2002 A perdu la vue en 2004 A subi 22 opérations des yeux en 2 ans Sur le net Paramètres de recherche « blind bike trials » Marque de vélo Inspired Thomas Öhler, 28 ans, Champion du monde du Trial en 2008. À l’image du texte cidessus, Matt Gilman l’a inspiré. 22 bullevard Matt Gilman, 31 ans, vit à baltimore dans le Maryland. Comme moi, son truc c’est le Trial. dans notre milieu, Matt représente une valeur sûre. Ses photos et ses vidéos circulent sur tous les forums importants du Trial. À la différence de ses collègues, sa vue est réduite de 70%. Autant dire quasi-aveugle. Sa joie de vivre saute aux yeux. il est ouvert au monde et positive à tout-va. Sa vue s’est détériorée suite à un diabète mal soigné à l’âge de 24 ans. Adepte passionné de bMX et de Trial, Gilman est d’abord tombé dans un profond désarroi avant que sa passion du sport ne lui permette de prendre le dessus physiquement et mentalement. l’Américain délivre une leÇon de vie synonyme de dépassement de soi dont tout individu lambda devrait s’inspirer. il a dû s’entraîner durement pour pouvoir à nouveau pratiquer le Trial. en tant que pro, je suis impressionné par son exceptionnelle persévérance à réapprendre les bases de la discipline. Je ne peux même pas imaginer faire du Trial sans la vue. Gilman, lui, n’est pas en mesure d’affronter d’autres compétiteurs. Normal. Sa vision réduite lui permet de distinguer les contours de formes contrastant avec la lumière. il ne peut cependant pas appréhender les distances et les hauteurs, ni les reliefs du terrain. il compense par son expérience et la confiance qu’il place dans les informations fournies par son coéquipier. Au même titre que l’équilibre ou la force mentale, l’appréciation des distances est avec un des aspects essentiels du Trial. il est évident que, sans cela, on heurterait constamment des obstacles et les sauts deviendraient aléatoires. Gilman doit jauger les distances à pied et l’expérience prend là toute son importance. il ne peut pas, comme d’autres bikers, s’attaquer directement à l’obstacle. il doit au préalable repérer le parcours et le mémoriser dans les moindres détails. Une partie importante de l’entraînement est consacrée à la maîtrise des chutes. Certaines situations dangereuses nous amènent à nous éjecter volontairement du vélo pour éviter de tomber grièvement. la vue est ici primordiale pour déclencher le saut du vélo et une réception sécurisée sur les deux jambes. Ce contrôle visuel fait défaut à Matt. Quand je lui demande comment il gère les chutes, il répond simplement : « Quand je tombe, je tombe lourdement ! » « la vision va au-delà de la vue. » Telle est sa devise qu’il s’évertue depuis un certains temps à démontrer dans ses Trial Shows avec pour seul objectif d’encourager chacun à poursuivre son rêve. Peu importe l’obstacle. « Tout est possible si on le veut vraiment. » difficile d’en douter dans la bouche de Matt Gilman. www.blindbiketrials.com TeXTe : ThoMAS Öhler. PhoToS : Aki lACoUNT, ToMMy bAUSe
textE : Paul Wilson. Illustration : Lie-Ins and Tigers Made in canada Exploration tête au Carrey À quelques jours de son 50e anniversaire, Jim Carrey, grand-père depuis peu, regarde devant avec de jolis projets en gestation. James Eugene Carrey est né à Newmarket dans l’Ontario le 17 janvier 1962. Il est le benjamin d’une famille de quatre enfants. Son don pour les grimaces est apparu très tôt, encouragé notamment par son père Percy, ancien jazzman. Jimmy débute chez Yuk Yuk dès l’âge de 14 ans. Jusqu’à ses 19 ans, il est la star de la jeune scène canadienne. droit comme un i Il y a celui qu’on connaît, amoureux des blagues salasses voire odorantes. Et puis, il y a le Jim Carrey, star de Eternal sunshine of the spotless mind et de The Truman show. Ces deux films ont été adorés par le public, y compris ces fans les plus réfractaires. Dans Man in the Moon, Carrey est resté droit dans ses bottes aux côtés de Danny De Vito, Milos Forman ou Courtney Love. Fidèle à lui-même finalement… prémonition Lorsqu’il joue le rôle d’un dessinateur dans la sitcom The Duck Factory en 1984, des doutes l’envahissent sur son avenir. Six mois après, il reprend le one man show. Carrey rêve de succès et mise... sur lui-même avec un chèque de 10 millions de dollars, encaissable en 1995… Jolie prémonition ! jeune grand-père Six semaines après son 48 e anniversaire, Jim Carrey annonce sur Twitter qu’il est grand-père du petit Jackson Riley Santana. Jane, sa mère, est le fruit du premier mariage de Jim. Il a ensuite été l’époux de Lauren Holly, sa partenaire dans Dumband Dumber avant d’enchaîner une relation de quelques années avec Jenny McCarthy. Au passage, il y eut Renée Zellwegger. Histoire fugace qui a laissé des traces. le roi de l’ace L’idée est simple : SteveCarrell et Jim Carrey jouent le rôle d’un duo de magiciens sous le charme d’Olivia Wilde, directement venue de la planète Tron. On l’a notamment vue dans Dr. House et Time Out. Vu d’Hollywood, il s’agit d’un killer pitch. Burt Wonderstone sera sur les écrans en 2013. bullevard california dream Carrey débarque à Los Angeles en 1981. Sa carrière débute sur la scène du légendaire Comedy Store. Rodney Dangerfield le repère et le signe pour la première partie du Dangerfield Show de Las Vegas. Tous deux sont restés bons amis grâce notamment à une tournée de deux ans qui leur permet de « se marrer et partager quelques repas indigestes dans les avions. » Dangerfield disparaît en 2004. Carrey portera son cercueil à l’enterrement. pâté de tête À l’image de la plupart des comiques, Jim Carrey a un côté sombre. « Quand je ne fais rien, je gamberge. J’ai la tête qui s’emballe, avoue-t-il au New Yorker. Je refais les choses un millier de fois. Mais je vais mieux. Plus de superflu ! » tiercé gagnant En 1994, trois films révèlent Carrey au grand public. Ace Ventura : detective chiens et chats, Dumband Dumber et The Mask, véritable carton. L’année suivante, il incarne le méchant dans Batman Forever. En 1996, il touche un cachet de 20 millions de dollars pour Disjoncté de Ben Stiller. Il deviendra ensuite l’acteur le mieux payé de Hollywood. twiTt again Quelle est la star de ciné la plus suivie sur Twitter ? Kutcher fait de la télé et Timberlake est un comédien-musicien. Carrey est sur la plus haute marche du podium avec plus de 5 millions de suiveurs. Ça le situe au 34 e rang mondial loin derrière Lady Gaga et ses 16 millions d’abonnés. Carrey ne suit qu’une seule autre page sur Twitter : celle du groupe de sa fille… www.jimcarreytrulife.com 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 1The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 2-3The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 4-5The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 6-7The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 8-9The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 10-11The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 12-13The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 14-15The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 16-17The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 18-19The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 20-21The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 22-23The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 24-25The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 26-27The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 28-29The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 30-31The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 32-33The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 34-35The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 36-37The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 38-39The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 40-41The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 42-43The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 44-45The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 46-47The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 48-49The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 50-51The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 52-53The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 54-55The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 56-57The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 58-59The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 60-61The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 62-63The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 64-65The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 66-67The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 68-69The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 70-71The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 72-73The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 74-75The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 76-77The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 78-79The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 80-81The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 82-83The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 84-85The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 86-87The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 88-89The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 90-91The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 92-93The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 94-95The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 96-97The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 98-99The Red Bulletin numéro 2012-01 janvier Page 100