TGV Magazine n°140 déc 11/jan 2012
TGV Magazine n°140 déc 11/jan 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°140 de déc 11/jan 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 69,5 Mo

  • Dans ce numéro : Leila Bekhti, étoile montante.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
ÉVÉNEMENT LONDRES HUMAIN, MALGRÉ TOUT À Londres, le peintre allemand Gerhard Richter est à l’honneur grâce à la remarquable rétrospective que lui consacre la Tate Modern. Passionnant. J création’ai une santé moyenne, une taille moyenne (1,72 m), je suis moyennement beau. Si j’évoque ceci, c’est parce qu’il faut avoir ces qualités pour pouvoir peindre de bons tableaux. » Cette citation un rien caustique de Gerhard Richter, extraite d’un texte de 1966, donne le la du personnage : artiste protéiforme, le peintre allemand est parfois insaisissable, et sa trajectoire artistique totalement inédite mérite un certain recul pour être considérée. Autant dire que ce « panorama » pro - posé par la Tate Modern, à Londres, tombe à point nommé. Treize pièces pour che mi - ner à travers une soixantaine d’années de 80 TGV magazine artistique, treize plongeons au sein de propositions graphiques dont on doute parfois qu’elles émanent du même créateur. Balan cements perpétuels entre abstraction et figuration, source photographique omniprésente dans le travail du peintre, mais aussi un poids de l’His - toire qui tra verse magnifiquement l’ensemble de son œuvre. Travail d’après photo Richter est né à Dresde en 1932, passé à l’Ouest en 1961, et vit aujourd’hui à Colo - gne. La Seconde Guerre mondiale, les Betty (Gerhard Richter, 1988). bombardements, l’héritage, y compris familial, du nazisme, nourrissent pour partie son travail. Très vite à contre-cou - rant de l’abstraction alors dominante, Richter utilise la photographie comme une base documentaire à sa peinture : bombardements aériens sur Dresde, portraits de son oncle Rudi en uniforme nazi ou du sinistre docteur Heyde, cerveau de l’eugénisme nazi, servent de base à son œuvre. Dans le même temps, marqué par son passage à l’Ouest et au consumé - risme ambiant, il peint des objets, des natu res mortes, se confrontant aussi à SAINT LOUIS ART MUSEUM -GERHARD RICHTER
Y ALLER AVEC EUROSTAR 14 allers-retours quotidiens, en 2 h 15*, relient Paris à la capitale anglaise. * Meilleur temps de parcours. ARTISTE PROTÉIFORME, INSAISISSABLE, À LA TRAJECTOIRE ARTISTIQUE TOTALEMENT INÉDITE. l’héritage d’un Duchamp. Le tableau de sa femme Ema, qu’il peint, encore une fois à partir d’une photo, se réfère directement au célè bre Nu descendant un escalier (1912) de ce der nier. C’est dire que dès les années 60 Rich ter est habité par ces questions autour des limites de la peinture, de la représentation du réel. Thèmes qui ponctuent toute son œuvre et le feront osciller de la figuration à l’abstraction selon les périodes. Marqué par l’Histoire Difficile et sans doute vain de relater en quelques lignes toute la diversité de la peinture de Richter, capable de décliner d’envoûtants monochromes gris (Grey Paintings), des paysages champêtres d’après photographies, un portrait serré de sa fille Betty, des toiles abstraites aux couleurs vives et joyeuses ou, encore, des séries de bou gies d’une simplicité désarmante (le groupe Sonic Youth en fera la jaquette de son fameux Daydream Nation en 1988). Si la curiosité, la volonté d’expérimenter et de pousser plus loin le champ personnel de sa création semblent guider tout le travail du peintre allemand, le rapport à l’Histoire est un autre fil conducteur pour lire son œuvre. Dans les années 70, la série du 18 octo bre 1977 qu’il consacre à la Fraction armée rouge et la célèbre bande à Baader est impressionnante. Travaillant une fois encore d’après photos, il traduit d’une façon sombre et troublante sa per - ception des événements, l’arrestation et la fin sus pecte du groupe terroriste. Pas de messa ges forcément de la part de l’artiste sur ce sujet éminemment politique, mais une interrogation de la réalité qui interpelle intimement le spectateur. Mais l’Histoire ne s’arrête pas là pour Rich - ter. Le matin d’un certain 11 sep tem bre 2001, il embarque pour… New York. Son avion sera détourné sur Halifax, au Canada, du fait des événements. L’expo de la Tate donne à voir comment Gerhard Richter a transcrit le drame du World Tra - de Center à travers sa peinture. « Mes tableaux sont sans objet, a aussi écrit Richter, histoire de ne pas trop nous aider. Mais comme tout objet, ils sont l’objet d’eux-mêmes. Ils n’ont par conséquent ni contenu, ni signification, ni sens ; ils sont comme les choses, les arbres, les animaux, les hommes ou les jours qui, eux aussi, n’ont ni raison d’être, ni fin, ni but. » La dernière salle de l’expo, sans doute la plus belle, présente six pièces monumen - tales intitulées Cage. Une merveille d’abstraction cette fois, inspirée par l’écoute du compositeur John Cage. On reste muet et contemplatif devant un tel ensemble. Richter, à la veille de ses 80 prin temps, méritait bien une aussi belle rétrospective. La bonne nouvelle, c’est qu’elle passe aussi par Paris, au Centre Pompidou, à partir de juin 2012. SYLVAIN FANET Gerhard Richter : Panorama. Tate Modern. Londres. Jusqu’au 8.1.2012. Net : visitbritain.com TGV magazine 81



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 1TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 2-3TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 4-5TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 6-7TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 8-9TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 10-11TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 12-13TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 14-15TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 16-17TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 18-19TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 20-21TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 22-23TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 24-25TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 26-27TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 28-29TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 30-31TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 32-33TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 34-35TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 36-37TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 38-39TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 40-41TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 42-43TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 44-45TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 46-47TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 48-49TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 50-51TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 52-53TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 54-55TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 56-57TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 58-59TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 60-61TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 62-63TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 64-65TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 66-67TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 68-69TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 70-71TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 72-73TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 74-75TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 76-77TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 78-79TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 80-81TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 82-83TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 84-85TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 86-87TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 88-89TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 90-91TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 92-93TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 94-95TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 96-97TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 98-99TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 100-101TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 102-103TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 104-105TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 106-107TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 108