TGV Magazine n°140 déc 11/jan 2012
TGV Magazine n°140 déc 11/jan 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°140 de déc 11/jan 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 69,5 Mo

  • Dans ce numéro : Leila Bekhti, étoile montante.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
LA QUESTION SOCIÉTÉ POURQUOI SE TATOUE-T-ON ? Plus besoin d’être un Chéri-Bibi, un guerrier maori ou un capitaine Haddock au long cours pour se faire trouer l’épiderme. Jadis mal vu, hier tendance, aujourd’hui banalisé, le tatouage reste néanmoins un acte à la symbolique multiple. Stars de la chanson, du cinéma, sportifs, jeunes, vieux, sans distinction de classe sociale, tout le monde – ou presque – se shoote à l’encre. Même la dernière-née des poupées Barbie – la Toki - doki – arbore fièrement des « fleurs de bagne » (tatouage, en argot) du plus bel effet. « Étudiants, banquiers, routiers, chefs d’entreprise, filles, garçons, j’ai de tout, de 18 à 67 ans ! » inventorie YannDumur, 47 ans, tatoueur – et tatoué – à Saint-Quentin-la- Poterie, près d’Uzès. Depuis six ans qu’il a ouvert l’Attraction magnétique, pas un centimètre carré de peau n’échappe à la dextérité chirurgicale de son dermographe. « C’est vrai que le tatouage (du tahitien « tatau », qui signifie « dessiner sur la peau ») s’est beaucoup démocratisé depuis la fin des années 90 », confirme cet ancien étudiant des Beaux-Arts passé, avant le forage de couenne, par le graphisme, l’illustration et le théâtre. Message silencieux « J’suis un vrai, un dur, un tatoué » chantait Fernandel, en 1939, dans le film Raphaël le tatoué. Soixante-douze ans plus tard, cet art ancestral pratiqué depuis la préhistoire, sous toutes les latitudes (« aucune société n’est étrangère au tatouage » avait noté Dar - win), n’est plus l’apa nage des peuplades primitives ou des mar - gi naux de tout poil. Autre fois rite initiatique de passage de l’en fance à l’âge adulte pour les garçons, symbole de virilité, de force, de courage, d’appar te nance à une caste, un groupe (j’suis un marin qui se lan guit de sa blonde, j’suis un biker et ma bécane c’est ma vie, j’suis un punk sans futur !), de transgression à des lois ou des cro yan ces (les trois religions monothéistes le proscrivent), de séduction chez la femme, le tatouage a évolué au fil des âges pour devenir, aujourd’hui, un accessoire de mode. Ce que David Le Bre ton, professeur de sociologie et d’anthropo logie à l’université de Strasbourg et auteur, notamment, de L’adieu au corps et Signes d’identité : tatouages, piercings et autres mar ques cor porelles, qualifie de « bijoux cutanés ». Des atours qui, selon lui, tra dui sent « la nécessité de complé ter personnellement un corps insuffisant à lui-même à incarner l’identité personnelle. (…) Être mal dans sa peau implique parfois un besoin de la remanier ». 18 TGV magazine « DANS DES SOCIÉTÉS OÙ L’APPARENCE EST REINE, TOUTE MARQUE DU CORPS VISI- BLE AU REGARD DEVIENT UN SIGNE D’IDENTITÉ… » (DAVID LE BRETON) Si la dimension esthétique a pris le pas sur une quelconque revendi cation identitaire, l’aspect psychologique dans cette volonté d’immatriculer son corps ad vitam n’est cependant pas à minimiser. « Cela reste un acte rituel pour encore pas mal de gens, valide Yann. On n’est plus pareil avant et après un tatouage. » Et si l’épo - que, pour paraphraser Albert Londres et sa descrip tion des forçats dans Au bagne, n’est plus à « étaler sur sa peau le vocabulaire de la canaille », se faire graver sur le cuir un mantra bouddhiste ou « only God can judge me » (seul Dieu peut me juger) demeure un acte fort, par fois codé, lourd de sens pour celui qui se fait piquer. Message silencieux adressé aux autres. Indélébile. Définitif. « On change sa peau pour changer de vie, analyse en ce sens David Le Breton. Dans des sociétés où l’apparence est reine, toute marque du corps visible au regard devient un signe d’identité, que ce soit une cicatrice, une marque de naissance, un piercing ou un tatouage. (…) Les mar - ques cor po relles sont comme une signature de soi. Elles permettent de sursignifier sa présence au monde, de manière heureuse dans le cas du tatouage ou du piercing. » Le tsar Pierre le Grand, les rois Henri III et George V, Sta line, Churchill, Roosevelt ou encore JFK, tous illustres tatoués, auraient été ravis de l’apprendre. BERTRAND DUCREUX E-mail : attractionmagnetique@wanadoo.fr THIBAULT STIPAL
Rituels Exclusifs peau by La Roche Posay, Expérience Nature essentielle by Decléor



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 1TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 2-3TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 4-5TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 6-7TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 8-9TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 10-11TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 12-13TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 14-15TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 16-17TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 18-19TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 20-21TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 22-23TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 24-25TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 26-27TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 28-29TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 30-31TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 32-33TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 34-35TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 36-37TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 38-39TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 40-41TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 42-43TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 44-45TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 46-47TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 48-49TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 50-51TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 52-53TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 54-55TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 56-57TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 58-59TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 60-61TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 62-63TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 64-65TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 66-67TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 68-69TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 70-71TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 72-73TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 74-75TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 76-77TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 78-79TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 80-81TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 82-83TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 84-85TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 86-87TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 88-89TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 90-91TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 92-93TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 94-95TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 96-97TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 98-99TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 100-101TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 102-103TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 104-105TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 106-107TGV Magazine numéro 140 déc 11/jan 2012 Page 108