TGV Magazine n°137 septembre 2011
TGV Magazine n°137 septembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°137 de septembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 47,3 Mo

  • Dans ce numéro : Thierry Marx sur un plateau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
INIEIVIEW LIVRE un an après avoir empoché. avec Sukkwan Island, le prix Médicis étranger, David Vannreprend la route de l'Alaska, terre de ses Désolations. En quo !., vie a-t..U., depuis l'obtention du prix Mêdids ? Les autres pays ont prêté plus d'attention à mon travail et j'ai décroché la Guggen heim Fellawship, œ qui me permet de me consacœr totalement à l'écriture, de voyag\: ! r• Jemesensinementchanœux. après douze ans à attendre d'être 711 TGV magazine publié, de voir mon roman traduit en seize langues 1 Le ma:riage raté.'ft)b:'enouw.an sujet ? Le livre parle effèc1:ivementd'un mariage qui ne se passe pas très bien. Un wuple de retraités bourré de regrets. dont la femme (Irène) n'arrive pas à assembler les différents fragments de sa vie en un tableau aa:eptable, tandis que son mari (Gary) essaie de bâtir une cabane isolée, un rêve différé des années auparavant. la vil:lon sombre du. œuple qui tr.a:ftne œ roman ? Quand ma femme a lu le livre, elle m'a demandé : c Totn w bien el'ltn nous ? • mie était inquiète. Moi, effrayé. Pour autant,
VOYAGES IMMOBILES À Anchorage, Alaska, le ciel pèse une tonne et les gars ont la bougeotte. Pêcheurs ou dentistes, retrait ou dilettantes, leur couple les épuise et ils rêvent d'ailleurs. sous des formes diverses - jupons, substances. robinsonnades. Leurs moiti, par comparaison. gardent la tête froide, jusqu'à l'aveuglement - pourvu que la clairvovanœ ne leur dessille pas les mirettes. David Vannparvient à injecter une certaine légèreté dans les tableaux les plus sordides, comme à rendre angoissants paysages naturels et scènes de la vie quotidienne. Le lecteur ne sait jamais vers quel étoc il dérive : une mer d'huile lui promet mille tourments. Invité chez vann, on s'ablme en jardin, on périt en balade. et on ressort remué autant que séduit je partage les réflexions des perso. fai tmevisiond'ensembledeshommesde ma famille : mon grandpèœ frappait sa femme, l'infidélité a ruiné les deux mariages de mon père... Mais, dans mon cas, les choses se passent bien. Gary et les allt'ftS personnages mascu lins se œmportent en inamsêquents. enlkhes.C'est ce que nous faisons, nous autres Américains (Rms.) Parmi eux, le gendre, Jim, est le personnage le moins dérendable. n développe une philosophie ridicule au fil du roman. décidant qu'il va multiplier les rencontres sexuelles pour donner un sens à sa vie. Le sexe, c'est ce qui subsiste quand les façons conventionnelles d'envisager une existence valable se sont envolées. Il est encore question d'une ne, sur laquelle un homme mal préparé essaie de mener à bien un projet absurde. n y a des similarités : une cabane sur unelle, en Alaska. C'est de là que je viens 1 On ne demande jamais à Philip Roth poul'­ quoi ses livres se déroulent à New York. J'aime décrire les paysages de mon enfance, surtout dans les passages oilles souffiances donnent à la nature une apparence 1Dtalement fulle. Rest:ez"VVUS mattre de'ft)tre histoire ? Non. Je l'avais déjà expérimenté dans Sulckwt:m Island : le récit m'a 1Dtalement échappé à la page 113. Un schéma surgit de la part inconsciente de mon esprit. qui produit un matériau signifiant. En 2009, chaque matin pendant les cinq mois et demi d'écriture de Désolations, je ne savais honnêtement pas comment les personnages allaient agir ou penser. Ni que le livre pol'tUaitsur le mariage. Ce qui a été publié ét1it mon premier jet. Vos rom.ans IODtils des JD:ODSt:lU ? Bonne métaphore. Des monstres qui m'horrifient, dotés d'une puissance sur laquelle je n'ai aucun contrôle. Ça me prend des années, ensuite, pour les comprendre. L'inconscient jouant une grande part dans mon processus créatif, j'ai besoin d'activer des sentiments profonds, personllels, liés à l'h:istoire de ma famille pour lui permettre de travailler, de le stimuler. Quand on écrit une tragédie sur une base vécue, on lui donn.e une signification. Votre matf.êre première dem.et11'et:rês sombre. SUr quoi tr.a.vaillez.wus. en œ moment ? Le prochain roman s'appelle Dtrt fNDLR : saiettJ, et parle du côté maœmel de ma fàmille, en Califurnie. Des drames, on en trou11e aussi de œ côté. Cela dit, ça ne me ferait pas de mal d'écrire un jour des comédies. Un œnsefl, dans cec.as : évitez de les appeler DJrtC'est vrai (Rim.) Mais pour mon prochain livre, le titre convient parfaitement. Et puis, je l'ai terminé. PROPOS RECUEJWS PAR FRANÇOIS PERRIN de DtMcl Ylnn. tndult de l'Miéricaln 111r Laure Dél'1jlnskl (édltfons G.allmelstllr). Sortie le 1• septembre. Accédez au répondeur de votre correspondant sans faire sonner son téléphone portable



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 1TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 2-3TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 4-5TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 6-7TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 8-9TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 10-11TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 12-13TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 14-15TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 16-17TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 18-19TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 20-21TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 22-23TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 24-25TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 26-27TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 28-29TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 30-31TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 32-33TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 34-35TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 36-37TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 38-39TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 40-41TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 42-43TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 44-45TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 46-47TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 48-49TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 50-51TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 52-53TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 54-55TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 56-57TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 58-59TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 60-61TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 62-63TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 64-65TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 66-67TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 68-69TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 70-71TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 72-73TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 74-75TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 76-77TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 78-79TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 80-81TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 82-83TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 84-85TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 86-87TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 88-89TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 90-91TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 92-93TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 94-95TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 96-97TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 98-99TGV Magazine numéro 137 septembre 2011 Page 100