TGV Magazine n°132 mars 2011
TGV Magazine n°132 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°132 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 38,3 Mo

  • Dans ce numéro : Catherine Deneuve, icône curieuse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
[HIDNIDUES CINÉMA DOCUMENTAIRE WasteLand Né pauvre parmi les pauvres au Brésil, Vlk Muniz est dewnu un artiste plasticien de renomm.ée internat:ional.e. Pour waste Land, il a débarqué dans le Jardfm Gramadao, la plus grande du monde, aux portes de Rio. n y a œncont:Ié quelques-uns des 2 soo trieurs d'ordures (catadons), pieds et mains plongés au milieu de tonnes d'immondiœs, qui wndent le produit de leur incroyable récolte à des entreprises de recyclage. Le rêve chevillé au corps, ils songent à une autre vie (au moins pour leurs enfimts) et se « réjouissent » de leur travail honnête. loin du crime ou de la prostitution. Hn les photDgraphiant, en utilisant le produit de leur labeur quotidien pour le transfurmer en art et en leur redistnbuant le produit de la vente, Vlk Muniz, dont l'expo a connu un ! l1lCCès énorme, a voulu que œt art change leur vie. Grâce à Lucy Wallœr et son documentaire embalLant, le monde découvre ces catadores, cueilleurs-récolteurs des temps dits modernes. Autrefuis. les artistes avaient des mécènes qui leur permettaient de créer à l'abri des contingmœs. Aujourd'hui, des artistes ont une conscience de classe et deviennent, à leur manière, des mécènes. De Lucy Wlllœr, avec Vlklllunlz... SGrtla le Z3 man.• TGV magazine SLECTION RULISE PAR MONIQUE NEUBOURG WEWANT SEX EQUALITY En 1968, contre toute attente (et certainement pas celle de leurs maris et des syndicats de Ford), les ouvrières d'un atelier se mettent en grève pour obtenir un salaire égal à celui des hommes. soutenues par leur seul délégué syndical, qui n'a pas oub 1 ié que sa mère y a trimé pour l'élever, elles vont tenir tête à la terre entière pour obtenir satisfaction. on jubile à les entend re échanger dans une langue fleurie. Quant à leur rencontre avec la ministre du Travail, c'est un immense moment d'Histoire et de cinéma. Da Nlpl COlL 5Grtllle9 man. liA COMPAGNE DE NUIT Emmanuelle Béart a perdu ses belles rondeurs pour jouer une femme décharnée par un canœr généralisé. Choisissant de mourir chez elle. elle engage une jeune femme bourrue et vive (Hafsia H erzi) pour lui servir à la fois de nurse. de fi lie de substitution Oa sienne a fui à toutes jambes). de souffre-douleur et de cu i'iinièœ. Exhaustive sur les manifeslations de la maladie, la réalisatrice l'est moins sur les relations entre la malade et sa cr : corn pagne », son frère, sa fi Ile et ses parents. Plutôt que d'entendre parler d'Jnterooses de morphine, on aimerait ces nondlts plus bavards. D'l5ablll Brorard. SGrtle le 23 mm. UNE PURE AFFAIRE En promenant son chien le soir de Nol !l, un avocat sans envergure (François Damiens) trouve un sac de bowling plein de coke. Véritable cadeau du ciel (c'est lui qui le ditl, il décide de le garder et de dealer son contenu. Rétiœnte au début, sa femme (Pascale Arbil lot) manche dans la combine. Mais que vont en penser leurs enfants et le légitime propriétaire de la came, un véritable duri'Une vraie comédie 1 D'Aieundre Colfre. sartie le l man. liA PART DU GlTEAU À ma droite, une mère de famille licenciée qui va décrocher un emploi de femme de ménage. À ma gauche, un trader cynique, pourri, caricatural et nesponsable de la liquidation de l'entreprise, qui l'embauche. Dialectique, le matln ! ne peut pl us se passer de son esclave, surtout quand i 1 se retrouve avec son fils sur les bras. on ne peut nier à Klapisch sa générosité et son envie de parler de la lutte des classes avec un romanesque à la Romuald et Juliette, en pl us cruel. Les intentions sont excellentes, le film un poil trop sommaire. Karin Viard épatante (pléonasme et litote à la fois} et Gilles Lellouche est raccord avec Krach. un sien film récent. De œdrit Klaplsd !. sartie le 16 mars. "'"
SANS IDENTITl Adapté d'un beau et palpitant roman de Didier van cauwelaert sur la perte d'identité, ce film de Jaume Collet-Serra met en scène un homme (Liam Neeson) pris dans un piège diabolique. venu parier des OGM à Ber1in (dont le côté nid d'espions n'échappera à personne), il tombe dans le coma après un accident de voiture. À son rêve il, son existence comme effacée, il découvre que quelqu'un lui a volé son identité. Si les poursuites en voitures n'ont aucun intérêt, Bruno Ganz arrive à rendre un ex-agent de la Stasi hautement sympathique. Rien que pour cela, bravo l De JIUme COIIK-5eii'L Sortie le 2 mar5. POLLEN Le seul reproche que l'on puisse faire à ce film est l'omniprésence de la voix off. celle pourtant jolie de Mélanie Laurent. Heureusement que les images (et quelles images 0 nous kidnappent Quelle aventure que celle de ces dlauves-souris allaantes. sans qui les cactus ne seraient plus. ou celle des abeilles prises aux pièges malins et sophistiqués des onchidées baquets. La nature est épatante et donne une fois encore à réflechir. Det.ouie Sdtwatt:zberg. SDI"'fell16 mars. susan ne Bi er est une ci né aste qui sait faire parler l'intime sans réaliser des films intimistes. Chez elle on crie, on pleure, on se bat et on se dé bat, prouvant que le désordre atteint les plus dvilisés. Elle saisit ses personnages dans la crise. Tandis que son père soigne comme il peut des Africains victimes d'un de œs génocides qui ne font plus les gros titres, un enfant suédois subit brimades et insultes de la part de ses camarades d'école, au Danemark. son seul ami est un nouveau venu, installé chez sa grand-mère depuis la récente mort de sa mère. Ajoutons à cela que le couple suédois est à deux doigts du divorce et que l'orphelin hait son pène, le tableau est complet Chez dlacun se pose alors la question de la vengeance. Faut-il rendre les coups ou expliquer que les mots sont plus forts que les poings ? De SU ! ill'lne lier. Sortie le 16 mus. + En bref Actuellement entnumage en Russie, Jean Reno, tout en cheveux et barbe broussailleux, est Raspoutine dans le nouveau filmdeRose Bosch (La mfle). VOYAGE EXPÉRIMENTAL DharmaGuns n y a des années de cela. deux jeunes cinéasœs se fiûsaient : remaJ.'q\1el presque simultanément Lars von Trier, awc Element of Crime, et François-:Jacques Ossang, awc I:affiltre dts dMsions Morlturl. Lars von Trier a éLaboré des dogmes et mis de la religion sur ses pellicules. Ossang a continué sur sa lancée (scienœficti.on, thriller, fimtast:ique) pour désarçonner et enchanter ceux qui attendent du cinéma une forme d'ÎIDIIlel'sion dans un ailleurs étrange (mais pas étranger). Radical Flançois-Jacques Ossang (prix Jean-Vigo 2007 pour le court méttage Silencio) : fài.t son cinéma en poèœ, en utopiste. autant qu'en cinéasœ visionnaire. La géographie des Açores, paysag3 rares, pltrie battanœ, solitudes escarpées et mer peu claire. lui va bien. On dit que c'est de bon augure quand il est împoible de racontEr un film. Dy a id un scénariste, un généalogiste. un médecin, quelques mom, des vivants en. une fumme fatale. un deus ex maddna, des substances létales, des secrets. de l'aJDilés:ie. Sur ses décors men riels. Ossang plaque un paysagt'mental d'une énorme richesse. Le monde selon Oang ressemble au nôtre, awc ce qu'il faut d'uchronie pour que le futur ait des allures de passé, awc ce qu'il faut de renœs à notre époque pour que la vraisemblance nous frappe. Dl R'aii(XIIWacques Ossan.. avec Guy Mc lOI ! pt, Elvire, DIO&D oorta.Sarlfale9 man. TGV magazine n



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 1TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 2-3TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 4-5TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 6-7TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 8-9TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 10-11TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 12-13TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 14-15TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 16-17TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 18-19TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 20-21TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 22-23TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 24-25TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 26-27TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 28-29TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 30-31TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 32-33TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 34-35TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 36-37TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 38-39TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 40-41TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 42-43TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 44-45TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 46-47TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 48-49TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 50-51TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 52-53TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 54-55TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 56-57TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 58-59TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 60-61TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 62-63TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 64-65TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 66-67TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 68-69TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 70-71TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 72-73TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 74-75TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 76-77TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 78-79TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 80-81TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 82-83TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 84-85TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 86-87TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 88-89TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 90-91TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 92-93TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 94-95TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 96-97TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 98-99TGV Magazine numéro 132 mars 2011 Page 100