Terre Information Magazine n°307 septembre 2019
Terre Information Magazine n°307 septembre 2019

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
# IMMERSION M Coordination à différents échelons entre militaires français, britanniques et estoniens. en Lettonie, l’Allemagne en Lituanie et les États-Unis en Pologne. 26 # Septembre 2019 - TIM 307 « SE MÊLER INTELLIGEMMENT » Retour à Tallinn. À l’autre bout de la capitale se trouve le quartier général de l’eFP. On y trouve six Français insérés au sein de l’échelon de commandement, tenu par les Britanniques. « Outre le fait d’être en mesure d’évoluer vers une posture défensive proportionnelle à la menace perçue, tout l’intérêt pour nous de cette mission opérationnelle est de faire de l’interopérabilité avec les forces britanniques et estoniennes  : partager nos savoir-faire et pouvoir les mêler intelligemment en cas d’intervention, explique le National Representative (NR), le colonel Damien de Besombes, commandant les éléments français de l’eFP. Ces deux pays sont à la fois membres de l’Union européenne et de l’Otan, par conséquent des pays avec lesquels nous pourrions mener des opérations communes. » Réalisée au titre de sa contribution aux mesures d’assurance de l’Otan dans les pays baltes et en Pologne, la participation de la France à l’eFP concrétise par ailleurs l’excellente coopération opérationnelle mise en œuvre avec nos alliés britanniques et estoniens. Cette coopération s’exerce avec efficacité au Sahel également où forces britanniques et estoniennes sont engagées au sein de la force Barkhane. A travers leurs déploiements en Estonie et dans la bande sahélo-saharienne, nos trois pays font preuve d’une solidarité réciproque tout en démontrant leur capacité d’engagement conjoint. Même si la posture des forces armées est de » se tenir prêtes » à monter en puissance en cas d’escalade de la tension, le Battle Group de présence avancée renforcée a vocation à tenir une posture dissuasive et non offensive, malgré les moyens lourds détenus par le contingent. Alors que signifie » se tenir prêt » ? « C’est être en mesure d’intervenir avec nos homologues au sein de ce Battle Group, poursuit le NR. Concrètement, il s’agit en temps de paix de faire de l’interopérabilité. Elle est à voir sous trois prismes  : technique, tactique et humain. » TESTER L’INTEROPÉRABILITÉ Direction la base de Tapa, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale. En chemin, les larges avenues et l’architecture ne sont pas sans rappeler l’occupation soviétique dans le pays, qui a acquis son indépendance, comme les autres pays baltes, en 1991. Après une heure trente de route se dévoile la position » otanienne » des éléments franco-britanniques de l’eFP. Sur cette ancienne base aérienne, très active pendant la guerre froide, les bâtiments flambants neufs côtoient les anciens hangars d’avion, camouflés de pelouse tel un village de » Hobbit ». En avril dernier le SGTIA, ayant pour ossature principale le 2 e régiment étranger d’infanterie, y a pris ses quartiers. « Dès la première semaine, nous avons testé la compatibilité de nos matériels avec ceux des Britanniques, explique le capitaine Amaury à la tête du SGTIA. Nos porte-chars peuvent-ils accueillir les leurs et inversement, nos systèmes de transmissions respectifs
sont-ils compatibles et comment fonctionnent-ils ensemble sur le terrain ? Comment gérer la transmission des ordres du commandement britannique du Battle Group vers la compagnie interarmes française et peut-on trouver des solutions pour fluidifier la compréhension respective au niveau tactique ? Il fallait rapidement trouver des réponses à toutes ces questions. » Exemple  : quand la mission » reconnaître » implique pour un groupe de combat français de réellement passer sur l’axe à reconnaître, la mission du même nom en anglais s’apparente plus à la mission » éclairer » en français, qui nécessite simplement d’avoir visuel sur l’axe en question. Des nuances pouvant, sur le terrain et tactiquement dans la mission globale, créer une confusion voire des effets cinétiques indésirables. Pour pallier cela, la présence d’un officier de liaison et de planification français inséré au sein du poste de commandement britannique est indispensable. « J’ai deux principales missions, explique le chef de bataillon Marc-Antoine. Je fais la liaison entre tout le détachement français et le commandement du Battle Group. Mais je planifie aussi tout l’entraînement et les exercices du SGTIA qu’ils effectuent dans l’immense zone d’entraînement du pays qui est toute proche. Pour cela, je me coordonne avec l’officier opérations britannique pour saisir toutes les opportunités permettant de réaliser des entraînements communs et d’alimenter en permanence cette interopérabilité. Celle-ci a commencé, dès l’arrivée du contingent, par des présentations de nos capacités opérationnelles respectives. » P P « Dès la première semaine, nous avons testé la compatibilité de nos matériels avec ceux des Britanniques » CNE Amaury DES EXERCICES COMMUNS Pendant son déploiement le SGTIA français peut s’entraîner seul, avec le bataillon britannique ou au profit des soldats des Estonian Defence Forces ou de l’Estonian Defense League. Lors des derniers exercices se sont opérés manœuvres défensives, ouvertures d’itinéraires, dépannages de blindés, gestion de blessés fictifs, combats confinés en forêt et embuscades anti-chars. Départ en manœuvre simultané des chars français et britanniques. TIM 307 - Septembre 2019 # 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 1Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 307 septembre 2019 Page 72