Terre Information Magazine n°253 avril 2014
Terre Information Magazine n°253 avril 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
:.iii:i:.i.:* ; i.i:.i.:':.** 28. Les GCP s’élancent à 4 000 mètres avec une caisse de 100 kg. TIM 253 — AVRIL 2014 ACTUALITÉS En direct Les chuteurs, eux, s’élancent depuis les portes latérales.lll Sur elles, un chuteur arrimé à plat ventre. L’ensemble est poussé hors de la carlingue. Check des largueurs. Mission accomplie. LIVRAISON PAR AIR De retour sur le tarmac, le Transall doit changer de configuration pour un exercice de largage de matériel. On démonte les banquettes pour libérer l’espace et on pose des glissières sur les côtés. Rien ne doit bouger pendant le vol. Les taquets sont adaptés pour bloquer les palettes. Chaque colis est rentré au millimètre. « La procédure est très importante. Nous ne larguons pas des hommes, mais il ne faut pas prendre de risque avec l’équipement. Si la voile se bloque, ça peut mettre l’avion en péril, explique l’adjudant Jimmy Ferry, chef de la cellule livraison par air (LPA). Aujourd’hui, nous allons droper des palettes de sacs à terre, à 50 mètres du sol. En sortant de l’appareil, la charge se casse et les colis se dispersent. Cette technique est utilisée pour livrer des sacs de riz, dans les actions humanitaires. » Responsable du transit de fret et de personnel, dans toute la zone sud de l’océan Indien, l’équipe de l’adjudant doit se requalifier tous les ans, pour ne pas perdre ce savoir-faire. Sa cellule LPA est en alerte 24 heures sur 24. « Nous assurons les relèves pour les îles Éparses avec Juan de Nova et Europa. Nous sommes capables d’effectuer des posers d’assaut et de débarquer en trois minutes. Nous desservons Mayotte, Madagascar, les Seychelles et tous les détachements d’instruction opérationnelle où le 2 e RPIMa est engagé », précise l’adjudant Ferry. LA COOPÉRATION RÉGIONALE À 1 600 mètres d’altitude, sur la route du Piton de la Fournaise, dans la plaine des Cafres, le camp Paoli accueille un détachement des forces mauriciennes. En stage commando au centre d’aguerrissement tropical de La Réunion (CATR), dans le cadre de la coopération régionale, les Mauriciens testent, pour la première fois, le parcours de groupe. « Entre deux stages de compagnies PROTERRE, nous formons souvent des nations étrangères voisines, telles que l’Afrique du Sud, la Tanzanie, Madagascar ou l’île Maurice. Au niveau des FAZSOI, nous proposons aussi des stages au profit de la gendarmerie nationale,
des marins ou des futurs agents de sécurité en formation au service militaire adapté », détaille le capitaine François Renaud, commandant le CATR. Équipés de musettes lestées, Famas d’exercice et casques lourds, les groupes s’élancent. Ramper sous fils de fer barbelés, palissade, fosse décaissée avec buse vont tester la cohésion du groupe ultra-motivé. « Courez entre les obstacles, soyez dynamiques pour gagner du temps », encourage le capitaine Renaud. Une dizaine d’obstacles jalonne le parcours. « Certains sollicitent beaucoup les bras, comme le mur vertical ou le filet. Pour compenser le niveau des plus faibles, il faut bien se coordonner. L’objectif d’une piste de groupe, c’est d’abord de développer la cohésion », commente le CNE Renaud, en observant les soldats I V r Nous sommes capables d’effectuer des posers d’assaut et de débarquer en trois minutes. » ADJ Jimmy Ferry, chef de la cellule de livraison par air. Des militaires mauriciens en formation à La Réunion sur la piste groupe du CATR. Démonstration des maîtres-chiens au profit des unités mauriciennes..29 mauriciens se hisser sur les cordages. « Nous n’avons pas le même degré d’exigence que pour les unités françaises. Leurs standards sont différents et ils ne disposent pas des mêmes infrastructures que nous. Ils n’ont pas l’habitude de s’entraîner sur des pistes d’audace et de manipuler des mousquetons de sécurité. Le but est d’entretenir leur goût du dépassement de soi », poursuit-il. Une pluie fine rafraîchit les stagiaires qui se précipitent vers le dernier obstacle. Après une nuit consacrée à un exercice tactique, le détachement cynotechnique du 2 e RPIMa intervient dans la suite du stage. Cette unité assure la sécurité du dépôt de munitions, sur le camp Paoli. Le sergent Sylvain Jouault, chef du détachement, présente la démonstration. « Les mâchoires de nos chiens ont près de 110 kilos de pression au centimètre carré. Nous les considérons comme des armes. » Gaby, un berger belge malinois de 7 ans se prête à l’exercice. Avec son maître, il simule une patrouille. Réaction face à une prise à partie, passage dans un tunnel, sous un mur d’eau, ou par une fenêtre, le chien d’intervention doit prendre le chemin le plus direct pour neutraliser l’agresseur. Les stagiaires mauriciens impressionnés par la force de l’impact et la puissance du mordant du chien se tiennent à distance avec une prudence admirative. La journée se poursuit par une séance de combat. Ce stage constitue l’un des volets de la coopération militaire. Les militaires français y voient là une façon de faire rayonner leur savoir-faire sur les terres de l’océan Indien. l TIM 253 — AVRIL 2014



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 1Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 253 avril 2014 Page 72