Terre Information Magazine n°252 mars 2014
Terre Information Magazine n°252 mars 2014
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°252 de mars 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 18,1 Mo

  • Dans ce numéro : République centrafricaine... un niveau de sécurité minimal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
08. [Interview] TIM 252 — DOSSIER — MARS 2014 DOSSIER LE NRBC LES EXPERTS SAUMUR Les colonels Thierry Fournier, commandant du centre de défense NBC, et Laurent Giot, directeur des études et de la prospective, livrent leur vision de la place que tient, aujourd’hui, la lutte contre le NRBC dans l’armée de Terre. Dans le cas d’un incident de nature NRBC, quels seraient nos moyens d’intervention ? Colonel Laurent Giot  : Sur le territoire national, nous ne serions pas les premiers intervenants. Pour un événement NRBC dans le secteur civil, la cellule NRBC des sapeurs-pompiers départementaux serait la première sur les lieux. Mais de taille très restreinte, elle serait rapidement renforcée des moyens des UIISC n°1 et n°7. Ces unités ne disposant, chacune, que d’une compagnie spécialisée dans les risques technologiques, en cas de besoin avéré de capacités spécifiques, on ferait appel à l’armée de Terre pour contrer un incident de plus grande ampleur  : le 2 e régiment de dragons et le régiment médical. En matière de NRBC, nous pouvons remplir trois missions  : la décontamination (de personnel, de véhicules ou de petits matériels), la reconnaissance embarquée, grâce au VAB NBC à bord duquel on peut réaliser des prélèvements, et enfin le prélèvement et l’identification d’agents NRBC, effectués par des équipes de reconnaissance et d’évaluation de six militaires évoluant à pied. Colonel Thierry Fournier  : En opération extérieure, ce sera aux forces déployées de gérer elles-mêmes cet événement, essentiellement pour s’en protéger, et, si possible, protéger aussi les populations. Pour cela, nos moyens sont simples  : il s’agit de ceux du 2 e RD. Les forces toutes armes « génériques » pourraient tout à fait y contribuer, en interdisant, par exemple, l’accès à une zone contaminée. Mais il est vrai que face à un événement de taille, le 2 e RD serait incontournable. La composante NRBC fait désormais partie intégrante de la préparation des brigades. » COL Thierry Fournier. Un binôme du 2 e RD et un sapeur-pompier prélèvent des échantillons lors d'un exercice avec le service départemental d'incendie et de secours du Maine-et-Loire (SDIS 49) à Fontevraud. Pensez-vous que l’actualité a permis une prise de conscience ? COLL.G.  : La crise syrienne a eu un impact, en confirmant notamment les études que nous avons menées dans le domaine NRBC en coopération avec les forces spéciales et celles liées à la lutte contre la prolifération. COL T.F.  : L’armée de Terre avait pris en compte la problématique NRBC bien avant la crise syrienne. Mais sa notoriété connait des pics successifs. Il y a eu l’Irak, il y a actuellement la Syrie. Cette sensibilité va durer quelques mois ou quelques années. Certes, l’actualité
J. 1 i Exercice GULF FALCON 2013 au Qatar. Un dragon du 2 e RD décontamine un char Leclerc du 1er régiment de chasseurs (1er RCh) i i est un facteur d’intérêt, mais il faut être vigilant pour ne pas que la flamme s’éteigne. Je note toutefois une différence depuis deux ou trois ans. Une partie des régiments et brigades qui s'entraînent aux écoles militaires de Saumur, notamment au centre de simulation Janus, demande une acculturation NRBC. Au centre de faire en sorte que le niveau de sensibilisation reste le même à l'avenir. Outre la prise d’alerte de l’OTAN, comment coordonne-t-on nos efforts avec nos alliés ? COL T.F.  : Il existe, en matière de lutte NRBC, des coopérations bilatérales, pilotées par l’état-major des armées (EMA), afin de mener constamment des études, des exercices ou des entraînements conjoints. COLL.G.  : Au niveau de l’UE, nous avons beaucoup planché sur la question de la synergie entre équipes opérationnelles de déminage (EOD) et NRBC, dans le cas d’une intervention sur un colis piégé. Pour ce qui est de l’OTAN, un énorme travail est en cours, géré par l’EMA, mais dont une partie est délégué à la DEP du CDNBC. En charge de répondre directement à l’OTAN sur un grand nombre de dossiers, la division des études et de la prospective (DEP) pilote actuellement la rédaction de l’un des documents les plus importants de la future doctrine NRBC de l’alliance. l 1 Définissant les orientations des armées dans les cinq années à venir. 2 Un appareil de détection et d’identification chimique. FOCUS.09 LA DIRECTION DE LA FORMATION DU CDNBC Elle a pour mission de former et de procéder aux mises à niveau nécessaires des spécialistes NRBC, en priorité de l’armée de Terre, et de délivrer les formations et qualifications particulières répondant aux besoins fonctionnels de certains non spécialistes NRBC. Le centre accueille des stagiaires pour trois types de formation  : • Cursus  : pour les officiers et sous-officiers du domaine NRBC (stage futur chefs de corps, cours des futurs commandants d’unité, division d’application, brevet de spécialiste de l’armée de Terre et brevet supérieur de technicien de l’armée de Terre) ; • Adaptation à l’emploi  : pour le personnel affecté à des emplois nécessitant une qualification particulière en défense NRBC (détachement de liaison, officiers et sous-officiers de défense NBC d’état-major ou de corps de troupe, adjudant d’unité élémentaire) ; • Qualifiantes dans le domaine des risques technologiques (RAD, CHIM). Il participe également à la formation NRBC de personnel hors armée de Terre (marine, armée de l’air, service de santé, SDIS, étrangers). Il assure une préparation spécifique NRBC d’unités avant leurs départs en OPEX et met ses moyens d’instruction à disposition des cellules NRBC des PC de tous les états-majors. Ces formations, en évolution constante pour s’adapter au mieux aux matériels et aux demandes de l’opérationnel, ont pour objectif de permettre aux stagiaires d’acquérir les connaissances nécessaires pour s’adapter aux risques protéiformes NRBC et de participer au maintien de la capacité opérationnelle de la force en tout temps et en tout lieu. Le centre dispose depuis mai 2011 de moyens modernes et performants dans toutes les spécialités du domaine  : centre d’instruction VAB NBC, centre de reconditionnement du personnel (CERPE) de dernière génération, salles de manipulation chimique et biologique, parcours d’entraînement pour les équipes de reconnaissance et d’évaluation (ERE). À cela s’ajoutent de nombreux moyens informatiques  : salles EAO, salles tactiques SIR/SICF, S4.2, qui permettent de mettre les stagiaires en situation. TIM 252 — DOSSIER — MARS 2014



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 1Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 72