Terre Information Magazine n°252 mars 2014
Terre Information Magazine n°252 mars 2014
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°252 de mars 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 18,1 Mo

  • Dans ce numéro : République centrafricaine... un niveau de sécurité minimal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
04. DOSSIER LE NRBC [Premier secours] LES SAPEURS DU NUCLÉAIRE Dans le cas d’un incident NRBC sur le territoire national, les services de secours seraient les premiers intervenants, l’armée de Terre mettant à disposition des renforts et moyens complémentaires. Immersion à la brigade de sapeurs-pompiers de Paris et à l’unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile n°1 de Nogent-le-Rotrou. Vitry-sur-Seine, novembre 2013. Dans une usine de produits pharmaceutiques, sous un enchevêtrement de tuyaux et pipelines, des valves libèrent de la vapeur sous pression, dans un vacarme rythmé. Un décor digne d’un plateau de cinéma hollywoodien, où tout a été prévu pour faire jouer les acteurs dans les conditions les plus réalistes. Alerte rouge. Des travaux effectués sur la pompe d’un circuit de refroidissement ont occasionné une explosion dans l’un des bâtiments. Celle-ci a entraîné un dysfonctionnement des systèmes de sécurité. Les témoins parlent d’un début d’incendie et d’une fuite sur une cuve située à proximité. Près de 400 litres d’ammoniac ont commencé à se répandre. Le détachement de pompiers de l’usine vient constater l’ampleur des dégâts et extraire les blessés, joués, pour l’occasion, par des employés volontaires. Le poste de sécurité appelle la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP). Les moyens spécialisés du 2 e groupement d’incendie et de secours (2 e GIS) arrivent sur les lieux. Un premier groupe de pompiers s'attache à maîtriser l'incendie puis un véhicule poste de commandement se déploie à l'écart. C’est ensuite aux spécialistes NRBC de la brigade d’entrer en scène. COLMATAGE IMPOSSIBLE Parés de la tenue légère de décontamination, les hommes identifient la source et doivent neutraliser l’émanation de fumée toxique. Le colmatage est impossible. Ils proposent rapidement des idées de manœuvre au commandant des opérations de secours (COS). « On a mis en place deux lances « queue de paon » qui TIM 252 — DOSSIER — MARS 2014 1 Unité de recherche, assistance, intervention et dissuasion de la police nationale. FOCUS ont pour effet de limiter les effets nocifs du gaz sur le voisinage immédiat, explique l’un des experts du 2 e GIS. Ces lances créent un rideau d’eau, une barrière hermétique très efficace contre la propagation du produit. Pendant ce temps, nos experts en décontamination se sont occupé des victimes. » L’intervention a finalement duré près de trois heures. En fin de journée, au poste de commande- LE DÉTACHEMENT CENTRAL INTERMINISTÉRIEL Au loin, une sirène et des crissements de pneus retentissent. Une camionnette banalisée déboule en trombe sur la place d’armes. Trois hommes en tenues noires de décontamination en sortent et se précipitent dans l’entrée d’un bâtiment. Ils en ressortent quelques secondes plus tard, portant un blessé sur un brancard, et s’engouffrent à l’arrière du véhicule. Ce sont les hommes du détachement central interministériel (DCI), en plein exercice. À l’UIISC 1, trois véhicules banalisés du RAID 1 sont alloués à l’année pour une mission bien précise  : la prospection préventive NRBC sur les véhicules, les locaux et les itinéraires empruntés par les VIP. Mais ces hommes sont surtout habilités à pratiquer en tous lieux des décontaminations d’urgence sur les hautes autorités, comme ils viennent de le jouer. « Nous sommes présents sur tous les grands sommets (G8, G20, sommets européens) et sur différentes manifestations, explique le sergent-chef YoannHulot, du DCI. Dans ces véhicules compacts, nous retrouvons tout le matériel nécessaire à la décontamination, dont une douche et un réservoir de 200 litres d’eau. »
FOCUS ment, l’officier référent NRBC fait un point de situation. « Je vous rappelle la dangerosité du produit, prévient-t-il. À proximité de la zone d’explosion, il peut provoquer des brûlures respiratoires et cutanées. » Grâce aux mesures effectuées sur place, les sapeurs ont établi une modélisation numérique des risques d’extension du nuage toxique. Sur l’écran du PC, on peut visualiser l’étendue du seuil olfactif et les zones de dangerosité réparties par couleur. Le COS a maintenant une idée claire sur l’évolution du danger et estime si le confinement des populations doit être prolongé. RISQUE TECHNOLOGIQUE Janvier 2014. Autre lieu, autre décor. Dans la paisible campagne de Nogent-le-Rotrou, est implantée l’unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile n°1 (UIISC 1). Affecté au ministère de l’Intérieur, ce régiment dispose de trois compagnies d’intervention. Dans chacune d’elles, se trouve une section spécialisée dans les risques technologiques, à savoir radiologiques et chimiques. Sur la place d’armes, un étrange cube rouge. « Voici l’unité mobile de décontamination, présente le sergent Valentin Loret, de la 1 re section de la 2 e Cie. Il va nous falloir moins d’un quart d’heure pour l’installer. » Une dizaine de sapeurs-sauveteurs s’affaire autour de la structure, qui se déploie peu à peu. D’un côté, des litres d’eau sont disposés dans des bacs souples. De l’autre, un groupe électrogène ronronne pour chauffer l’air ambiant et alimenter les quatre Exercice NRBC par les sapeurs-pompiers de Paris dans une enceinte industrielle, à Vitry-sur-Seine. Entraînement à la mise en œuvre et à l’utilisation d’une unité mobile de décontamination, à l'UIISC1..05 chaudières. À l’intérieur, des douches et une voix préenregistrée pour rappeler le protocole de déshabillage et de lavage corporel. « À l’entrée de la chaîne, un officier de police judiciaire prend les renseignements sur l’individu, explique le sergent Loret. Ensuite, on enregistre la personne et on trie ses effets souillés et ceux pouvant être préservés. Une fois déshabillée, elle entre dans la douche de décontamination. À la sortie, le personnel présent dans le sas de contrôle vérifie qu’elle ne présente plus aucune trace de contamination. Suite à cela, les services d’urgence territoriaux prennent le relais. » l TIM 252 — DOSSIER — MARS 2014



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 1Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 252 mars 2014 Page 72