Terre Information Magazine n°251 février 2014
Terre Information Magazine n°251 février 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
44. [VAP 2 e RIMa] vie des unités S’entraîner AKWABA Du 11 au 13 décembre derniers, le 2 e régiment d’infanterie de marine (2 e RIMa) a validé l’aptitude à la projection de ses compagnies. En ce début 2014, quatre d’entre elles La morphine ? On l’injecte à même la peau. On pince, on pique à 45 degrés et, surtout, on reste appuyé sur la pipette jusqu’à l’extraction de l’aiguille », insiste l’instructeur secouriste. Attentive face à lui, une section de la compagnie d’éclairage et d’appui (CEA) effectue son recyclage en secourisme au combat de premier niveau. Installée sur le camp d’Auvours, à proximité du régiment, la CEA a pris position au lieu-dit « Sitioane » pour l’exercice AKWABA 1. Alors qu’une section assure la sécurité de la zone et la perméabilité du check-point, l’autre assiste à l’instruction. « Au Sénégal, nous armerons le détachement d’instruction opérationnelle et protégerons l’emprise mili- Rallye d’évaluation de fin de formation. Progression vers l’atelier suivant. Le chef de groupe et le chef d’équipe font le point sur la carte. sont projetées au Gabon, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Un objectif commun durant cet exercice  : travailler le contrôle de zone, la défense de points sensibles, l’escorte de convoi et l’évacuation de ressortissants. Texte  : CNE Éloïse ROSSI• Photos  : CCH Alexandre DUMOUTIER 1 Qui signifie « bonjour » en ivoirien. Prise en charge médicale Dans la forêt de chênes verts, le lieutenant Benoît Bouquin patrouille avec sa section. Soudain, des coups de feu retentissent. Pris à partie par le plastron, deux hommes tombent à terre. Le chef de groupe réarticule son dispositif sous le sifflement des balles, alors que le lieutenant effectue son compte-rendu radio. Contrôleur de la partie sanitaire, le capitaine Olivier Yavari, médecin à l’antenne médicale d’Auvours, observe la scène avec attention. « Ici, nous évaluons les gestes de premier secours au niveau section, mais le but est de graduer la prise en charge médicale », précise-t-il. Couchée sur la mousse épaisse du sous-bois, une victime reçoit les pretim 251 — février 2014 taire », précise le capitaine Gaël Blanchard, commandant d’unité. AKWABA se déroule en trois phases. La première, dans un environnement stable, est consacrée à des patrouilles et à la sécurisation d’emprises. La seconde connaît une dégradation progressive du niveau sécuritaire avec des harcèlements de plus en plus violents. Enfin, la troisième est une phase de coercition où la force passe en mode offensif avec l’exfiltration de ressortissants. « Nous jouons ces séquences de validation avant projection (VAP) des unités élémentaires, sous le contrôle du chef de corps », précise le lieutenant-colonel Laurent Vieillefosse, chef du bureau opérations et instruction du 2 e RIMa. « Cette VAP est imposée par le commandement des forces terrestres (CFT), mais nous sommes complètement autonomes pour valider l’aptitude de nos soldats. Pour une mise en situation plus concrète, c’est une autre compagnie qui joue le plastron. »
Pour chaque exercice, nous travaillons avec des équipes sanitaires. C’est aujourd’hui indissociable de la préparation opérationnelle. » LCL Vieillefosse, Chef BOI. miers soins tandis que la demande d’évacuation sanitaire est transmise par radio. « Les interfaces tactiques et médicales sont étroitement liées. Il faut bien répartir les tâches de chacun. Coordination et dialogue sont les maîtres mots. En opération, nous ne livrons pas un blessé à la porte d’un hôpital. Les actes réflexes doivent être acquis », souligne le colonel Christophe Paczka, chef de corps du 2 e RIMa. Dans chaque exercice, les équipes sanitaires sont omniprésentes. « C’est aujourd’hui indissociable de la préparation opérationnelle, insiste le LCL Vieillefosse. Le secourisme au combat et l’IST-C sont les prérequis individuels du CFT pour partir en opération. C’est une évidence. » Tout azimut Transie par les températures négatives de la nuit, la garde fait face à des manifestants qui s’agitent à l’entrée du camp. À quelques mètres, deux véhicules ont tenté de forcer un check point, malgré 1-2. évacuation sanitaire d’un blessé d’une unité prise à partie. 3-4. Check-point et fouille. les injonctions de la sentinelle. Les marsouins effectuent des tirs de sommation. Le pilote est neutralisé. Le copilote, lui, est soumis à un contrôle d’identité. Le véhicule doit être fouillé par des éléments du génie. « Mike 3 » est pris d’assaut par des miliciens. Un groupe d’hommes à pied essaie de passer, sans autorisation, ce nouveau point de contrôle. Trois d’entre eux sont maîtrisés. « Postez-vous ! », hurle le chef de section à la garde face au groupe armé qui la menace. La QRF est déclenchée pour extraire la victime et escorter l’équipe médicale. « Nous vérifions par une multitude d’incidents, la réactivité opérationnelle de nos unités élémentaires, souligne le chef du BOI du 2 e RIMa. Nous les confrontons à des difficultés équivalentes à celles qu’ils pourraient rencontrer en Afrique, lors de leurs prochaines missions. » Ce mois-ci, près de 600 marsouins du 2 e RIMa sont projetés simultanément en Afrique.l.1.2.3.4.45 tim 251 — Février 2014



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 1Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 72