Terre Information Magazine n°251 février 2014
Terre Information Magazine n°251 février 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26. actualités En direct des Alpes -o= —. 3,1 [GCM] Extractione.16 - £ - V'47#,.• à immédiate/W.-... < :. < - ; 1dr OP" - - Depuis près d’un an, le groupement commando montagne de la 27 e BIM est en charge de la formation et de la conduite des missions IMEX 1. TIM a suivi ces hommes au cours d’un stage organisé fin 2013 à Varces. Dernier entraînement à l’aérocordage, avant le déploiement des groupes de commandos montagne (GCM) avec l’ALAT au Mali et en République centrafricaine. Texte  : LTN Maxime SIMONNOT-VIRBEL• Photos  : ADC Jean-Raphaël DRAHI 1 IMEX est l’acronyme du terme anglais Immediate extraction. 2 Le « puits » est une trappe ventrale située sous l’aéronef permettant la mise en place du système d’aérocordage polyvalent et ainsi le passage des hommes. 3 Le moyen de récupération en grappe, pouvant emporter jusqu’à 12 hommes, n’empêche pas l’hélicoptère de les transporter à des vitesses dépassant les 100 km/h. Récupérer les équipages « Les missions IMEX sont désormais assurées par les GCM, explique l’adjudant-chef Jonathan 4, instructeur formateur expert en aérocordage au groupement de la 27 e BIM. Détachés au sein de l’ALAT 5 pour des mandats de trois à quatre mois sur les théâtres, les hommes y accomplissent trois missions. La principale est d’être en mesure de récupérer les équitim 251 — février 2014 Genoux à terre, position d’attente. Cinq hommes harnachés de baudriers patientent le temps que l’hélicoptère de manœuvre (HM) vienne se positionner en vol stationnaire. Au sol, l’air envoyé par les pales de rotor est glacial, tandis que, dans un tourbillon, des particules de terre se soulèvent. Le système de récupération par grappe est jeté depuis le puits 2 du HM. L’un des hommes s’avance pour récupérer la corde. En quelques secondes, tous crochètent leurs mousquetons sur les anses disposées en quinconce. Pouces levés, ils indiquent ensuite au chef de groupe et à l’équipage qu’ils sont prêts à être extraits de la zone. Les hommes se retrouvent en quelques secondes flottant à plusieurs mètres du sol. L’hélicoptère prend alors de la vitesse 3. En raison des nombreuses lignes à haute tension présentes dans la vallée, l’équipage décide de voler à une plus grande altitude, bien au-delà des marges de sécurité habituelles pour ce genre de manœuvre. Le survol de la région de Varces offre aux hommes suspendus à une longe dorsale un spectacle sensationnel, entre les sommets du Vercors et des Alpes. Cette méthode de récupération, où les hommes attachés forment une « grappe », vient clore plusieurs jours d’entraînement à l’aérocordage, une qualification indispensable à la mission IMEX.
Bien souvent les groupes IMEX assurent la sécurité de l’appareil au sol et en vol » ADC Jonathan. L’hélicoptère Puma en phase d’approche avant la récupération des GCM. Descente en rappel par 60 mètres de haut. 4 Les personnes citées dans l’article sont soumises à l’anonymat car actuellement déployées sur différents théâtres d’opération. 5 Aviation légère de l’armée de Terre. 6 Le concept de « RESCO » qui signifie recherche et sauvetage au combat. pages d’hélicoptères s’étant crashés ou ayant dû atterrir d’urgence pour diverses raisons. Mais bien souvent, les groupes IMEX assurent aussi la sécurité de l’appareil et de son équipage au sol et en vol, et l’informent sur la conduite à tenir en cas de crash ou de panne moteur. Enfin, appuyés par les hélicoptères d’attaque, ils peuvent aussi participer à une mission offensive directement au contact de l’ennemi, en profitant des HM comme vecteurs de déplacement pour une mise en place rapide et résolument offensive. » Depuis leur déploiement sur les thêatres, les compétences techniques des commandos de montagne sont également exploitées pour acquérir du renseignement à partir des aéronefs. Ce jour-là, par - 4°C, trois groupes IMEX bientôt en partance pour le Mali et la République centrafricaine se relaient dans la machine. « L’idée pour nous est de profiter du potentiel alloué par l’ALAT avec cet hélicoptère Puma pour faire une reconduction des qualifications en aérocordage, continue l’ADC. Audelà de six mois sans pratique pour certains, nous avons l’obligation de leur faire revoir les procédures puis travailler à nouveau les différentes techniques « aéro ». » Le système d’aérocordage polyvalent (SAP) permet la mise à terre et la récupération de personnel sans que le HM n’atterrisse. En fonction de la situation tactique et du terrain, deux méthodes de mise à terre peuvent être pratiquées. La corde lisse d’une part, employée sur des hauteurs variant de 5 à 20 mètres, le rappel d’autre part, s’effectuant depuis les portes latérales de la machine, et pouvant se pratiquer à 70 mètres de hauteur maximale. Des enjeux vitaux Dans les groupes, tous ont déjà été qualifiés à l’aérocordage, mais la pratique est systématiquement progressive pour permettre à chacun de se familiariser à nouveau avec les techniques. Deux jours auparavant, les stagiaires issus des GCM des 27e, 7 e et 13 e bataillons de chasseurs alpins Les GCM lors d’une récupération par grappe..27 ont suivi une instruction théorique. Le lieutenant Arnaud est aux commandes de ce cours, fort d’un récent déploiement au Mali dans un groupe IMEX. Revenant sur les fondamentaux de la mission, il en développe pendant deux heures les différentes exigences, notamment en termes de procédures. Car la récupération des équipages abattus revêt un caractère primordial dans la conduite des opérations aériennes ou aéroterrestres. « Il s’agit surtout d’interdire à l’ennemi l’accès à des sources potentielles de renseignement et de préserver les équipages, explique-t-il. L’ALAT a commencé à développer son propre concept de récupération des équipages, l’IMEX, à partir de 1991, qui vient compléter celui de l’armée de l’air 6. Le procédé d’extraction et de relève doit être immédiat, afin de profiter de l’avantage que confèrent les premiers instants qui suivent un crash ou un posé d’urgence. » En effet, plus l’intervention a lieu rapidement, plus la situation tactique, la connaissance du terrain et les conditions météorologiques seront maîtrisées pour assurer la récupération des équipages. Une mission aux enjeux vitaux, où la réactivité, la sécurité et l’efficacité sont primordiales. Des notions immanquablement présentes dans les esprits au cours des innombrables descentes effectuées lors de cet entraînement. l tim 251 — Février 2014



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 1Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 251 février 2014 Page 72