Terre Information Magazine n°250 déc 13/jan 2014
Terre Information Magazine n°250 déc 13/jan 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
52. VIE DES UNITÉS Se souvenir [La campagne d’Italie] LE PRIX DU SANG Soixante-dix ans après le débarquement des premiers soldats du corps expéditionnaire français à Naples, retour sur le sacrifice de ces combattants pour la Libération, parmi lesquels des personnages au destin hors du commun. Texte  : Bernard EDINGER• Photos  : ECPAD TIM 250 — DÉCEMBRE 2013 - JANVIER 2014 Sur le sol d’Italie, de novembre 1943 à juillet 1944, le corps expéditionnaire français armé sur la terre d’Afrique a marqué du sang de 7 000 des siens la route victorieuse qui l’a conduit de Naples à Sienne avant son élan pour la libération de la France. Passant, songe que ta liberté a été payée de leur sang ! » Telles sont les deux dédicaces que l’on peut lire au cimetière français de Venafro 1 en Italie. L’historienne Julie Le Gac 2 explique comment le corps expéditionnaire français (CEF) sombra dans l’oubli très rapidement. « Le souvenir de son chef, Alphonse Juin, seul général de la seconde guerre mondiale à avoir été consacré maréchal de son vivant, est éclipsé par celui des libérateurs de la France, Leclerc et de Lattre. La bataille de Monte Cassino, point d’orgue d’affrontements âpres et meurtriers en Italie, Les premiers éléments du corps expéditionnaire français arrivent à Naples fin novembre 1943. résonne désormais de manière fort lointaine dans la mémoire collective. Le terme même de « corps expéditionnaire » obscurcit, par sa technicité, l’humanité de l’histoire des combats d’Italie. » INDIGÈNES Le CEF a été constitué en novembre 1943, en Afrique du Nord, à partir d’unités de l’armée d’Afrique ayant participé à la campagne de Tunisie, renforcées, au fil du temps, par une mobilisation de 176 000 Européens et 223 000 « indigènes » provenant d’Algérie, du Maroc et de Tunisie. Tous ne partiront pas en Italie car nombre d’entre eux sont encore en formation quand le CEF est retiré du front en juillet 1944 pour participer
au débarquement de Provence, le mois suivant, auquel participeront de nouvelles recrues. À son apogée en mai 1944, le CEF comptait 120 000 hommes sur les 600 000 soldats alliés présents en Italie. Si la majorité des officiers (souvent métropolitains) et au moins deux tiers des sous-officiers étaient européens, le CEF était composé à 60% de maghrébins. Ces derniers formaient jusqu’à 88% de la troupe dans l’infanterie (tirailleurs ou goumiers) tandis que les européens servaient dans des armes dites « techniques » (cavalerie blindée, artillerie et génie) et quelques-uns dans des régiments de tirailleurs, comme spécialistes antichars, transmetteurs, etc. Les unités principales étaient, par ordre d’entrée sur le théâtre, la 2 e division d’infanterie marocaine, la 3 e division d’infanterie algérienne, la 4 e division marocaine de montagne et la 1 re division française libre. Les 1 er, 3 e et 4 e groupes de tabors 3 marocains (chacun fort d’environ 3 000 hommes) ont joué également un grand rôle. Trois mille femmes ont servi dans les transmissions, le service de santé, etc. Le CEF s’est illustré tout au long de la campagne  : en décembre 1943 dans la conquête du Pantano et de la Mainarde, puis dans celle du Belvédère en janvier 1944. Au printemps, il a participé à la rupture de la ligne Gustave avant d’entrer dans Rome avec les Américains, puis de remonter vers Sienne. Sur 6 287 tombes actuellement dans les cimetières militaires français en Italie, 4 272 sont des sépultures musulmanes. Plus de 11% des officiers français engagés en Italie y ont trouvé la mort. Le nombre de blessés du CEF, maghrébins et européens, s’élèvera à plus de 25 500. Le CEF a été commandé du début à la fin par le général Juin. « Il était aimé par nous car c’était un des nôtres, s’est souvenu soixante ans après Henri Orsoni, un rapatrié d’Algérie cité Dès le mois de décembre, les Français interviennent sur le front italien, conquérant les massifs du Pantano et de la Mainarde. par Mme Le Gac. Son père était gendarme à Constantine, donc c’était un pied-noir comme nous. Et il était simple, abordable. Oui, c’était quelqu’un de valeur. » Souvent décrit comme le plus grand sportif français du XX e siècle, le champion d’athlétisme Alain Mimoun a combattu dans les rangs du CEF. Né Ali Mimoun Ould Kacha dans une famille pauvre d’agriculteurs algériens, il était caporal au 83 e bataillon de génie de la 3 e DIA, quand il a été grièvement blessé en janvier 1944, évitant de justesse l'amputation de sa jambe. Le président François Hollande, lors de son éloge funèbre le 8 juillet dernier dans la cour d’honneur des Invalides à Paris, lui a rendu un dernier hommage par ces mots  : « C’est toute la France qui rend hommage à Alain Mimoun, à celui qui a couru tout au long de son existence, sur les champs de bataille pour porter nos couleurs, sur les pistes des stades pour faire retentir la Marseillaise. » l.53 À son apogée, le corps expéditionnaire français comptait 120 000 hommes sur les 600 000 soldats alliés présents en Italie. 1 Sont enterrés dans ce cimetière les soldats morts durant les combats pour la prise de la ligne Gustave ainsi que ceux décédés dans les hôpitaux de Naples. Il est un lieu de commémoration des faits du CEF. Venafro est une concession à perpétuité accordée à l’État français par l’Italie. 2 Auteure de Vaincre sans gloire, publié, cet été, aux éditions Les Belles Lettres et par la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) du ministère de la Défense. 3 Bataillon de soldats appartenant à des goums marocains (unités d'infanterie légère) sous encadrement français. TIM 250 — DÉCEMBRE 2013 - JANVIER 2014



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 1Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 60