Terre Information Magazine n°250 déc 13/jan 2014
Terre Information Magazine n°250 déc 13/jan 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38. VIE DES UNITÉS S’entraîner [Exercice STEADFAST JAZZ] DERNIÈRE ÉTAPE AVANT L’ALERTE Centre de reconditionnement du personnel (CERPE) monté par le 1er escadron du 2 e régiment de dragons. En novembre dernier, le quartier général du corps de réaction rapide – France (QG CRR-Fr) a participé à un grand exercice multinational en Pologne. Cet entraînement est venu clore une longue préparation pour cet état-major qui prend, pour l’année 2014, le tour d’alerte du commandement de la composante terrestre de la force de réaction rapide de l’OTAN (NATO Response Force – NRF). Texte  : LTN Maxime SIMONNOT-VIRBEL• Photos  : ADC Jean-Raphaël DRAHI, ADC Huges GILLOT/CPIT Konotop, nord-ouest de la Pologne. C’est ici, sur un ancien parc à chars de l’armée polonaise, que les militaires français ont pris leur quartier. Sur le site, tous les espaces sont soigneusement délimités. En lieu et place des chars de fabrication soviétique, des tentes sont alignées à perte de vue. Des panneaux indiquent les « zones fumeurs », loin des jerricanes d’essence alimentant le chauffage TIM 250 — DÉCEMBRE 2013 - JANVIER 2014 de la zone vie. Les économats des armées assurent les repas chauds à heures fixes et produisent les litres de café indispensables à l’ensemble du personnel. Nous sommes au cœur de la composante terrestre de l’exercice STEADFAST JAZZ, où près de 2 000 militaires de nations membres de l’OTAN se sont rassemblés. La France, premier pays contributeur avec 1 200 hommes et femmes mobilisés, est au premier plan dans cet exercice de grande ampleur. Car, dès le 1er janvier 2014, le QG CRR-Fr armera pour un an la composante terrestre de la NRF (voir encadré). ZONES SÉCURISÉES Sur les hommes, les couleurs des badges portés en permanence définissent les restrictions d’accès aux zones de l’exercice. Pour entrer dans le PC, un poste de filtrage vérifie les autorisations d’emport de matériel et des détecteurs sont employés à repérer les téléphones portables. Même en exercice, les normes strictes de l’OTAN en matière de protection d’informations classifiées sont appliquées. Une fois à l’intérieur du PC, un ensemble de shelters, disposés en enfilade, abrite les différentes expertises nécessaires pour la planification et le commandement. Au joint operations center (JOC), le centre des opérations interalliées, les représentants de chaque fonction cohabitent toute la journée sous une énorme tente.
Les multiples écrans retransmettent en temps réel la situation tactique de la composante terrestre et interarmées. Le scénario est réaliste et spécifiquement adapté pour une opération qui débute sous l’égide de l’article IV 1 de la charte de l’OTAN et bascule dans un engagement sous LA NATO RESPONSE FORCE l’article V 2. « En clair, le scénario fictif nous place dans la région des pays baltes et scandinaves, explique le général de brigade (belge) Philippe Van Impe, chef d’état-major adjoint pour l’entraînement du CRR-Fr. L’Estonie est menacée par l’un de ses pays voisins du Nord  : la Bothnia. Dès le 1er janvier 2014, le QG CRR-Fr armera pour un an la composante terrestre de la NRF. Ce système d’alerte de l’OTAN est un cycle annuel de relèves préétablies, pour être en mesure de commander les opérations décidées par l’Alliance dans un contexte d’entrée en premier sur un nouveau théâtre. « Dans le cas d’une éventuelle mission de défense collective, précise le général de corps d’armée Eric Margail, commandant le CRR-Fr, mon état-major doit être en mesure de commander, loin de nos bases, la composante Terre d’une opération, sur un court préavis allant de 5 à 30 jours. » Autant dire que la mission peut s’avérer complexe, que ce soit par le contexte de l’environnement général ou celui d’un déploiement opérationnel réel. En effet, le commandement de la composante terrestre (LCC), initialement composé d’une brigade, peut atteindre, en fonction de la nature du conflit, le volume d’une division. 1 Dans l’article IV de la charte de l’OTAN, il est stipulé que les pays membres « se consulteront chaque fois que [… l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de l’un des pays membres sera menacée ». 2 L’article V stipule « qu’une attaque armée contre un ou plusieurs pays membres […] sera considérée comme une attaque dirigée contre tous les pays membres […] »..39 En quelques mois, la situation s’est dégradée. Le pays demande alors le soutien de l’OTAN, qui réunit le Conseil de l’Atlantique Nord puis prend la décision de lui venir en aide. Une opération de dissuasion est engagée avec une force maritime et aérienne, accompagnée par le déploiement de troupes dans les pays voisins. Mais l’agression se poursuit et le propos de l’article V est mis en œuvre. C’est à ce moment qu’intervient la NRF, afin de rétablir l’intégrité territoriale de l’Estonie. » Le cadre de l’exercice est donné. Pendant plus d’une semaine, le LCC et ses brigades subordonnées (cf. tableau Task Organization) doivent planifier et commander les opérations terrestres en étroite coordination avec les autres composantes (Air, Mer, forces spéciales). Une situation que l’ensemble de l’état-major est désormais prêt à affronter au cas où l’alerte NRF serait déclenchée courant 2014. COMPOSANTE NRBC Pour arriver au niveau de préparation requis, le QG CRR-Fr a conduit tout au long de l’année 2013 des exercices internes de préparation et d’entraînement. Cette montée en puissance, les hommes et femmes du 1er escadron du 2 e régiment de dragons (2 e RD) l’ont également vécue. Car, en plus des composantes Terre, Air, Marine et forces spéciales, la prise d’alerte NRF comprend une composante nucléaire, radiologique, biologique et chimique (NRBC). Une Task Force multinationale NRBC a donc été formée, composée des Français du 2 e RD mais aussi de Tchèques, Polonais, Hongrois, Slovaques, Roumains et Allemands. À proximité du camp de Konotop, les champs boueux servent à la mise en œuvre de cette composante. En bordure d’une piste à chars bitumée et rectiligne, le 1er peloton du 1er escadron du 2 e RD a installé un site de décontamination. Le régiment est, lui aussi, en phase de certification pour la NRF. Durant STEADFAST JAZZ, des exercices NRBC se jouent dans chacune de ces trois spécialités  : la décontamination, la reconnaissance et l’évaluation, et la reconnais-lll TIM 250 — DÉCEMBRE 2013 - JANVIER 2014



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 1Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 60