Terre Information Magazine n°250 déc 13/jan 2014
Terre Information Magazine n°250 déc 13/jan 2014

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
- 18. ACTUALITÉS Découvrir [EUTM] RÉFORMER L’ARMÉE MALIENNE Dès le deuxième mois de l’opération SERVAL, l’Union européenne s’est engagée à soutenir le processus de reconstruction de l’armée malienne en créant, le 18 février, l’EUTM. Aujourd’hui, environ 550 soldats de 23 nations sont présents dans le pays pour permettre à cette armée de regagner son autonomie. La mission travaille à deux niveaux  : le premier, la formation des bataillons, engagés sous commandement malien ; le second, la réforme en profondeur de l’institution militaire, grâce à une équipe de conseillers travaillant au plus près des autorités du pays. Texte  : CNE Éloïse ROSSI• Photos  : ADC Gilles GESQUIÈRE TIM 250 — DÉCEMBRE 2013 - JANVIER 2014 Notre mission consiste à aider l’armée malienne à développer son autonomie en termes d’organisation sur le terrain comme dans ses structures d’état-major », annonce le général Bruno Guibert, commandant l’EUTM. « L’objectif est de rendre les Maliens autonomes dans la défense de leur pays et de les aider à pouvoir s’engager dans le Nord. » Basé dans le centre-ville de Bamako, le commandement de l’état-major de l’EUTM est armé en partie par les Français. L’une des missions de l’EUTM consiste à aider le ministère de la Défense à réformer en profondeur son armée. Le colonel Patrick Vaglio en est le responsable. « Il est impossible d’améliorer le niveau des bataillons, à moyen terme, si l’effort n’est pas porté sur la refonte de l’outil de Défense », précise-t-il. Au programme, la création d’une direction des ressources humaines pour la gestion des parcours professionnels, l’élaboration d’une chaîne de traitement et d’analyse du renseignement ou encore la mise en place d’une préparation opérationnelle en garnison. Tous les niveaux de responsabilités sont remaniés. « Il ne faut pas non plus vouloir calquer notre modèle occidental. Nous devons renforcer ce qui est positif et qui fonctionne, puis les accompagner. C’est une armée qui a un déficit de reconnaissance, qui manque d’équipement et qui doit se reconstruire. Notre action s’inscrit dans la durée », insiste le général Guibert. PARLER UN LANGAGE COMMUN À 60 km de Bamako, la base de Koulikoro accueille la partie formation tactique. Près de 190 formateurs de 18 nations européennes arment cette « fabrique multinationale à bataillons », comme le décrit le colonel Philippe Testart, chef de corps du camp d’entraînement de Koulikoro. Chaque pays se répartit l’instruction en fonction de son domaine d’excellence  : l’infanterie pour la France, l’artillerie pour l’Espagne, etc. Les cours sont dispensés en anglais puis traduits en français. Quarante interprètes les déclinent en bambara ou en tamasheq, selon les ethnies. Sur le terrain, les exercices tactiques sont joués et
A Ce ne sont pas les mêmes critères d’évaluation que pour une armée occidentale. Ce sont les standards africains. » CNE Pierre-Joseph, instructeur CDS et CDU à l’EUTM..19 Instruction sur le secourisme au combat au profit d’une section du bataillon Sigui des forces armées maliennes. rejoués pour assimiler les actes réflexes. Chaque soldat a un référent de grade et de responsabilité équivalents « afin de parler un langage commun, de combattant à combattant », précise le colonel Testart. Au Mali, le grade était parfois plus perçu comme un statut social qu’un devoir de responsabilités envers ses subordonnés. Pour appuyer ce changement d’état d’esprit, les chefs de section et commandants d’unité sont accueillis avant la formation pour développer leur capacité au commandement. « Ce bataillon est composé de jeunes recrues. Les cadres qui n’ont pas ou peu d’expérience militaire apprennent à tenir concrètement leur rôle de chef. Souvent formés à l’étranger, ils doivent acquérir une culture opérationnelle commune », explique le capitaine Claude Pierre-Joseph, formateur des chefs de section et des commandants d’unité. Autour de la caisse à sable, le capitaine poursuit son cours et s’adresse aux jeunes cadres attentifs  : « Tout n’est pas dans l’ordre d’opérations ! Vous devez comprendre l’ordre du chef et faire votre propre analyse terrain ! De là, on développe son idée de manœuvre », insiste-t-il. L’apprentissage se déroule dans des conditions rustiques. À quelques mètres du rehearsal, des ânes en liberté dans le camp recherchent l’ombre sous le préau des salles de cours en plein air. INSTRUCTION ADAPTÉE À Koulikoro, l’instruction se déroule en dix semaines et reprend les fondamentaux du niveau individuel et collectif. « Nous formons, aujourd’hui, le 3 e bataillon FAMA. L’instruction n’est pas figée et nous l’adaptons aux besoins immédiats des soldats maliens », explique le colonel Testart. Contrôle de zone, check-points, patrouilles en profondeur ou réduction de résistance isolée sont autant de savoir-faire répondant à la menace actuelle, présente au Mali. Le long du fleuve Niger, la première compagnie du bataillon Sigui manœuvre sur le village de combat baptisé Ghost City. Sa mission  : boucler, ratisser la zone et libérer le maire de la villelll TIM 250 — DÉCEMBRE 2013 - JANVIER 2014



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 1Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 250 déc 13/jan 2014 Page 60