Terre Information Magazine n°248 octobre 2013
Terre Information Magazine n°248 octobre 2013
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°248 de octobre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 19,9 Mo

  • Dans ce numéro : haute surveillance dans la région méditerranéenne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42. ACTUALITÉS Se formerlll question et sans craindre l’inconfort. » Dans le bureau des instructeurs, face à la mer, baie vitrée ouverte, tous semblent d’accord. Ceux qui sont à l’aise dans l’eau se distinguent sans être nécessairement bons nageurs. « Il faut surtout aimer l’eau. Je ne suis pas une « bête de crawl », ça ne m’empêche pas d’être un bon plongeur », témoigne le second maître E.M., stagiaire. « On cherche des tracteurs avec des moteurs de Ferrari », lance l’enseigne de vaisseau S.L. Tous les stagiaires connaîtront des difficultés à un moment ou à un autre du cours. Les instructeurs le savent. Ils sont tous passés par là, ils en connaissent les difficultés et, au fond d’eux, malgré la rigueur et la distance apparente, ils sont fiers de voir la relève. En bas de treillis, tee-shirt, cheveux au vent et yeux bleu azur, les instructeurs semblent appartenir à une école de voile. Ça sent l’iode et le néoprène, l’ambiance est décontractée mais appliquée. Dans la pièce à côté, l’atmosphère est différente, les stagiaires sont sous pression. Ils préparent leur prochaine plongée de nuit. UNE COURSE D’ORIENTATION SOUS-MARINE, À L’AVEUGLE « Le niveau de la nuit vous sera favorable. La lune sera à 75% croissante dans un ciel dévoilé, la visibilité sera donc bonne. La mer sera également favorable à votre raid, mais attention, dans l’entrée de la rade, vous pourrez être visibles », prévient l’instructeur. Binômés entre eux, les stagiaires ont l’après-midi pour préparer leur attaque. Penchés sur TIM 248 — OCTOBRE 2013 Cap au 300 pendant 26 minutes, puis cap au 175 pendant 2 minutes, etc., jusqu’à toucher l’objectif. C’est une sorte d’immense course d’orientation sous-marine, à l’aveugle. » Premier maître S.T. Pose d’explosif sous-marin. d’immenses cartes marines de la rade de Toulon, armés de règles et de crayons de couleur, ils sont concentrés dans leurs calculs d’itinéraire. « 59 min 30, moins 10%, j’arrive là, pense à haute voix le sergent-chef N.G. Soit je favorise mon identification mais je perds du temps, soit je modifie ma trajectoire ». Calculatrice dans une main, tableau de conversion dans l’autre, il étudie toutes les possibilités. Rien n’est laissé au hasard, pas d’à peu près dans la préparation. Toutes les situations doivent être envisagées et elles sont déclinées en cas non conformes. Cette nuit, sous l’eau, ils seront dans l’obscurité totale, ils n’auront aucun repère visuel, aucun moyen de s’orienter. Alors, pour atteindre leurs objectifs, les nageurs raisonnent par direction, ils naviguent au cap et au temps. « Cap au 300 pendant 26 minutes, puis cap au 175 pendant 2 minutes, etc., jusqu’à toucher l’objectif. C’est une sorte d’immense course d’orientation sous-marine, à l’aveugle », résume le PM S.T. Les stagiaires ont commencé le cours nageur il y a cinq mois. Ils connaissent la rade toulonnaise par cœur ; la forme de tel bateau ou de tel quai n’a plus de secret pour eux. Toutefois, en mission dans des eaux inconnues, seule l’application stricte de ces mêmes procédures leur permettra de poser leur charge explosive en toute sécurité.
Retour de mission. « La plongée, c’est l’école du silence. On ne voit rien. Pour identifier un objectif, il faut vraiment avoir le nez dessus. Sous l’eau, on ne peut pas se parler. On peut se comprendre un peu, mais pas discuter ou négocier. Tout doit être calé avant, explique le PMC. N. Il faut aussi toujours s’en tenir au plan. Parfois, les stagiaires se laissent influencer par des impressions ou des sensations. Or, cela les pousse à prendre de mauvaises décisions ». Toutes ces techniques ne sont pas innées ; stagiaires et instructeurs ne sont pas des surhommes mais tous ont pris le risque de se remettre en question et de se lancer dans ce marathon de sept mois. l CONDITIONS DE CANDIDATURE.43 n Être officier (en 2 e ou 3 e année de grade de lieutenant), sous-officier ou engagé volontaire (CCH CQTS ayant le potentiel sous-officier). n Être âgé de moins de 32 ans (moins de 30 ans pour les sous-officiers d’origine directe). Le cours nageur de combat fait suite au stage d’un mois de formation à la plongée à l’air (le cours de plongeur de bord) et aux présélections dites oxygènes, ultime étape après le brevet parachutiste militaire. Après 15 premiers jours consacrés à l’acquisition des permis côtier et hauturier, le cours est articulé en trois phases  : - l’apprentissage (10 semaines) comprend une partie technique, une partie tactique et une phase d’étalonnage et de drill ; - un cycle de perfectionnement (13 semaines)  : formation aux techniques de démolition et d’attaque. Deux synthèses valident ce module  : une en mer Méditerranée et une dans l’océan Atlantique ; - un cycle de spécialisation (6 semaines)  : plongées aux mélanges suroxygénés, travaux sous-marins et plongée profonde à l’air. À l’issue du cours, à la fin du mois de juillet, les stagiaires de l’armée de Terre certifiés nageurs de combat sont affectés au CPEOM au 1er août. TIM 248 — OCTOBRE 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 1Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 72