Terre Information Magazine n°248 octobre 2013
Terre Information Magazine n°248 octobre 2013
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°248 de octobre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 19,9 Mo

  • Dans ce numéro : haute surveillance dans la région méditerranéenne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38. TIM 248 — OCTOBRE 2013 VIE DES UNITÉS Exercer [Renseignement militaire] LA DISCRÈTE La direction du renseignement militaire (DRM) est chargée de recueillir, d’analyser et de diffuser le renseignement d’intérêt militaire. Grâce à ses moyens techniques et humains, elle œuvre en amont des crises ou des conflits et s’active au cœur de l’engagement opérationnel. Zoom sur des métiers hors normes. Texte  : CNE Élodie BARNIER Photos  : ADC Gilles GESQUIÈRE Le renseignement d’intérêt militaire (RIM) est au cœur de la mission de la direction du renseignement militaire (DRM). Créé en 1992, cet organisme interarmées recueille, analyse et diffuse toute information militaire afin de garantir une appréciation objective des situations aux autorités politiques et aux chefs militaires. Il assure aussi la liberté de manœuvre ainsi que la sécurité des unités engagées sur un théâtre d’opération. Deux sous-directions principales se partagent cette tâche. Tandis que la sous-direction exploitation (SDE) centralise et analyse les informations recueillies, la sous-direction des opérations (SDO) Le LCL Jean-Bernard, officier traitant à la DRM. organise, dirige et coordonne la recherche du renseignement grâce à des capteurs humains, images et électromagnétiques. Service discret sans être secret, la DRM offre un large panel de métiers. Des écoutes à la programmation, en première ou seconde partie de carrière, le recrutement est ouvert. Alors, pourquoi pas vous ? l
ADJUDANT FRANCK Analyste renseignement d’origine électromagnétique à la SDO « Engagé depuis 11 ans et spécialisé dans la guerre électronique, j’ai rejoint la DRM en 2009. Analyste, je travaille à partir des informations d’origine électromagnétique. Ce sont les écoutes et tous les supports de communication en général (fax, mail, phonie, etc.). Je retranscris une information brute en un renseignement exploitable. Notre action concourt au soutien des opérations sur les théâtres. Nous localisons des ennemis et nous fournissons des informations sur le type de matériel détenu, le nombre de combattants, etc. Il arrive que nous suivions une avancée de rebelles en sachant combien ils sont, quelles sont leurs armes et où ils vont pour permettre de faire une action. Cet emploi exige de la patience car, avant d’arriver à reconstituer un réseau, il faut remonter la toile d’araignée, fil par fil, à partir d’un simple numéro de carte SIM parfois. C’est un métier passionnant et pour lequel on est projeté régulièrement. ».011.0.1.0.M ROMPERrlrxar u+r.. ear.1lr 11.lïi.y ix - I5,- +Ku,F4 }<1... lik. ss.. ; -II.. Paw'POWIP1a Crud. 4 30 mal 2013 N'iDE F.'DRMI ; aDE18MT+AFR-ANMO,CDSEf NOTE DE RENSEIGNEMENT MALI ialf6L.1 AC ; [I a.n JUIlIM', I. 11wa1.1.1. Lar 1.. CONFIDENTIEL DEFENSE SPECIAL FRANCE/Jr LIEUTENANT-COLONEL JEAN-BERNARD Officier traitant bureau recherche humaine de la SDO « J’ai passé 20 ans dans les troupes de montagne avant de rejoindre la DRM. J’appartenais à l’unité de recherche humaine 27, devenue aujourd’hui groupement de commando montagne de la 27e brigade d’infanterie de montagne. J’ai rejoint le bureau renseignement du centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) et, deux ans plus tard, le bureau recherche humaine de la SDO. Je suis quotidiennement en liaison avec les capteurs déployés sur les théâtres d’opération ou ailleurs. Je gère les problèmes de mise en œuvre qu’ils rencontrent. Il n’est pas nécessaire d’avoir passé toute sa carrière dans la DRM pour obtenir un poste. Si certaines qualifications sont nécessaires pour rejoindre les bureaux « image » et « électromagnétique », pour ce qui relève du bureau « humain », il faut simplement en faire la demande. On travaille ici à un bon niveau de connaissances, d’informations et de prises de décision. On traite des problématiques réelles au cœur de l’engagement des armées, c’est la raison pour laquelle on a besoin d’ops à la DRM. » 4411121..IM^ 1,0* 14411m1=4. ADJUDANT JULIEN Analyste renseignement de la SDE.39 Analyse du renseignement. « La SDO recueille le renseignement et la SDE l’analyse. Cette sous-direction est divisée en « milieux » (terre, air, mer) et en zones géographiques. Analyste, je suis responsable du suivi capacitaire (effectif, matériel, etc.) des forces terrestres des pays de la bande sahélienne. Je m’appuie sur les informations qui remontent via différents canaux (comptes rendus imagerie, écoutes, bulletins de renseignement, Internet). Je recoupe les informations pour les vérifier et produis des analyses et des synthèses. À la base, mon travail consiste à suivre des armées étrangères, mais en cas de crise, je peux être sollicité pour renseigner sur les belligérants et sur les positions ennemies si les forces armées sont engagées. J’ai passé 20 ans en unité, dans un régiment des troupes de marine avant de rejoindre la DRM. J’ai une formation en systèmes d’information et de communication, mais je souhaitais me réorienter. J’ai un diplôme de compétence en langue de niveau 1 de portugais, d’espagnol et d’anglais. Cet emploi, c’est exactement ce que je voulais. Je suis « collé » aux crises et je suis l’actualité de près. » TIM 248 — OCTOBRE 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 1Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 248 octobre 2013 Page 72