Terre Information Magazine n°245 juin 2013
Terre Information Magazine n°245 juin 2013
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°245 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 23,1 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur l'école nationale des sous-officiers d'active.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
06. tim 245 — dossier — juin 2013 DOSSIER l’ensoa [La formation initiale des sous-officiers directs et semi-directs] S’élever par l’effort2 Tous les sous-officiers d’origine directe et semi-directe viennent suivre, le temps de quelques mois, une formation initiale à l’ENSOA. Plus ou moins longue, mais toujours adaptée au profil des élèves, cette formation se termine par la remise des galons de sergent. Top c’est parti ! Allez, tout de suite, on passe de l’autre côté ! On tire sur les bras, allez, on lâche pas ! », encourage énergiquement l’adjudant Tivane Gomis, moniteur de sport. Au milieu du parcours d’obstacles, il crie pour se faire entendre de tous les élèves. « Attaquez la planche de plus près sinon vous perdez en énergie, conseille-t-il encore. Allez, on pose le genou et on y va ! Pour la girafe, on accélère deux pas avant l’obstacle. » Par binôme, les élèves sous-officiers du 3 e bataillon s’élancent sur le parcours. La planche, les rondins, le mur, la girafe, à chaque obstacle, ils soufflent bruyamment. Le visage crispé et rougi par l’effort, ils sont trempés de sueur. Au fond de la fosse, un élève s’épuise à tenter de sortir. Après plusieurs tentatives, il est vidé d’énergie, découragé, Être sous-officier, pour tous, ça signifiera demain être de bon techniciens, mais aussi et surtout des cadres responsables, des meneurs d’hommes. » LCL Simon. ses bras sont tétanisés. « Tu lâches pas, tu sais le faire, tu l’as déjà fait ! Passe technique mais avec force. Allez donne tout ! », galvanise l’adjudant avec fermeté. Deux pas en arrière, dos au mur, l’élève s’élance dans un ultime effort. La mâchoire serrée, les coudes verrouillés ; il parvient enfin à s’arracher de la fosse. « C’est difficile, c’est sûr. Ils sont arrivés directement du monde civil il y a quelques mois, mais si je ne les entraîne pas correctement, ils seront en difficulté lorsqu’ils rejoindront leur régiment », explique l’adjudant Gomis. C’est le septième mois de formation pour ces élèves « d’origine directe ». Il ne leur reste plus que quelques semaines avant de recevoir leurs galons. La cérémonie finale, après tous ces mois d’efforts, ils en rêvent. C’est une nouvelle vie qui les attend ensuite. Huit mois pour changer de vie « Physiquement, c’est dur. Je m’attendais à quelque chose de difficile, mais le niveau est vraiment haut. Il faut se mettre rapidement dans le rythme, mais on s’habitue assez bien », reconnaît l’EVSO Julien Blanquet. Pour les élèves qui intègrent l’ENSOA directement à partir du monde civil, la formation dure huit mois. Cette période initiale est rythmée par des moments marquants  : remise du képi, présentation au drapeau ou encore baptême de promotion, pendant les trois premiers mois. Cette année,
Élève du 1er bataillon sur la piste d’audace de « Panier fleuri » à l’ENSOA de Saint-Maixent. 2 Devise de l’ENSOA. 3 La 287 e promotion sera baptisée « Adjudant-chef Pascal Correia », en hommage à ce sous-officier du 1er régiment de chasseurs parachutistes tombé en Afghanistan le 25 juillet 2007. 4 Aujourd’hui, 30% des élèves sont recrutés dans le civil et 70% sont issus du corps des militaires du rang. à l’occasion du cinquantenaire de l’école, toutes les promotions sauf une 3 sont baptisées « promotion du cinquantenaire de l’ENSOA ». Viennent ensuite les stages d’aguerrissement à Caylus, Collioure ou Mont-Louis (au centre national d’entraînement commando), avant trois semaines d’adaptation en corps de troupe. Le certificat militaire de premier niveau que les EVSO passent le huitième mois marque, avec la cérémonie de remise des galons, la fin de leur formation initiale. Commence alors leur vie de sous-officier de l’armée de Terre, celle dont ils rêvaient en s’engageant. « Je m’ennuyais, je voulais quelques chose de dynamique », raconte l’EVSO Blanquet. « Mon métier de commercial ne me plaisait plus ; je me sentais enfermé, je voulais plus d’action, m’ouvrir au monde », avoue l’EVSO Axel Fauss qui ajoute dans un sourire  : « Et par patriotisme aussi, je crois que c’est bien d’avoir envie de défendre son pays. » L’EVSO Lucie Beaumeyer, ancienne cavalière de compétition, analyse les mois qu’elle vient de passer  : « Je suis vraiment très contente de la cohésion au sein de notre section et je crois Élèves sous-officiers à l’ENSOA..07 Les cadres (…) sont très pédagogues et complémentaires aussi. Ils cherchent toujours à nous donner envie de nous dépasser, mais pas par la sanction. » EVSO Beaumeyer. que les cadres y sont pour beaucoup. Ils sont très pédagogues et complémentaires aussi. Ils cherchent toujours à nous donner envie de nous dépasser, mais pas par la sanction. » Le rôle des formateurs est essentiel à l’école, comme on l’entend dire ici régulièrement  : « On se souvient toujours de son premier chef. Il a influencé ce que nous sommes devenus. » L’ENSOA s’investit aujourd’hui pour faire de ses stagiaires de bons cadres de contact. Promotion sociale « Je veux les trinômes en colonnes face à moi, avec les chefs en tête », ordonne l’EVSO Richard Masdoumier. Visage camouflé, genouillères sur les chevilles, arme dans le dos, il s’apprête à donner ses ordres à son groupe sous le contrôle de l’adjudant Jill Magdelaine. Chef de section, celle-ci est chargée, sur un des ateliers de l’exercice, d’évaluer la prestation de chacun des stagiaires pendant ces trois jours et trois nuits de restitution. L’action se déroule à Avon, à quelques kilomètres de l’école. Les stagiaires du 2 e bataillon ont tous été recrutés dans le corps des militaires du rang. Ils sont « semi-directs ». Leur formation est plus courte que celle des « directs », car tous ont déjà une expérience militaire (90% d’entre eux ont effectué une opération extérieure ou une mission de courte durée). Elle est organisée sur quatre mois et se conclut par l’obtention du certificat militaire de premier niveau (CM1) et la remise des galons de sergent. Les flux de recrutement entre les sous-officiers « directs » et « semi-directs » se sont inversés au cours des dix dernières années 4, affichant plus que jamais l’ambition de promotion sociale souhaitée par l’armée de Terre. « Dispositions de combat », lance l’EVSO Masdoumier. Le briefing est terminé, le groupe s’apprête à remplir sa mission. « Être sous-officier, pour tous, ça signifiera demain être de bon techniciens, mais aussi et surtout des cadres responsables, des meneurs d’hommes », insiste le lieutenant-colonel Christophe Simon, commandant le 2 e bataillon. tim 245 — dossier — juin 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 1Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 72-73Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 74-75Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 76