Terre Information Magazine n°245 juin 2013
Terre Information Magazine n°245 juin 2013
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°245 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 23,1 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur l'école nationale des sous-officiers d'active.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
54. vie des unités Se souvenir tim 245 — juin 2013 [Général Charles Delestraint] un héros au secret Patron de l’Armée secrète dans la Résistance, le général Charles Delestraint, connu sous le pseudonyme de Vidal, a rallié près de 200 000 hommes à la cause. Trahi, déporté, ce grand ami du général de Gaulle est resté dans les mémoires comme l’un des « cœurs nobles » du combat pour la liberté. Texte  : Bernard EDINGER Photos  : Ordre de la Libération, Coll. Guillin Cela fera 70 ans ce 9 juin que le général de corps d’armée Charles Delestraint, premier chef de l’Armée secrète (AS) dans la Résistance, a été arrêté par la Gestapo à la station de métro La Muette à Paris, suite à des négligences et des trahisons. Né en 1879, Saint-Cyrien, Charles Delestraint combat pendant la première guerre mondiale. Convaincu que les blindés sont l’avenir des armées, il intègre les chars de combat en 1923. Il est nommé général de brigade, commandant la 3 e brigade de chars de combat à Metz en 1936. Parmi ses subordonnés se trouve le colonel Photo du général Delestraint prises par la Gestapo à Paris suite à son arrestation. Charles de Gaulle, commandant le 507 e régiment de chars de combat. Ils s’apprécient et partagent les mêmes idées. Selon des camarades de détention à Dachau, le général Delestraint aimait à dire  : « Je suis aux ordres du général de Gaulle qui fut naguère à mes ordres. » En mauvais termes avec le haut commandement car opposé à la politique défensive d’alors, Delestraint n’est plus promu. Il quitte l’armée en mars 1939, atteint par la limite d’âge. Rappelé en septembre quand la guerre éclate, il prend des responsabilités de plus en plus importantes au fur et à mesure que la situation se dégrade. En juin 1940, il commande un groupement de deux divisions blindées qui attaquent près d’Abbeville, couvrant la retraite de deux armées et épargnant la captivité ou la mort de centaines de milliers d’hommes. Démobilisé comme général de division, il se signale par son opposition à la politique de collaboration de
Vichy. Le ministère de la guerre lui écrit d’ailleurs en février 1942  : « Le maréchal Pétain a appris qu’au cours de conversations privées, vous manifestiez ouvertement votre désapprobation de sa politique… Vos propos ont été rapportés et je vous invite, ne serait-ce que dans votre intérêt, à plus de prudence et de réserve dans l’expression de vos opinions. » Vidal, noble cœur L’AS a été créée à l’instigation de Jean Moulin, délégué du général de Gaulle en France occupée, par le regroupement de Combat, Libération-Sud et Franc-Tireur, trois des principaux mouvements de la Résistance. En 1944, avec l’incorporation de l’Organisation de résistance de l’armée (ORA) et des Francs-tireurs et partisans français (FTPF), l’ensemble deviendra les Forces françaises de l’intérieur (FFI), qui joueront un rôle majeur quand les Alliés débarqueront en France. Le général Delestraint prend le commandement de l’AS après avoir entendu sur Radio Londres en août 1942 un message de confirmation disant  : « De Charles à Charles  : d’accord. » C’est sous le pseudonyme de Vidal qu’il entre dans la clandestinité, à l’âge de 64 ans. « Parmi tant de nobles cœurs que le drame a révélés à travers l’écume, il était l’un des plus nobles. De cela, je me doutais d’avance, car nous nous connaissions bien. Mais les événements en ont apporté une magnifique confirmation », dira de lui Charles de Gaulle en 1946. Sous le commandement du général Delestraint, les effectifs de l’AS passent de 30 000 hommes à 200 000 hommes. L’une des raisons principales est la mise en place du service du travail obligatoire (STO), qui oblige tous les jeunes de 20 à 22 ans à aller travailler en Allemagne. 600 000 partent, mais le slogan « L’Allemagne ou la montagne ! » circule dans les usines et les universités et 200 000 autres jeunes sont « réfractaires », et constituent le gros des maquis. Le général Delestraint veille à leur développement, inspectant personnellement ceux de l’Ain et du Vercors. Camp de concentration En février 1943, un avion britannique atterrit clandestinement en France pour emporter Jean Moulin et le général Delestraint à Londres, où ils mettent au point leur stratégie pendant un mois avec le général de Gaulle. Delestraint rencontre également à plusieurs reprises le général Sir Alan Brooke, chef d’état-major impérial britannique. Lors de leur absence, une série d’erreurs et de trahisons s’enchaînent. Ils sont arrêtés en juin 1943. Moulin est torturé à mort, tandis que Delestraint est détenu à Fresnes puis déporté au camp de Natzwiller-Struthof, puis au camp de concentration de Dachau, en Allemagne. Le docteur François-Yves Guillin 1, étudiant à l’époque, fût agent de liaison puis secrétaire du général Delestraint dans la clandestinité. Ii.55 Le colonel de Gaulle présente au général Delestraint le 2 e bataillon du 507 e RCC. 1 Le Dr Guillin est l’auteur du livre Le général Delestraint, premier chef de l’Armée secrète (Plon). « Je lui avais été présenté par ma mère, née Germaine Ladoux, issue d’une famille d’officiers. Quand le général Delestraint a été arrêté, ma mère est partie d’elle-même à Vichy demander l’aide d’officiers qu’elle avait bien connus avantguerre pour retarder sa déportation, raconte-t-il. Elle a été reçue par le général D., chef de cabinet du ministre de la Guerre. Il lui a dit  : « Germaine, je n’interviendrai jamais en faveur de ce traître au maréchal. Et si je ne te connaissais pas, je te ferais arrêter sur place. Sors d’ici ! » » Désigné sous le statut de « Nacht und Nebel » (Nuit et brouillard), regroupant les prisonniers qui ne devaient pas survivre à leur incarcération, le général Delestraint est exécuté d’une balle dans la nuque. C’était le 19 avril 1945, dix jours seulement avant la libération du camp. Son cadavre ayant été jeté dans un four crématoire, le souvenir du général est rappelé au Panthéon par une plaque sur laquelle on peut lire  : « À la mémoire du général Delestraint, chef de l’Armée secrète, compagnon de la Libération. ». l tim 245 — juin 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 1Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 72-73Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 74-75Terre Information Magazine numéro 245 juin 2013 Page 76