Terre Information Magazine n°244 mai 2013
Terre Information Magazine n°244 mai 2013
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°244 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 20,1 Mo

  • Dans ce numéro : opération Panthère III... coup de pied dans la fourmilière.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
10. tim 244 — dossier — mai 2013 DOSSIER le soutien du combattantlll des containers provenant des ÉLOCA de Brétigny-sur-Orge, d’Angers et de Marseille. Les soldats logisticiens les « dépotaient » la nuit, inventoriaient le matériel puis en assuraient, le jour, la distribution auprès des soldats sur la ZRA. « Auparavant, les militaires percevaient leurs équipements dans leurs régiments d’appartenance. La majeure partie du matériel est désormais stockée dans les magasins uniques de base de Défense 10. Pour répondre à l’urgence du théâtre, les établissements de marque du CESCOF, les ÉLOCA, nous ont livré des containers entiers pour équiper le personnel », décrit le SCH Lahély. Outre le casque lourd et le gilet pareballes, les premiers combattants en attente à Miramas sont partis de la BA d’Istres pour le Mali avec trois jours de vivres et neuf litres d’eau. L’équivalent d’une compagnie est passé chaque jour à la chaîne de perception. 1 700 soldats ont été équipés en 13 jours. Pour les soldats n’ayant pas pu être pris en compte en métropole, la perception s’est faite directement auprès de la compagnie de soutien du combattant du RSC, déployée à Bamako. Grossistes de la force Dans cette ouverture de théâtre, la priorité a été donnée à l’envoi d’équipements individuels et de vivres opérationnels. L’objectif premier était de protéger le soldat et de maintenir un stock de sécurité de rations de 20 jours pour 4 000 personnes. Le matériel de campagne est arrivé au fur et à mesure. Sur le terrain, c’est la cellule J4 11 soutien de l’homme (SH) qui gère le flux de la ressource provenant de métropole. « En tant que gestionnaire de biens délégués 12 des matériels dits » soutien de l’homme » et courants, je suis l’acheminement de la ressource une fois « Nous délivrons des moyens adaptés à tout engagement et en fonction de la situation sur le terrain. » LTN Arnaud de Cathelineau. sur le territoire, sa destination et son utilisation dans les unités », précisait, en février dernier, le commandant Gérard Chaleyssin, chef de cette cellule au groupement de soutien interarmes de théâtre à Bamako. « La compagnie du RSC est mon bras armé. Elle exécute les ordres techniques du J4 SH concernant la distribution du matériel. » Les détachements ou compagnies de soutien du combattant du RSC sont en quelque sorte les grossistes de la force 13. Le régiment est désigné en opération comme détenteur de biens du théâtre. Il est la seule unité habilitée à faire percevoir aux unités engagées les équipements demandés. « Nous délivrons des moyens adaptés à tout engagement et en fonction de la situation sur le terrain », déclarait le lieutenant Arnaud de Cathelineau, chef de section au RSC. Quelque soit le théâtre, qui plus est dans le cas d’une « entrée en premier », le RSC trouve sa raison d’être. Ses soldats logisticiens spécialisés dans la gestion des approvisionnements réceptionnent les containers venus de France 10 Voir encadré  : Le soutien des bases de Défense. 11 La cellule J4 (logistique) est chargée de la coordination du soutien d’une force. 12 Autorité qui a le pouvoir d’ordonner les mouvements des matériels. 13 Une compagnie du RSC soutient en moyenne 5 000 hommes selon les conditions d’emploi et le terrain. 14 Le CIAO est un centre expert du SCA chargé de la mise en œuvre des directives financières et budgétaires du CPCO et de la direction centrale du SCA sur les théâtres d’opérations. Les directions du commissariat et les trésoreries militaires assurent le soutien financier de proximité des théâtres.lll Ci-dessus  : contrôle d’une unité de traitement de linge en campagne (UTLC). Ci-contre  : perception d’argent en espèce au cours de l’opération SERVAL.
I focus Soutien administratif et financier des opérations Une commissaire au plus près des combattants Sous les ordres fonctionnels de la direction du commissariat (DIRCOM) à Bamako, la commissaire de première classe (CR 1) Claire Jouanneau est le directeur administratif et financier du groupement tactique interarmes 2 (GTIA 2). Son rôle est crucial et la tâche n’est pas aisée. Elle gère les fractions de solde sur le territoire. « C’est ce que l’on appelle plus communément et à défaut, une avance de solde. Elle est délivrée en début de mois aux soldats. » Sur n’importe quel théâtre, les soldats peuvent la déposer sur leur livret A, excepté pour SERVAL. « Nous sommes dans une ouverture de théâtre, précisait-elle en début de son mandat. La directive administrative et logistique (DAL) a fixé la fraction de solde à 300 euros par homme et par mois seulement, puisque les soldats n’ont pas la possibilité de déposer la somme sur un compte. » Elle délivre aussi la prime journalière d’alimentation qui sert à améliorer les rations par l’achat des vivres frais. Mais son rôle ne s’arrête pas là. La commissaire s’occupe des dépenses de fonctionnement courant du GTIA. « J’ai perçu de l’argent en espèces auprès de la direction du commissariat (DIRCOM) des éléments français du Sénégal (EFS) à Dakar, devenue DIRCOM par intérim en attendant l’arrivée du DIRCOM SERVAL. Durant le mandat, je m’adresse à des fournisseurs locaux pour acheter des produits destinés à soutenir le combattant. Je fais en sorte de répondre aux besoins de la collectivité. Je présente ensuite toutes mes factures à la DIRCOM qui réapprovisionne ma caisse. » La CR 1 Jouanneau certifie toutes les dépenses à l’exception des dépenses mises en place par les directions de services. Les finances, le nerf de la guerre Le Bureau de liaison de la trésorerie aux armées (BLTA) assure.11 l’approvisionnement en numéraire, via des trésoriers militaires, des forces françaises engagées sur un théâtre d’opérations. Les fonds délivrés aux trésoriers aux armées proviennent de la réserve centralisée des armées gérée par le Centre interarmées d’administration des opérations (CIAO) 14. Ils sont transportés par valises diplomatiques scellées et sous escorte de la Gendarmerie nationale pour être acheminés par voie aérienne militaire. Le BLTA ne délivre pas d’espèces directement aux militaires projetés. L’organisme est responsable des fonds tant qu’ils ne sont pas remis aux trésoriers militaires sur le territoire. Ces derniers doivent apporter aux unités déployées le plus rapidement possible le numéraire qui sert à l’avance de solde, à l’achat de fournitures locales, à la vie courante dans les emprises militaires. Cet argent liquide est indispensable dans un pays où le système bancaire est inexistant. La BLTA contrôle uniquement les écritures comptables et n’a pas à juger de l’opportunité de la dépense. tim 244 — dossier — mai 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 1Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 72