Terre Information Magazine n°244 mai 2013
Terre Information Magazine n°244 mai 2013
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°244 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 20,1 Mo

  • Dans ce numéro : opération Panthère III... coup de pied dans la fourmilière.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28. -,.• f -• y tim 244 — mai 2013 actualités En direct Démonstration du Félin par un groupe de combat du 35 e RI.lll ment de la force, tout doit être en cohérence pour être le plus réaliste possible », explique le colonel Yannick Rio, responsable de l’animation et du contrôle de l’exercice, approuvé par son homologue qatarien car, comme à chaque échelon de l’état-major, les fonctions de l’animation sont binômées pour développer la connaissance réciproque. Les joueurs bleus et blancs ont certes tenté des négociations pour obtenir la paix mais en vain, et s’ils envisagent maintenant le combat, ils doivent toutefois rester prudents et ne pas surréagir aux provocations des rouges. Le colonel Rio ajoute  : « Il faut tempérer les opérateurs JTLS du niveau tactique pour être sûr qu’ils mettent la pédale douce car les effets produits par le logiciel doivent rester cohérents pour garantir le réalisme du scénario. » reconquête À 80 km de Doha, la capitale qatarienne, un étatmajor tactique rassemble les joueurs de la composante Terre. Le site d’Al Duhailyat accueille 80 soldats dont 20 Qatariens. Le général de division Philippe Pontiès, commandant l’état-major de force n°3 (EMF 3), adjoint du général qatarien à la tête de cet état-major, revient sur les points-clés de cette coopération bilatérale  : « Il y a eu une première phase d’appropriation du thème de l’exercice, du logiciel, de la langue de travail qu’est l’anglais et de notre structure. L’armée qatarienne se compose de 7 000 hommes et notre chaîne de La coopération franco-qatarienne Après GULF SHIELD en 2008 qui avait réuni sur un même exercice les Émirats Arabes Unis, la France et le Qatar, GULF FALCON 2013 répond à un besoin de renforcer le partenariat stratégique du Qatar avec la France et donc leur relation militaire bilatérale. Cette coopération militaire, née des accords de coopération de Défense du 1er août 1994 et reconduits le 24 octobre 1998, se concrétise par la formation des cadres, le conseil, l’expertise et le partage d’expérience. Des officiers coopérants français sont affectés auprès des états-majors centraux et, réciproquement, des officiers qatariens participent à des exercices menés en France et effectuent des formations ou séjours dans des unités de l’armée de Terre. Cette interopérabilité développée au travers d’exercices a été mise en relief lors des opérations en Libye, avec l’engagement de moyens aériens qatariens pour mener, avec les aviateurs français, des missions conjointes. Les Qatariens souhaitent profiter de notre savoirfaire. » GDA de Romémont, commandant l’exercice GULF FALCON 2013. 6 Missiles. Le général de division aérienne de Romémont, lors de la journée VIP.commandement lui semblait compliquée. Il y a d’abord eu un travail de mentoring pour progresser ensemble sur les techniques d’un état-major multinational et pour développer une approche commune des opérations. » Ces exercices déjà bien rodés par les forces françaises permettent, en outre, de driller les procédures tactiques des étatsmajors de force et les préparer à une projection. « À la lumière de cet exercice, nous montrons que nous savons faire notre métier et que nous avons un bon niveau opérationnel. L’EMF 3, qui pilote cette composante terrestre, confirme sa capacité à prendre part à un exercice bilatéral de grande ampleur... C’est une belle expérience pour les jeunes », ajoute le général Pontiès. Sous la tente commandement, le centre opérations s’agite. Redland vient de lancer une atta-
que de Scuds 6 sur la péninsule de Blueland. « Nous avons projeté les forces de la coalition Blueland- Whiteland sur l’île d’Al-Hamour pour reprendre puis tenir le port et l’aéroport au sud, en coordination avec la Marine et les moyens amphibies. Mais suite à cette attaque, nous devons prendre les mesures adaptées », explique le lieutenant-colonel Patrick Ponzoni, chef du centre opérations. Pour la reconquête du territoire, après l’échec de la dissuasion diplomatique, la campagne militaire développe sa manœuvre cinétique et noncinétique. Le LCL Ponzoni poursuit  : « C’est notre travail au quotidien. Nous sommes des pros de la conduite. Nous réagissons de manière calibrée. Nous avons déjà tous fait ça en opération, que ce soit en Afghanistan ou au Liban. Cet exercice permet de condenser en une semaine ce que nous verrions en six mois d’opération, ce qui constitue un très bon entraînement. » Alors que les tirs reprennent, il interpelle l’officier de liaison Air  : « On commence à taper au nord. Moi je fais tirer l’artillerie. Objectif, détruire la cible ! » Le capitaine Frédéric Héran, du 8 e régiment d’artillerie, dirige la cellule appui-feu de l’artillerie sol-sol. « Jusquelà, avec l’ennemi nous nous regardions en chiens de faïence, mais après l’échec des négociations, nous devons reprendre l’île par la force. Nous devons faire le ménage avec l’artillerie pour garantir la liberté d’action aérienne. Nous tirons au Caesar et au LRU. Nous avons des batteries sur la péninsule et des mortiers de 120 mm en appui dans le sud de l’île », précise-t-il avec assurance, avant de reconnaître  : « Bien sûr, ces mouvements sont fictifs, mais dans la réalité ça se passerait exactement comme ça. » manœuvre complète Dans la continuité du scénario, le groupement tactique interarmes (GTIA) se déploie dans le désert. Les troupes françaises et qatariennes progressent en parallèle pour reconnaître la zone d’exercice. En appui, l’artillerie lourde protège les troupes et garde les plastrons en ligne de mire. Dans ce GTIA commandé par le chef de corps du régiment de marche du Tchad (RMT), toutes les armes sont représentées avec leur matériel majeur. Près de 17 chars Leclerc, 2 SPRAT (systèmes de pose rapide de travures), 20 VBCI, 6 VAB, 4 Caesar et 4 postes de tir Mistral sont engagés pour développer aptitudes opérationnelles et connaissance du milieu désertique. L’adjudant Guillaume Leprince est chef de section Caesar au 3 e régiment d’artillerie de marine. En fin de mission, 250 obus auront été tirés. Fier de présenter ce matériel méconnu des Qatariens, il reconnaît  : « Nous avons joué la focus r La menace NBC Pour parer la menace, le 2 e régiment de dragons nucléaire, bactériologique et chimique (2 e RD NBC) dispose d’un module de décontamination pour véhicules et personnels. « Nous décontaminons chars Leclerc, VBCI, PVP ou autres matériels de première ligne en les recouvrant d’une solution. Après avoir laissé agir, nous les rinçons à l’eau chaude sous pression. Mais nous ne jouons pas le timing exact sur cet exercice car, en réalité, les véhicules seraient immobilisés toute une journée », précise l’adjudant Fabrice Armengaud, chef de section. Deux véhicules de liaison de reconnaissance et d’appui (VLRA) NBC et un centre de remise en condition des personnels (CERPE) équipent le module. Les VLRA sont dotés d’une citerne de 3 000 litres, dont 500 sont nécessaires pour la décontamination d’un Leclerc. Tenue légère de décontamination enfilée, les servants s’affairent autour du char. À quelques mètres, le CERPE passe 40 personnes par heure, aussi bien pour une menace chimique que bactériologique..29 La voix nasillarde du servant NBC équipé d’un appareil normal de protection (ANP), commande l’effeuillage des équipages  : « Levez votre jambe droite ! Tournez-vous ! » Douche, rinçage, rhabillage et enregistrement permettent au soldat de reprendre le cours de la guerre. Il récupère alors auprès de son unité un paquetage complet. Ses armes, transmissions ou optiques, passés à la chaîne de décontamination de petit matériel, lui seront rendus. Tout le reste sera enterré dans une fosse.lll Décontamination d’un char Leclerc du 1er RCh par les personnels du 2 e RD NBC. tim 244 — mai 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 1Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 244 mai 2013 Page 72