Terre Information Magazine n°243 avril 2013
Terre Information Magazine n°243 avril 2013
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°243 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 18,2 Mo

  • Dans ce numéro : opération Serval... la réponse à la menace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42. vie des unités Se former [Sauvetage au combat] Sauver le soldat John-John Le stage de sauvetage au combat de niveau 2 (SC2) est la dernière étape du parcours de formation des auxiliaires sanitaires. Pendant une semaine, les formateurs de secourisme et les infirmiers du régiment médical (RMED), à La Valbonne, font réviser aux candidats à l’examen d’accès tous les gestes techniques qui seront demandés  : garrot, exsufflation, perfusion, etc. Objectif  : donner aux stagiaires le maximum de chance d’obtenir leur qualification. Texte  : CNE Élodie BARNIER• Photo  : ADC Gilles GESQUIèRE John-John calme toi, c’est l’équipe médicale, on est là, rassure le caporal-chef Amar Bouhassoune. T’inquiète pas, ça va aller. » Agenouillé dans l’herbe près de la victime, l’auxiliaire sanitaire commence son bilan. John-John est allongé sur le dos. Un garrot stoppe l’hémorragie de sa jambe gauche, mais il a perdu beaucoup de sang. « T’as mal quand j’appuie là ? Et si j’appuie ici ? » Méthodiquement, malgré le stress, le CCH examine le blessé. Bras, jambes, abdomen, il ne détecte pas d’autre hémorragie ; il peut s’attaquer au problème respiratoire. Victime d’un engin explosif, le blessé tousse, s’étouffe, tim 243 — avril 2013 suffoque. Le souffle de l’explosion a dû endommager ses poumons. « John-John, je vais te piquer dans la poitrine, ça va aller vite et ca va t’aider à respirer », explique l’auxiliaire sanitaire. Les mains tremblantes, mais déterminé malgré la tension, il enfonce l’aiguille dans le thorax de son camarade, soulageant ainsi la compression intra-thoracique menaçant les poumons. La demande d’évacuation sanitaire a été envoyée, l’autorisation accordée, mais l’hélicoptère ne viendra pas. Nous sommes sur le camp de La Valbonne, la situation est fictive, il s’agit d’un exercice. Les sept stagiaires du RMED qui participent à cet entraînement 1 Au RMED, depuis que la préparation a été mise en place, le taux d’échec au SC2 a été divisé par deux. 2 Détail de l’acronyme sur le site du centre d’instruction santé de l’armée de Terre (CISAT)  : www.cisat-metz. terre.defense.gouv.fr 3 Le sang artificiel est fabriqué à base de composants alimentaires, il est donc comestible. sont candidats au stage de qualification de sauvetage au combat de niveau 2 (SC2). Ils suivent cette semaine une préparation intensive qui devrait leur permettre de maximiser leurs chances de réussite à la formation. Protocole « C’est une formation récente qui a été mise en place l’année dernière pour limiter le nombre d’échecs 1, précise le lieutenant Philippe Bes de Berc, chef du groupe d’instruction santé secourisme (GISS) au RMED. Il n’y a pas d’attestation ou de diplôme délivré en fin de stage, c’est une préparation interne au régiment, Le programme est établi par nos propres formateurs et le stage est organisé sur quatre jours. » Dans d’autres unités, des préparations similaires sont assurées par les médecins et infirmiers des centres médicaux des armées. Hémorragie, respiration, pouls ou fonc-
focus Parcours de formation des brancardiers-secouristes. PSC1  : Prévention et secours civiques de niveau 1 (10 heures). Formation accessible à tous à partir de 10 ans. Gestes de premier secours. SC1  : Sauvetage au combat de niveau 1 (8 heures). Gestes de premier secours au combat  : pose de garrot, deséquipement de gilets pare-balles, etc. PSE1  : Premiers secours en équipe de niveau 1 (35 heures). Intervention seul ou à deux et utilisation de matériel (ex. bouteille d’oxygène, collier cervical, matériel d’immobilisation, etc.) Auxiliaire sanitaire spécialisé (5 semaines). Gestion d’un blessé de guerre (ex. relevage d’un blessé ou extraction d’un engin blindé), préparation de matériel pour le personnel médical. PSE2  : Premiers secours en équipe de niveau 2 (35 heures). Permet de tenir l’emploi d’équipier secouriste. Ce dernier intervient en binôme ou en équipe, sous la responsabilité d’un chef d’équipe, au sein d’un poste de secours ou d’un dispositif de secours d’urgence. SC2  : Sauvetage au combat de niveau 2 (10 jours). Révision des gestes techniques (ventilation au masque, perfusions, dispositif intra-osseux, injections, pansement trois côtés, exsufflation à l’aiguille, coniotomie), les cours théoriques (prise en charge du blessé, le blessé saigne, le blessé s’étouffe) et cours pratiques (matériel, sutures, injections, détresse circulatoire, détresse ventilatoire). Entraînement au traitement d’un blessé polytraumatisé sur mannequin. tions nerveuses, toutes les étapes de prise en charge d’un blessé de guerre suivent le SAFE-MARCHE- RYAN 2. Cet acronyme mnémotechnique détaille le déroulé des actes à effectuer, du plus vital au moins urgent. La répétition d’un protocole défini et commun à tous permet de n’oublier aucun geste. Entre cas concrets et mises en situation, le programme du stage reprend ces fondamentaux. « On commence par un test d’évaluation qui nous permet de connaître le niveau général des stagiaires et en fonction des résultats, on insiste plus sur un point ou un autre », explique le sergent-chef Jean-Luc Chapuis, infirmier de classe normale. « Pensez à changer de gants lorsqu’ils sont plein de sang. » Debout à côté du mannequin, un calepin à la main, il débriefe le binôme qui vient de passer. Les sauveteurs ont réussi à contenir l’hémorragie jusqu’à l’arrivée des secours. Ils ne se sont pas laissé surprendre. Le formateur en profite pour leur donner quelques conseils pratiques. « Le jour J, n’oubliez pas votre montre. Sans elle, impossible de prendre le pouls et de noter l’heure de la pose du garrot. » Malgré les conseils et la maîtrise théorique des gestes, avoir la bonne réaction au bon moment n’a Pour un maximum de réalisme, on peut simuler une blessure en trois minutes avec du Plasto-nat, une sorte de pâte à modeler. » CCH Brice Guilloud..43 rien d’évident. Le caporal Melody Arnal peut en témoigner  : « C’est super stressant. C’est la première fois que j’étais confrontée à ce cas. J’ai oublié plein de choses alors que je connais les procédures. Heureusement qu’on a cette préparation  : au moins on sait ce qui nous attend. » Grimage Aujourd’hui, les stagiaires se sont entraînés sur un mannequin plus vrai que nature. John-John respire, tousse, crie et peut répondre aux questions du secouriste. Les formateurs disposent également de tout un arsenal de maquillage leur permettant de confronter les stagiaires à des situations encore plus réalistes. Un blessé paniqué qui se débat ou qui vomit du sang 3 est autrement plus impressionnant qu’un mannequin inerte, étendu au sol. « Pour un maximum de réalisme, on peut simuler une blessure en trois minutes avec du Plastonat, une sorte de pâte à modeler », explique le caporal-chef Brice Guilloud. Moniteur de secourisme, il a suivi une formation de grimage adapté à ce type de mise en scène. « Ce qu’on attend d’un secouriste, c’est qu’il soit capable de prendre en charge un blessé en vue de son transport, résume l’adjudant Laetitia Fusilier, infirmière de classe normale. Il y a plusieurs niveaux de compétence. Les auxiliaires sanitaires qualifiés SC2 pourront être projetés sur des postes isolés. Il est impératif qu’ils soient autonomes. » Sur les sept stagiaires de la semaine, quatre sont pressentis pour un départ au Liban ; les trois autres sont attendus à la Réunion. l tim 243 — avril 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 1Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 2-3Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 4-5Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 6-7Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 8-9Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 10-11Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 12-13Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 14-15Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 16-17Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 18-19Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 20-21Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 22-23Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 24-25Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 26-27Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 28-29Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 30-31Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 32-33Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 34-35Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 36-37Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 38-39Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 40-41Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 42-43Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 44-45Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 46-47Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 48-49Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 50-51Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 52-53Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 54-55Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 56-57Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 58-59Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 60-61Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 62-63Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 64-65Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 66-67Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 68-69Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 70-71Terre Information Magazine numéro 243 avril 2013 Page 72