Tennis Revue n°3 mar/avr/mai 2013
Tennis Revue n°3 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°3 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 37,4 Mo

  • Dans ce numéro : quart de finaliste surprise à l'Open d'Australie, le Français Chardy rêve tout haut désormais.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 88 - 89  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
88 89
88 PERSONNALITÉ ION TIRIAC « La surface bleue, c’est l’avenir » Joueur, entraîneur, manager, directeur de tournois et même président du Comité national olympique roumain, Ion Tiriac a eu de multiples casquettes dans sa vie. Le directeur du tournoi de Madrid a subi une grosse déception en mai dernier lorsque la FIT a interdit la terre battue bleue sur le tournoi. Mais en véritable battant, il ne lâche pas la partie et nous parle aussi de sa vision du tennis.
Quelque mois après la décision de la fédération d’interdire les surfaces bleues à Madrid, avez-vous digéré cette décision ? Je l’accepte, mais je ne la comprends pas. Que ce soit pour les joueurs ou pour les spectateurs, il y avait un meilleur confort visuel. Le contraste était meilleur avec le bleu. Pour moi, le bleu reste l’avenir, mais pour cela il faut convaincre les décideurs. On a vu par le passé que des choses qui ne faisaient pas l’unanimité au début pouvaient être appréciées par la suite. A quoi pensez-vous ? A l’instauration du tie-break, par exemple. Je me souviens bien qu’au début, il a été longuement critiqué. Aujourd’hui, plus personne ne trouve rien à redire sur le tie-break. A l’US Open, on a aussi changé quatre fois de surface en dix ans avant de trouver la bonne formule. Quelle relation entretenez-vous avec la France et le tournoi de Roland-Garros en particulier ? Depuis toujours, je me sens proche de votre mentalité, de la langue française aussi. J’ai joué à Paris pour la première fois en 1957 pour le compte de la Coupe Davis. Ça ne date pas d’hier. Je suis lié au tournoi de Roland-Garros, mais malheureusement je ne l’ai jamais gagné en simple, seulement en double. Ça reste l’une des plus grandes déceptions de ma carrière ne pas avoir triomphé à Paris. Vous faites pourtant des misères à Roland-Garros puisque Madrid (il est le directeur du tournoi) est souvent cité pour remplacer Paris comme tournoi du Grand Chelem… « AUJOURD’HUI, ON N’A PLUS DE NASTASE, DE CONNORS OU DE MCENROE. LE JEU EST DEVENU TROP RAPIDE » Non. Je respecte Roland-Garros probablement plus que tous les autres tournois du monde. Il ne faut pas enlever au Grand Chelem la tradition. On ne peut pas comparer Madrid à Roland-Garros ni aucun autre tournoi. Je veux que Madrid soit un tournoi en lui-même pas par rapport aux autres. Si c’est moi qui devais prendre cette décision, je garderais toujours 32 joueurs dans le tableau. Madrid est un tournoi en constante évolution. On essaye d’évoluer un peu chaque année. Comment jugez-vous l’évolution d’un sport dans lequel vous avez toujours évolué ? J’irai au-delà du tennis pour analyser la situation en vous disant que dans les 30 dernières années, le sport est devenu une industrie énorme. C’est devenu une profession à part entière. Tous ont changé. Le football n’a plus rien à voir avec ce qu’il était il y a trente ans. En tennis, c’est pareil, les tournois, les joueurs, le matériel, tout a énormément évolué. Seuls les tournois du Grand Chelem gardent une sorte de tradition. Ce qui peut se comprendre. Mais il faut veiller à ne pas devenir conservateur. Il ne faut pas rester comme il y a trente ans. Comme c’est le cas pour le monde et notre vie quotidienne, il faut évoluer en permanence et toujours penser aux spectateurs qui sont un élément important de notre sport. Il ne faut jamais oublier que les joueurs passent, mais le tennis et les spectateurs restent. Quel est le joueur dont vous vous êtes occupé qui vous a le plus impressionné ? Comme je vous l’ai dit précédemment, je ne suis plus très jeune et j’en ai donc vu passer beaucoup de joueurs. Tous sont différents, mais je citerai quand même Ilie Nastase. Quand vous m’avez posé cette question, c’est à lui que j’ai pensé en premier. Pourquoi Nastase ? Car je trouve qu’il fait partie des rares joueurs qui ont changé le tennis. D’un jeu très élitiste et destiné à une frange de la population très limité, il a fait un spectacle populaire, en incluant le public. Et aujourd’hui, y a-t-il un Ilie Nastase ? Malheureusement aujourd’hui, on n’a plus de Nastase, de Connors ou de McEnroe. Le jeu est devenu trop rapide. C’est la société, la vie qui veulent ça. Chaque année, il y a toujours quelqu’un qui frappe plus fort, saute plus haut ou court plus vite. Etes-vous conscient de l’image d’homme dur que vous renvoyez ? L’image ne compte pas, le plus important c’est la personne. Je suis quelqu’un de simple. Je demande le respect des gens car moi je respecte tout le monde. C’est un minimum dans la vie, je trouve. Sinon, je n’ai rien de particulier, je suis comme tout le monde. Propos recueillis par Valérie Pratdessus 89



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 1Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 2-3Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 4-5Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 6-7Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 8-9Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 10-11Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 12-13Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 14-15Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 16-17Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 18-19Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 20-21Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 22-23Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 24-25Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 26-27Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 28-29Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 30-31Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 32-33Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 34-35Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 36-37Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 38-39Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 40-41Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 42-43Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 44-45Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 46-47Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 48-49Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 50-51Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 52-53Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 54-55Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 56-57Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 58-59Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 60-61Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 62-63Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 64-65Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 66-67Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 68-69Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 70-71Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 72-73Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 74-75Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 76-77Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 78-79Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 80-81Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 82-83Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 84-85Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 86-87Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 88-89Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 90-91Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 92-93Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 94-95Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 96-97Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 98-99Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 100