Tennis Revue n°3 mar/avr/mai 2013
Tennis Revue n°3 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°3 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 37,4 Mo

  • Dans ce numéro : quart de finaliste surprise à l'Open d'Australie, le Français Chardy rêve tout haut désormais.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
« Les psys, ce n’est pas mon truc ! » « J’ESSAYE DE M’INSPIRER DE SAFIN »
UN MENTAL ENCORE FRIABLE BENOÎT PAIRE 42ème mondial fin janvier, le Français, qui n’a que 23 ans, grimpe peu à peu dans la hiérarchie. S’il parvient à se forger un mental à la hauteur de son talent, il devrait aller encore plus haut. Quels sont vos objectifs pour cette année 2013 ? De continuer à progresser. Je suis encore jeune, j’ai encore pas mal de points faibles qui sont de moins en moins faibles. Du coup, mes objectifs sont plus des objectifs de travail que de classement. Mais bien sûr que les Grands Chelems sont très importants surtout Roland-Garros parce que c’est en France, sur terre battue, ma surface préférée et on a envie de bien faire ! L’année dernière, je n’avais pas si mal joué, mais j’étais tombé sur Ferrer donc ce n’était pas simple. Roland-Garros reste néanmoins l’objectif le plus important de l’année et je vais essayer de bien m’y préparer ! Je me suis entraîné là-bas quand j’étais plus jeune et ça ne s’était pas forcément très bien passé, mais c’est quand même un endroit que j’affectionne. Il y a également la Coupe Davis. Pour tout joueur Français, c’est très important, et ça fait partie aussi de mes objectifs. Qu’est-ce qui s’est passé au centre national de Roland-Garros ? J’ai fait une année et puis je me suis fait virer à cause de mon comportement. Plus jeune, je m’énervais beaucoup et du coup, pour la Fédération, ça ne passait pas trop... J’ai eu un petit peu de mal à m’en remettre, mais j’ai trouvé mon entraîneur actuel (Lionel Zimbler, Ndlr) et avec qui ça se passe très bien et je pense que c’est lui qui m’a tout apporté. On dit souvent que vous avez toutes les qualités physiques et techniques pour être un grand champion, mais que vous avez du mal à gérer votre côté sanguin. Comment faites-vous pour progresser au niveau mental ? Je le travaille avec des sophrologues ou des psychologues, mais je n’aime pas trop. Moi je discute beaucoup avec mon entraîneur. On passe de longs moments à discuter, en tournoi. Parfois, au lieu de s’entraîner, on discute pendant 2, 3 heures pour essayer de comprendre pourquoi je m’énerve. Lui, il connaît toute ma vie, moi je connais toute la sienne, on se fait confiance et je pense que c’est important pour la relation. Pour moi, c’est l’entraîneur qui est le plus important ! Andy Murray a eu recours à une psy et ça semble porter ses fruits… Chacun évolue comme il veut. Roger (Federer) n’a jamais eu besoin, je pense, d’un psychologue ou d’un sophrologue ! Si on veut progresser, on progresse et si on se dit qu’on n’a pas envie, même si on a les meilleurs sophrologues ou psychologues ça ne servira pas à grand chose. C’est à nous d’avoir l’envie de travailler et de progresser. Au niveau de mon comportement, je pense que j’ai bien travaillé là-dessus. Aujourd’hui, je suis 42ème mondial, c’est cette envie qui me fait progresser. Pour beaucoup, vous êtes, à 23 ans, le grand espoir du tennis français. Cela ne vous met-il pas trop de pression ? Devant, il y a une génération avec des Tsonga, Gasquet qui ne sont pas si vieux que ça et qui ont encore du temps et qui sont top 10 donc on ne nous met pas trop de pression ! On peut travailler tranquillement. On sait que votre modèle, c’est Marat Safin, pourquoi ce joueur ? Quand j’étais petit, c’est quelqu’un que je regardais à la télé et il me faisait rêver de par son charisme, son attitude. Au moins, il dégageait quelque chose sur le terrain et c’est important pour le public que ce ne soit pas des styles stéréotypés et où il ne se passe pas grand chose. Moi j’aime bien, sur le terrain, qu’il se passe des choses. Safin pouvait envoyer du rêve dans son jeu, mais après une ou deux fautes il pouvait s’énerver, mais c’est aussi pour ça qu’il était très apprécié parce qu’il était un peu différent des autres. J’essaye de m’en aspirer même si je sais que je ne suis pas Marat Safin. Dans quels domaines pensez-vous pouvoir encore vous améliorer ? C’est un tout ! Le travail mental, je le fais petit à petit et techniquement j’avais un point faible qui était mon coup droit, mais ça va de mieux en mieux et tout le monde le sait d’ailleurs que mon coup droit est mon point faible (rires). Maintenant, les joueurs se méfient de plus en plus car j’ai beaucoup travaillé là-dessus. Après, il faut que je travaille encore un peu la partie muscu pour être plus régulier au niveau du service et frapper plus fort. N’avez-vous pas manqué de respect à Federer en lâchant des coups extravagants contre lui lors du 1er tour de l’Open d’Australie ? Ça m’a fait rire de lire ça dans la presse. Avec Roger, ça se passe très bien. Tomber sur lui dès le 1er tour, j’étais bien sûr très déçu car c’est l’un des seuls joueurs où vraiment je n’arrive pas à voir où son service part ! Quand on se trouve mené 2 sets à 0 et qu’on se sent un peu ridicule sur le terrain alors que les tournois d’avant je me sentais très bien c’est un petit peu dur. Roger sait que ce n’est pas un manque de respect. On a discuté un petit peu après et la seule chose qu’il m’a dit c’est bonne chance pour la saison. Misez-vous aussi sur le double cette année ? J’ai fait quart en Australie, j’avais gagné Chennai en début d’année donc c’est vrai que j’étais en f o r me. J’étais un peu surpris parce que le double n’est pas ma spécialité. Mais je vais essayer de le jouer le plus possible et c’est vrai que ça m’aide, en plus je prends du plaisir ! Ça m’aide à travailler la volée, le service donc si ça peut m’apporter sur le simple je le fais volontiers. Par contre, il faut jouer le double avec des potes parce que moi j’aime bien jouer le double avec le plaisir et m’amuser un petit peu. Vous êtes l’un des rares Français à vivre en France. Songez-vous à déménager en Suisse ? C’est à voir... mais je suis très proche de ma famille à Avignon du coup ce n’est pas vraiment d’actualité. Le plus important, c’est de bien jouer, de progresser, de prendre des places au classement, du plaisir et après on verra bien ce qui se passe si je pars en Suisse ou si je reste ici. Propos recueillis par Raphaël Bodolec



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 1Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 2-3Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 4-5Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 6-7Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 8-9Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 10-11Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 12-13Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 14-15Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 16-17Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 18-19Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 20-21Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 22-23Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 24-25Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 26-27Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 28-29Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 30-31Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 32-33Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 34-35Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 36-37Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 38-39Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 40-41Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 42-43Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 44-45Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 46-47Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 48-49Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 50-51Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 52-53Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 54-55Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 56-57Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 58-59Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 60-61Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 62-63Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 64-65Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 66-67Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 68-69Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 70-71Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 72-73Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 74-75Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 76-77Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 78-79Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 80-81Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 82-83Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 84-85Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 86-87Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 88-89Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 90-91Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 92-93Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 94-95Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 96-97Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 98-99Tennis Revue numéro 3 mar/avr/mai 2013 Page 100