Tennis Revue n°2 jan/fév 2013
Tennis Revue n°2 jan/fév 2013
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°2 de jan/fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 32,8 Mo

  • Dans ce numéro : Djokovic toujours plus fort... le n°1 mondial ne craint plus personne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
SAM SUMYK « La n°1 mondiale, c’est Azarenka, pas Williams ! » Quel a été votre parcours comme joueur et entraîneur ? J’ai été 3/6 en France donc on ne peut pas appeler cela du très haut niveau. J’ai démarré comme entraîneur après l’obtention de mon brevet d’état. J’ai commencé à enseigner dans les clubs en France et, un jour, je suis parti aux Etats-Unis et je ne suis jamais rentré. On peut donc entraîner les plus grands sans avoir été un grand joueur… Ne pas avoir été un grand joueur n’a jamais été un complexe. Il y a aussi le cas inverse d’ex-grands champions qui ont essayé d’entraîner et ça n’a pas marché. Un exprofessionnel ne fait pas forcément un bon entraîneur. Finalement, peu d’anciens joueurs deviennent coachs. Les très grands n’ont sans doute pas envie de s’emm… avec ça. Certains ont essayé et se sont plantés, et pour d’autres ça marche très bien. Le dernier exemple en date, c’est l’association Lendl-Murray. C’est quoi la méthode Sumyk ? Au fil des années, j’ai développé une façon d’entraîner. Mais est-ce que je suis dans le vrai ? En tout cas, j’essaye. Entraînez-vous d’autres joueuses qu’Azarenka ? Non, je suis à temps plein avec elle car le très haut niveau demande une attention particulière. On ne peut pas s’égarer. Comment s’est faite la rencontre ? J’entraînais Vera Zvoraneva et elles jouaient toutes les deux en double. On s’était donc croisé et quand elle a cherché un entraîneur elle m’a appelé. Votre vie a-t-elle changé depuis que vous entraînez la n°1 mondiale ? Elle n’a pas été transformée de A à Z, ce sont plutôt les paramètres autour qui ont changé. Mais rassurez-vous, je sais d’où je viens. Bien que n°1 mondiale, Azarenka est beaucoup moins populaire que Serena Williams ou Sharapova. Ne lui manque-t-il pas ce côté glamour qu’ont ses deux adversaires ? De façon très réaliste, je ne pense pas qu’Azarenka soit au même niveau qu’une Serena qui est peut-être la plus grande joueuse qu’on n’ait jamais vu, en tout cas la plus grande en activité. Vika démarre sa carrière au plus haut niveau. Sharapova est elle aussi au plus haut niveau depuis des années. Azarenka est toute neuve dans cette sphère-là. Mais sa notoriété est beaucoup plus importante qu’il y a un an. Les choses évoluent donc. Mais moi, mon souci, c’est qu’elle joue bien au tennis, qu’elle progresse, le reste ce n’est pas mon problème. Je suppose que plus elle remportera de grands titres, plus elle sera connue. Tout vient avec les résultats et part de la raquette. On ne peut pas avoir une notoriété importante si on ne gagne pas de match ! Mais que répondez-vous à ceux qui disent que la vraie n°1 mondiale, c’est Serena… Je ne peux pas être d’accord avec ça. Si je regarde le classement actuel de la WTA, il y a un nom au sommet et c’est celui d’Azarenka, pas de Williams ! Si l’on regarde les quatre-cinq derniers mois, on peut penser que c’est Williams qui est effectivement monstrueuse, mais sur les quatre-cinq premiers mois, c’était Azarenka. Et entre les deux, il y a eu Sharapova sur terre battue. Mais à l’heure actuelle, la seule qui est n°1 mondiale, c’est Azarenka ! N’avez-vous jamais été tenté par entraîner des Tennis Revue n°2 - janvier-février 2013 L’ENTRAÎNEUR DE LA N°1 À LA WTA EST FRANÇAIS Son nom ne vous dit peut-être rien, pourtant Sam Sumyk est l’entraîneur de la n°1 mondiale Victoria Azarenka et il est Français. Découverte. "ENTRAÎNER UN HOMME, JE NE DIS PAS NON" hommes ? Je ne ferme pas la porte. Je serais très intéressé. Pour l’instant, je suis sur le circuit féminin, mais il n’y a rien d’arrêter. Je suis sur le circuit féminin depuis maintenant 16 ans, on me voit peut-être comme un entraîneur de joueuses, mais ça ne me poserait aucun problème d’entraîner un homme. Les deux meilleures joueuses du monde sont entraînées par des Français - Azarenka par vous et Serena Williams par Patrick Mouratoglou - alors que les deux meilleurs joueurs français Tsonga et Gasquet le sont par des coachs é- trangers. N’est-ce pas paradoxal ? Les entraîneurs français ne sont pas plus cons que les autres. Il y a de la qualité, du savoir. Maintenant, l’association de deux cultures, cette mixité entre deux pays, cette différence de mentalités, c’est ça qui est intéressant et c’est sans doute cela la réflexion d’un Tsonga à un moment donné. Cette mixité de nationalités donne quelque chose de complémentaire. Marion Bartoli ne devrait-elle pas lâcher son père et prendre un autre entraîneur pour franchir un palier ? Il faut quand même reconnaître que Monsieur Bartoli et sa fille font du très bon travail. Il faut le respecter. Peutêtre qu’un autre entraîneur apporterait un plus ou le contraire. On ne sait pas et on peut juste dire chapeau sur ce qu’ils font depuis des années. Vous avez épousé l’une de vos joueuses ; Meilen Tu. Peut-on être entraîneur et en couple avec celle que l’on entraîne ? C’est la vie ! (sourire) On trouve souvent son amie, sa future femme dans un environnement proche du sien. Ça arrive donc aussi au tennis et il y a de très belles histoires. Si vous faites allusion à Serena (Williams) et Patrick (Mouratoglou), ça doit rester privé et ça les regarde ! Propos recueillis par Arnaud Bertrande (avec M.M.) 85



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 1Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 2-3Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 4-5Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 6-7Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 8-9Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 10-11Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 12-13Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 14-15Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 16-17Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 18-19Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 20-21Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 22-23Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 24-25Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 26-27Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 28-29Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 30-31Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 32-33Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 34-35Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 36-37Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 38-39Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 40-41Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 42-43Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 44-45Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 46-47Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 48-49Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 50-51Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 52-53Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 54-55Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 56-57Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 58-59Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 60-61Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 62-63Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 64-65Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 66-67Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 68-69Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 70-71Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 72-73Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 74-75Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 76-77Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 78-79Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 80-81Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 82-83Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 84-85Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 86-87Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 88-89Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 90-91Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 92-93Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 94-95Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 96-97Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 98-99Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 100