Tennis Revue n°2 jan/fév 2013
Tennis Revue n°2 jan/fév 2013
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°2 de jan/fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 32,8 Mo

  • Dans ce numéro : Djokovic toujours plus fort... le n°1 mondial ne craint plus personne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
1m96 - 91 kg - Droitier, revers à deux mains Professionnel depuis 2002 Raquette : Head Youtek IG Instinct Entraîneur : Tomas Krupa Classement ATP : 6ème (au 26/11/12) Premier match : Prague : 1er tour Tomas Berdych bat Dusan Karol (Rép.tch.) 6-3, 6-2 le 13 mai 2002 TOMAS BERDYCH Né le 17 septembre 1985 à Valasske Mezirici (République tchèque) Palmarès : Palerme (2004), Paris (2005), Halle (2007), Tokyo (2008), Munich (2009), Beijing (2011), Stockholm, Montpellier (2012) Meilleures performances en Grand Chelem : Open d'Australie (quart de finale en 2011 et 2012), Roland-Garros (demi-finale en 2010), Wimbledon (finale en 2010), US Open (demi-finale en 2012) Site internet : www.tomas-berdych.com Tomas Berdych est l'un des joueurs les plus redoutables du circuit. A l'aise sur toutes les surfaces, le Tchèque n'a plus quitté le top 10 mondial depuis le 10 octobre 2011. Joueur de fond de court, Berdych n'a que peu de points faibles : redoutable en coup droit et au service, fiable en revers et excellent dans le déplacement. A 27 ans, après une finale (Wimbledon 2010) et deux demi-finales (Roland-Garros 2010 et US Open 2012) de Grand Chelem, le géant tchèque (1m96) est arrivé à maturité. Il lui reste la dernière marche : le titre dans un majeur. Son problème : la densité de la génération actuelle ne lui laisse que peu d'espoir. 1m78 - 70 kg - Droitière, revers à deux mains Professionnel depuis 1999 Raquette : Babolat Aero StormTour Entraîneur : Ricardo Sanchez Classement ATP : 12ème (au 26/11/12) Premier match : Varsovie : 1er tour Nadia Petrova bat Sandra Kleinova (RTC) 6-3 1-6 6-4, le 13 juillet 1998 NADIA PETROVA Née le 8 juin 1982 à Moscou (Russie) Palmarès : Linz (2005), Doha, Amelia Island, Charleston, Berlin, Stuttgart (2006), Paris (2007), Cincinnati, Québec (2008), College Park (2011), Hertogenbosch, Tokyo, Sofia (2012) Meilleures performances en Grand Chelem : Open d'Australie (quart de finale en 2006 et 2010), Roland-Garros (demi-finale en 2003 et 2005), Wimbledon (quart de finale en 2005 et 2008), US Open (quart de finale en 2004 et 2005) Site internet : www.petrovadreamteam.com Deuxième meilleure joueuse russe derrière Maria Sharapova, Nadia Petrova apprécie toutes les surfaces, même si elle a obtenu ses meilleurs résultats sur dur et terre battue. Dotée d'un style offensif, la Russe s'appuie sur un service puissant et une excellente volée. Douzième mondial en fin de saison, Petrova a connu ses plus belles années en 2005 et 2006. Elle avait intégré le top 10 à cette occasion, ce qu'elle ne fera plus par la suite. C'est en double qu'elle a obtenu ses meilleures performances : elle a disputé deux finales de Grand Chelem (US Open 2010 et Roland-Garros 2012). Agée de 30 ans, Petrova semble dépassée par la nouvelle génération. 1m83 - 70 kg - Droitier, revers à deux mains Professionnel depuis 2002 Raquette : Head Youtek IG Prestige Midplus Entraîneur : Aucun Classement ATP : 16ème (au 26/11/12) Premier match : Metz : 1er tour Marc Gicquel bat Gille Simon 2-6, 6-2, 6-7, le Professionnelle depuis 2000 Raquette : Prince O3 Red Entraîneur : Walter Bartoli Classement WTA : 11ème (au 26/11/12) Premier match : Nice : 32ème de finale Marion Bartoli bat Sophie Erre (FRA) 6-4 6-4 le 12 février 2001 GILLES SIMON Né le 27 décembre 1984 à Nice (France) 12 octobre 2004 Palmarès : Bucarest, Marseille (2007), Bucarest, Indianapolis, Casablanca (2008), Bangkok (2009), Metz (2010), Hambourg, Sydney (2011), Bucarest (2012) Meilleures performances en Grand Chelem : Open d'Australie (quart de finale en 2009), Roland-Garros (huitième de finale en 2011), Wimbledon (huitième de finale en 2009), US Open (huitième de finale en 2011) Membre le moins connu de la bande des « Mousquetaires », Gilles Simon n'en reste pas moins le plus titré des quatre avec dix tournois à son palmarès - il est même le 3ème joueur français en termes de titres derrière Noah et Forget. Si ses deux dernières saisons sont décevantes, le Français est un joueur pétri de qualités, adepte du coup droit à plat. Son plus grand fait d'armes est d'avoir battu au moins une fois l'ensemble des joueurs du carré magique : Nadal, Federer, Murray et Djokovic. MARION BARTOLI Née le 2 octobre 1984 au Puy-en-Velay (France) Palmarès : Québec, Tokyo, Auckland (2006), Monterrey, Stanford (2009), Eastbourne, Osaka (2011) Meilleures performances en Grand Chelem : Open d'Australie (quart de finale en 2009), Roland-Garros (demi-finale en 2011), Wimbledon (finale en 2007), US Open (quart de finale en 2012) Coachée par son père, Marion Bartoli est la figure de proue du tennis féminin français. Aucune Tricolore n'a obtenu autant de résultats qu'elle lors des Grands Chelems depuis cinq ans. Après avoir démontré ces dernières saisons qu'elle était capable de flirter avec le très haut niveau (finale de Wimbledon 2007, demi-finale de l'Open d'Australie 2011), la native du Puy-en-Velay a marqué le pas en 2012, n'accédant en quarts de finale qu'une seule fois à l'occasion de l'US Open. Joueuse atypique, Bartoli possède un jeu se caractérisant par une importante prise de risques. Elle développe donc un tennis offensif, qui se prolonge rarement au-delà de quelques coups de raquette, une raquette qu'elle tient à deux mains… des deux côtés.
Tennis Revue n°2 - janvier-février 2013 LA SURPRISE DE L’ANNÉE ! JERZY JANOWICZ « Ma vie a changé depuis Bercy » En passant de la 221ème place à la 26ème en une seule année, Jerzy Janowicz a été la grande révélation de 2012. Auteur d'un tournoi de Paris-Bercy impressionnant (finaliste contre Ferrer), le Polonais s'est fait connaître aux yeux de tous grâce à son service canon et ses amorties qui n'ont cessé de surprendre ses adversaires jusqu'en finale. Un joueur attachant et prometteur. Que vous reste-t-il de votre tournoi de Paris- Bercy ? J’ai acquis beaucoup de confiance. J’ai appris des choses. Quand on est courageux et qu’on veut faire quelque chose de bien et que l’on se bat pour le faire, on a une grande chance de réussir. La plupart des gens et même des spécialistes vous ont découvert durant la semaine du dernier Masters de la saison à Paris. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous ? J’ai 22 ans (sourire). J’ai commencé à jouer à l’âge de 5 ans. Mes parents étaient des joueurs de volley-ball professionnels. Ma mère était championne de Pologne et de Turquie. Ils étaient très bons. Je n’ai pas joué au volley parce qu’ils ont terminé leur carrière alors que je n’étais pas encore né. Mon père avait commencé à jouer au tennis en amateur, je le regardais jouer. C’est comme cela que j’ai commencé. Quand j’avais 2 ans, je courrais déjà partout sur le court avec une raquette. Je n’arrivais pas à taper une balle, mais je tenais la raquette à la main tout le temps. Ces dernières années, vous avez vécu des moments difficiles qui ne vous ont pas permis de vous révéler plus tôt. Pouvez-vous nous en parler ? J’ai toujours eu des problèmes pour trouver des sponsors, je n’avais pas d’argent pour poursuivre ma carrière. Ce sont mes parents qui m’aidaient. Ils ont vendu leur magasin, un ou deux appartements. Ils ont décidé de tout miser pour m’aider. Depuis Paris-Bercy, tout cela fait désormais partie du passé… Je n’arrive pas encore à y croire. Votre nouveau classement, 26ème, change-t-il quelque chose à votre vie ? Ma vie a déjà changé. J’ai intégré le top 30, je pense que je ne vais plus avoir à me préoccuper de l’argent car je vais avoir une bonne possibilité de me battre pour avoir un meilleur classement. Je suis tête de série en Australie, pour moi, c’est une aide considérable. Dans des tournois plus petits, je vais avoir un Bye dans les premiers tours. Cela va beaucoup m’aider. Cela va me donner l’occasion de travailler encore plus dur. Je vais me battre sur chaque point, et peut-être qu’un jour, j’arriverai à rentrer parmi les 10 meilleurs. Ferrer, le vainqueur de Paris-Bercy 2012, a d’ailleurs dit que vous en étiez capable… Au début de l’année, mon objectif était de pouvoir rentrer dans les 100. Brusquement, je me retrouve 26ème. Je voudrais aller le plus haut possible maintenant. Enfin pour l’instant, je sais que je ne peux plus me relâcher, je dois être concentré tout le temps. C’est vraiment une bonne occasion d’attaquer encore plus fort. J’espère qu’un jour, mais je ne peux pas vous dire quand, je réussirai à rentrer dans le top 10. Vous sentiez-vous capable d’atteindre un tel niveau de jeu ? Je suis quelqu’un qui a toujours eu confiance et je rêvais de rentrer dans les 100. J’y suis arrivé cette année. Mais je n’aurais jamais pensé à quelque chose comme ça. Je suis venu à Paris pour jouer les qualifications et brusquement je me retrouve en finale ! J’étais 69ème mondial et je me retrouve en finale ! "J'AI TOUJOURS EU DES PROBLÈMES D'ARGENT" Avez-vous douté, à un moment donné, pour votre carrière ? Notamment il y a un an quand vous n’avez pas pu faire les qualifications de l’Open d’Australie ? J’étais surtout en colère parce que j’avais le classement pour jouer les qualifications. C’est un Grand Chelem, un des plus importants tournois. J’étais en colère. Et ça m’a donné une motivation supplémentaire parce que je me suis dit : l’année prochaine, je vais essayer de ne pas me retrouver dans cette même situation. Ça m’a aidé. Comment se passe votre nouvelle notoriété en Pologne ? Le tennis est très populaire parce qu’Agnieszka (Radwanska) est l’une des meilleures joueuses du monde. Elle a été en finale à Wimbledon cette année, alors grâce à elle, le tennis est devenu très populaire. Après Paris, mes amis m’ont dit que j’étais passé sur toutes les télés polonaises sans exception et peut-être qu’à travers moi, le tennis allait devenir un sport plus populaire. La rue à côté de chez moi a même été complètement bloquée ! Pour moi, ce n’était pas facile d’encaisser cette semaine. Je viens de Pologne, c’est difficile d’être un joueur de tennis professionnel. J’ai toujours eu des problèmes à trouver des sponsors, toujours eu des problèmes d’argent. Cette semaine a été très importante pour moi, cela m’a permis d’avoir un peu d’aide. C’était comme dans un film ! Le succès va-t-il vous changer ? Je vais rester le même. Pour preuve, mon vieux sac qui m’a accompagné durant tout le tournoi, je crois que je vais le garder dans un placard à la maison. Et quand je traverserai des moments difficiles, je ressortirai le sac de son placard et je le regarderai et repenserai à cette semaine. Propos recueillis par Eric Mendes 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 1Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 2-3Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 4-5Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 6-7Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 8-9Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 10-11Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 12-13Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 14-15Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 16-17Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 18-19Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 20-21Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 22-23Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 24-25Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 26-27Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 28-29Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 30-31Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 32-33Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 34-35Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 36-37Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 38-39Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 40-41Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 42-43Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 44-45Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 46-47Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 48-49Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 50-51Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 52-53Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 54-55Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 56-57Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 58-59Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 60-61Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 62-63Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 64-65Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 66-67Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 68-69Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 70-71Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 72-73Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 74-75Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 76-77Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 78-79Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 80-81Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 82-83Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 84-85Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 86-87Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 88-89Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 90-91Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 92-93Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 94-95Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 96-97Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 98-99Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 100